Portail du Centre National de Documentation du Maroc

Agriculture et pêche du 10 au 14 Décembre 2018

Veille Maraacid


Mammites « Il faut proposer un accompagnement innovant aux éleveurs »

Afin de réduire l'utilisation d'antibiotiques en élevage laitier, l'Institut de l'élevage a piloté durant trois ans le projet RedAB visant à évaluer l'efficacité d'un accompagnement des éleveurs spécifiquement dédié (formations en salle mais aussi à distance et visites d'élevage). Cette technique a alors permis de réduire l'utilisation des antibiotiques chez les éleveurs testés. Marylise Le Guénic de la chambre d'agriculture de Bretagne témoignait aux 3R : « l'apport de connaissances, les échanges entre éleveurs et les appuis techniques constituent une formule qui marche. Preuve que les contacts humains restent essentiels ! »

Les régions exigent un rôle accru dans la future PAC

Dans un "livre blanc", les régions exigent une décentralisation plus approfondie du Fonds européen agricole pour le développement rural (Feader, 2e pilier de la PAC), notamment de pouvoir verser elles-mêmes ces aides, ce qui est aujourd'hui du ressort de l'État. "Le président de la République m'a dit qu'il fallait que ce soit décentralisé, il a été très clair. J'ai confiance en sa parole", a déclaré Hervé Morin, président de Régions de France, lors d'une conférence de presse dans le cadre d'un colloque sur le rôle des régions dans la PAC, organisé à Bordeaux. Si ce n'était pas le cas, "ce serait pour nous une ligne rouge", a-t-il ajouté. Aller "vers une recentralisation des crédits serait vécu (par les régions) comme un casus belli".

Maïs OGM : une étude française contredit les conclusions de l'étude Séralini

Les chercheurs n'ont pas mis en évidence d'effet délétère de l'alimentation avec du maïs MON810 et NK603 sur la santé et le métabolisme des rongeurs, même au terme d'une longue période d'exposition", indique l'Inserm. L'organisme a participé, au sein d'un consortium de recherche piloté par l'Inra et financé par le ministère de l'Agriculture (programme Risk'OGM), à une étude inédite sur les altérations de fonctions biologiques liées à une alimentation à base de maïs transgénique. Les résultats ont été publiés dans la revue Toxicological science, le 10 décembre.

Sécheresse des sols : Une situation en voie d'amélioration

De nombreux départements français ont subi une sécheresse exceptionnelle, causant de lourdes conséquences pour les cultures et l'élevage. La situation de sécheresse des sols est aujourd'hui en voie d'amélioration dans la plupart des régions selon Météo France, notamment grâce aux dernières précipitations reçues.

COP24 : la place de l’agriculture dans la lutte contre les changements climatiques mise en avant à Katowice

Le ministère de l’Agriculture et de l’Alimentation a organisé deux événements centrés sur l’agro-écologie, les 11 et 12 décembre dans le cadre de la COP 24, qui se tient actuellement à Katowice en Pologne. Didier Guillaume, ministre de l’agriculture et de l’alimentation, a insisté par message vidéo sur la place de l'agriculture dans la lutte contre les changements climatiques et l’importance d’une transition vers des modèles de production plus durables.L’occasion pour Didier Guillaume de renouveler l'engagement fort du ministère de l’Agriculture et de l’Alimentation dans cette initiative internationale.

Méditerranée et Mer Noire : Une excellente nouvelle pour le secteur de la pêche

Des efforts supplémentaires sont toutefois requis pour assurer la durabilité à long terme des stocks de poisson, prévient le rapport sur les pêcheries en Méditerranée et en mer Noire. Les 1,2 million de tonnes comprennent 830 000 tonnes de poisson capturé en Méditerranée et 390 000 tonnes de poisson de la mer Noire. Quelque 230 000 tonnes de poisson de la Méditerranée sont rejetées chaque année, soit environ 18% du total des captures.

Résilience aux changements climatiques : de la nécessité de synergies entre les initiatives déployées en Afrique

Aujourd’hui, plusieurs chantiers sont à l’œuvre en Afrique pour renforcer la résilience des communautés et des différents secteurs d’activités – au premier rang desquels l’agriculture – aux changements climatiques : initiative pour l’Adaptation de l’agriculture africaine (AAA) lancée en amont de la COP22 par le Maroc et ralliée par 33 États africains, celle de la Grande muraille verte – l’une des doyennes, lancée dès 2005 –, la Commission climat du Bassin du Congo (CCBC), la Commission climat pour la région du Sahel (CC-RS) ainsi que la Commission climat pour les petits États insulaires – ces trois dernières ont vu le jour à la COP22, au Maroc.

Biocontrole et protection des plantes, la course à l'échalote de l'UIPP

Toutefois, l’UIPP éprouve un certain sentiment d’impuissance de ne plus pouvoir mettre à disposition des agriculteurs, des produits dorénavant interdits, alors qu’il n’existe encore aucune solution alternative efficace pour les remplacer. L’UIPP déplore que la France fasse cavalier seul dans l’Union européenne en matière de réglementation de produits phytosanitaires, « jusqu’à ne pas avoir la même définition du bio-contrôle que ses voisins ». La course à la baisse des produits phytosanitaires est conduite en dépit du bon sens déplore l’UIPP.

Agriculture : Des semences locales sélectionnées de la variété “Khiar” pour les petits céréaliculteurs

Le ministère de l’Agriculture, des Ressources hydrauliques et de la Pêche met, jeudi 13 décembre, et à titre gratuit à la disposition des petits céréaliculteurs exerçant des les périmètres irrigués et les autres zones agricoles, des quantités de blé dur sélectionné de la variété locale “Khiar”. Les intéressés peuvent contacter à partir de demain jeudi, les représentations régionales du ministère dans les plus brefs délais afin de les inscrire dans la liste des bénéficiaires avant de s’orienter vers les centres de la société mutuelle centrale des semences et des plants sélectionnés ou vers la mutuelle centrale des semences et de l’approvisionnement, souligne le département de l’Agriculture dans un communiqué.

Céréales et légumineuses : l’OCP clôture sa caravane régionale

Après une dizaine d’étapes dans plusieurs régions du Royaume, le dispositif a fait escale à Taounate le 11 décembre pour trois jours. Une étape qui clôture la phase du dispositif consacrée aux cultures de céréales et légumineuses. Rappelons que le dispositif a été lancé en septembre dernier avec plus de 28 étapes dans différentes provinces du pays.

Budget du Niger 2019 : FCFA 99 milliards en faveur de l’agriculture

Le ministère de l’Agriculture et de l’élevage bénéficie d’une enveloppe de FCFA 99,51 milliards. En outre, la présidence de la République bénéficie de FCFA 52, 861 milliards pour la coordination et le pilotage stratégique de la sécurité alimentaire et nutritionnelle et du développement agricole durable (Initiative 3N). Par ailleurs, le ministère de l’Equipement dédie FCFA 20,323 milliards, sur un budget total de FCFA 137,268 Mrds, au désenclavement des zones rurales.

Des bananes cultivées sans terre pour lutter contre la maladie de Panama

La Tropical Race 4 (TR4), une souche de champignon responsable de la fusariose, connue également sous le nom de maladie de Panama, menace les plantations de bananes Cavendish, la variété la plus vendue au monde, mais aussi de nombreuses autres variétés. Observée dans les années 60 au Myanmar, elle s’est propagée récemment de l'Asie du Sud-Est à d'autres régions du monde, notamment en Afrique et en Australie, compromettant la durabilité du fruit le plus consommé au monde. Aucun producteur, que cela soit des petits exploitants ou des grandes plantations, ni aucune région n’est à l’abri.

La tendance est à la décapitalisation

Depuis 2009, le nombre de détenteur de cheptels de plus de 20 vaches allaitantes est en diminution très régulière. - © DR Les statistiques de la Base de données nationale de l'identification sont catégoriques. Le troupeau allaitant français est en phase de décapitalisation. Il totalisait 4,071 millions de vaches le 1er janvier 2017. Ce chiffre était passé à 3,978 millions 365 jours plus tard. Et surtout, cette baisse tendancielle initiée fin 2016 s'est confirmée tout au long de l'année écoulée.

Sénégal : l’éradication des mouches tsé-tsé va doper l’élevage

Les mouches tsé-tsé ont été éradiquées dans toute une région du Sénégal. Ces insectes sont vecteurs de maladies touchants les hommes, mais aussi les bovins, à tel point qu’elles représentent le principal obstacle au développement de l’élevage en Afrique subsaharienne. Cette victoire sera annoncée officiellement par le président de la République du pays lors d’une cérémonie le 8 décembre 2018. Elle est le fruit d’une longue collaboration entre le Cirad, l’Institut sénégalais de recherches agricoles (Isra), les services vétérinaires sénégalais, le Ministère de l’Agriculture et l’Agence internationale de l’énergie atomique. Après plusieurs étapes, des lâchers de mâles stériles ont permis d’anéantir les dernières mouches sauvages.

Du blé africain contre le changement climatique

Les travaux de spécialistes des sols et des plantes montrent l’intérêt d’une sélection et d’une amélioration variétales des blés cultivés en Afrique pour accroître le stockage de carbone dans les sols. [voir encadré ci-dessous], consiste à piéger une partie du dioxyde de carbone (CO2) atmosphérique dans la matière organique des solsTransférés à la terre, ils alimentent la vie bactérienne, sont aussi transformés en matière organique et contribuent à stabiliser le carbone dans le sol.

Agroforesterie : les coefficients carbone du GIEC révisés

On sait que les systèmes agroforestiers stockent davantage de carbone que des parcelles agricoles cultivées de manière conventionnelle. Pourtant, l’agroforesterie n’est à ce jour pas bien prise en compte dans la comptabilité carbone développée par le Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (GIEC). Grâce à une revue de la littérature, des chercheurs du Cirad et de la FAO ont établi des coefficients de stockage de carbone dans le sol et dans la biomasse aérienne et souterraine de différents systèmes agroforestiers. Ces nouvelles données vont être intégrées dans l‘amélioration des lignes directrices 2006 du GIEC pour les inventaires nationaux de gaz à effet de serre. Des travaux à retrouver dans la revue Environmental Research Letters.

Les agriculteurs demandent plus d’incitations

Lors de l’examen du PLF (projet de loi de finances) 2019, les professionnels du secteur agricole se sont rassemblés pour discuter leurs principales réclamations. La Fédération des chambres d’agriculture avait présenté une série de propositions, notamment pour «favoriser un passage sans heurts au nouveau régime fiscal», selon des professionnels.

La culture de l’aubergine au Maroc

L’aubergine est originaire d’Asie (Inde, Birmanie). Elle appartient à la famille des solanacées. C’est une culture très ancienne; elle n’a pas connu de changements depuis 2-3 mille ans : les plantes décrites par les anciens auteurs sont presque les mêmes que celles que nous connaissons de nos jours.

Tanger : une production oléicole prévue de 240.000 Tonnes

Selon la Direction Régionale l’Agriculture (DRA) de Tanger-Tétouan-Al Hoceima, la production d’olives devrait progresser de 25% en 2018, par rapport à 2017. La production en huile d’olive, quant à elle, devra s’établir à environ 35.000 T, indique la direction, notant que cette importante production est due essentiellement aux conditions climatiques qui ont favorisé la fructification, et à l’entrée en production des plantations réalisées dans le cadre du plan Maroc Vert.

L’accès au financement, principale entrave à la transformation de l’agriculture en Afrique

D’après les panélistes, l’agriculture africaine demeure dans la majorité des cas de subsistance et familiale en raison de la taille assez réduite des terres cultivées, ce qui empêche la modernisation des modes de production et le déploiement des investissements pour promouvoir le secteur et le rendre rentable, ont estimé les panélistes lors des sessions consacrées à la transformation du secteur en Afrique.

Campagne de communication sur les produits agricoles labellisés

De 2017 à décembre 2018, 9 nouveaux produits sont introduits. Il s’agit des feuilles séchées du romarin de l’Oriental labellisées indication géographique protégée (IGP), le miel de romarin de l’Oriental auquel a été attribué le label indication géographique, au même titre que le miel d’euphorbe de Souss-Massa, les dattes Bousthammi noires de Draa, le piment fort Zenatya, les huiles d’olive d’Amizmiz, Dir Béni Mellal et de Lemta (Fès), auxquels s’ajoutent l’eau de rose de Kelâat M’gouna-Dadès et les olives noires ridées.

Betteraves : La récolte de betteraves en forte baisse, un an après la fin des quotas

Les betteraviers français ont connu, sans surprise, une terrible année 2018, voyant leur récolte subir un recul brutal à cause de la sécheresse, sur fond de déprime des cours du sucre après la fin des quotas européens, a confirmé mardi leur syndicat professionnel, la CGB. La récolte 2018-2019 est estimée à 40 millions de tonnes de betteraves, contre 46 millions l'année dernière, certes marquée par des rendements exceptionnels, a déclaré la CGB lors d'un point presse.

Les agriculteurs protestent contre les mesures encadrant les pesticides

Le premier syndicat agricole, la FNSEA, et les Jeunes agriculteurs (JA) envisagent de démarrer cette semaine un mouvement de protestation. Ils demandent l'annulation de mesures, votées dans la loi alimentation ou en cours d'adoption dans la loi de finances pour 2019, visant notamment à réduire l'usage des pesticides. Les syndicats agricoles ont annoncé le 7 décembre cette mobilisation dans un communiqué commun. Ils appellent à des rencontres avec les parlementaires et les préfets cette semaine. "En aucun cas, il ne s'agit de rejoindre le mouvement des gilets jaunes", ont-ils affirmé.

Pommes de terre de conservation Une baisse de 10 % en un an pour la production française

Malgré une augmentation des surfaces, l'UNPT et le CNIPT confirment une baisse sensible de la production française de pommes de terre de conservation, d'environ 10 % par rapport à l'année dernière.Le rendement brut annuel 2018 en pommes de terre de conservation s'établit à 41 t/ha en France. (©Terre-net Média)Cette année, la production de pommes de terre de conservation s'élève à 5 850 000 tonnes, contre 6 473 700 en 2017, « soit une baisse sensible de près de 10 % en un an », selon l'UNPT et le CNIPT. Les deux organismes rappellent que les variations d'une année sur l'autre peuvent être importantes : « en 2016, nous étions à 5 106 500 tonnes ».

Forum Africa Agri : L’action de l’OCP Africa pour la promotion de l’agriculture en Afrique mise en valeur à Libreville.

L’agriculture est l’avenir de l’Afrique vu son potentiel considérable et son rôle décisif pour lutter contre la pauvreté, favoriser la croissance économie du continent et stimuler la création d’emploi, a affirmé, lundi à Libreville, Mohamed Benzekri, Responsable de l’Afrique de l’ouest à OCP Africa. Convaincu du potentiel agricole de l’Afrique, le groupe OCP, leader mondial sur l’ensemble de la chaîne de valeur du phosphate, a créé sa filiale OCP Africa en 2016 pour participer à la transformation de l’agriculture sur le continent, a souligné Benzekri à l’ouverture de la 5è édition du Forum Afric Agri.

L'Europe donne les pleins pouvoirs aux organismes de sélection

Quels seront les impacts financiers du désengagement de l'État et de la création de plusieurs OSUE en Prim'Holstein et Montbéliarde ? « Le RZE transfère la responsabilité des évaluations génétiques de l'État vers les OSUE qui les confient à GenEval », explique Stéphane Barbier, directeur de GenEval. Cette structure a été créée en janvier 2018 par Allice et Races de France, pour prendre le relais de l'Inra pour calculer les évaluations génétiques.

Foncier : un atout de compétitivité pour l’agriculture française

Les terres agricoles françaises sont d’une richesse assez peu égalées sur le globe : rendements élevés et réguliers, typicité des terroirs. A ces atouts déjà considérables s’ajoutent une économie du foncier propice pour les agriculteurs français : le prix des terres est plus faible en France qu’ailleurs en Europe, et le fermage est très développé. Même si le prix du foncier agricole augmente depuis plusieurs années, les agriculteurs français bénéficient de conditions économiques plus favorables pour leur développement foncier que leurs concurrents européens.

Accord agricole Maroc-UE adopté par la commission du commerce international du parlement européen

La Commission du commerce international du Parlement européen (INTA) a adopté, lundi soir, à une écrasante majorité l’accord agricole entre le Maroc et l’Union européenne (UE). Ce vote décisif dans cette commission, qui statue sur les questions de fond, est l’ultime étape au niveau des commissions spécialisées du Parlement européen avant l’adoption finale en session plénière qui devrait intervenir en janvier prochain.

Forêt : en moins de 10 ans, plus de 14 000 hectares reboisés au Kenya grâce à la Banque africaine de développement

En 2005, décidées à inverser la tendance, les autorités kenyanes sollicitent la Banque et obtiennent un prêt de 38,8 millions de dollars pour la mise en œuvre d’un Projet de développement de zones vertes. C’est la contribution la plus importante dans ce secteur de la part d’un partenaire financier. L’objectif était double : promouvoir la régénération et la conservation de la forêt pour protéger l’environnement ; et améliorer les moyens de subsistance en milieu rural et les revenus des communautés riveraines des espaces forestiers.

Suivi de la sécurité alimentaire au Maroc : la FAO et la CEA organisent une formation à l’intention des experts

The Economic Commission for Africa (Office for North Africa) and the Food and Agriculture Organisation (FAO) initiated today in Rabat (Morocco) a three-day national workshopon food security assessment in the context of the 2030 Agenda for sustainable development.“Climate change is generating a number of food security related challenges in North Africa. In order to meet them, countries need general and multisectoral approaches and forward looking and evidence-based policies that can help them strengthen the resilience and sustainability of their food production systems”, said Marieme Bekaye, Economist in charge of environment and sustainable development at the ECA Office for North Africa.

To Spain for grain: Egyptian delegation study tour on grain imports

A high-level public-private Egyptian delegation consisting of government representatives and members of the Egyptian Grain Suppliers Association (EGSA) travelled to Spain for a week-long study tour organized by the European Bank for Reconstruction and Development (EBRD) and the Food and Agriculture Organization of the United Nations (FAO), as part of the Public-Private Policy Dialogue in the Egyptian Grain Sector Project. The trip included visits in Madrid to the Ministry of Agriculture, Fisheries and Food of Spain and private grain associations, and to the ports of Tarragona and Malaga.

Which are the right crops to enable food security under future climates?

It is well-documented that agriculture is the second largest contributor to carbon emissions after the energy sector. At the same time, climate change is affecting our ability to grow food. The IPCC predicts that yields of major crops will reduce by 2% while demand increases by 14% every decade until 2050. Up to 40% of the world’s land could develop novel climates often with new crop pests and diseases.

Lutter contre la déforestation : optimiser la mise en œuvre du mécanisme REDD + en Afrique

Le mécanisme de réduction des émissions de gaz à effet de serres issues de la déforestation et de la dégradation des forêts, dit REDD+, fête les dix ans de sa mise en œuvre en Afrique. L’occasion, pour la Banque africaine de développement, de réunir en son Pavillon, en pleine COP24 à Katowice, en Pologne, des experts venus de la République démocratique du Congo (RDC), du Burkina Faso, du Ghana, ou encore de la Côte-d’Ivoire pour une session dédiée. Un représentant de la société civile et un autre du Fonds vert pour le climat (GCF) étaient également présents.

Blé tendre : Lutter contre les maladies la résistance variétale

En juillet dernier, les professionnels du monde agricole ont présenté leur « contrat de solutions » pour diminuer l’usage des produits phytosanitaires, bâti autour de 36 fiches. Nous vous proposons de revenir sur celles qui concernent les grandes cultures. L’une d’entre elles porte sur le développement des variétés résistantes aux maladies pour réduire l’usage de fongicides sur blé tendre.
Agriculture et pêche du 10 au 14 Décembre 2018


Dans la même rubrique :
< >

Lundi 15 Avril 2019 - 10:07 Agriculture et pêche du 08 au 12 Avril 2019

Inscription à la newsletter







CND en photos
20150226_095904
rofoof
abh
20150422_121229
20150226_101251
20150226_100815