Portail du Centre National de Documentation du Maroc

Commerce du 01 au 05 Avril 2019

Veille Maraacid


Le secteur privé joue un rôle pionnier dans l’ouverture sur de nouveaux marchés mondiaux

Le secteur privé joue un rôle pionnier dans l'ouverture sur de nouveaux marchés mondiaux, notamment sur le continent africain, a souligné, jeudi à Marrakech, le ministre de l’Économie et des finances, Mohamed Benchaâboun. "Le secteur privé, en parfaite complémentarité avec l’État, joue un rôle pionnier dans l'ouverture sur de nouveaux marchés, en particulier en Afrique où les secteurs bancaire, des assurances et de télécommunication sont fortement présents", a dit M. Benchaâboun lors du forum de la BID sur le secteur privé, organisé en marge de la 44ème réunion annuelle du groupe de la Banque islamique de développement (BID).

Création d'entreprise : comment bien choisir son nom commercial ?

Lors de la création de votre entreprise, vous devrez choisir un nom commercial par lequel faire connaître votre activité au public. Quel est le rôle du nom commercial ? Comment le choisir ? Comment l’enregistrer? On vous explique. Le nom commercial, bien que facultatif, est généralement le nom le plus important pour votre société. En effet, c’est sous son nom commercial que votre activité va se faire connaître de ses clients et partenaires. Ainsi toute la communication de l’entreprise s’effectue autour de ce nom puisqu’il s’agit du terme utilisé dans le cadre de vos relations commerciales.

Le ralentissement du commerce mondial se confirme

L'OMC a encore réduit sa prévision de croissance du commerce mondial à 2,6 % cette année. Elle appelle à une résolution du conflit entre les Etats-Unis et la Chine. Les économistes de l'OMC ont calculé qu'en cas de conflit commercial où tous les pays fixeraient unilatéralement leurs droits de douane, le PIB mondial pourrait reculer de 2 % et le commerce s'effondrerait de 17 % par rapport au scénario de base de l'OMC.

Croissance, emploi, innovation, international : Comment les e-commerçants abordent-ils 2019 ?

Cette étude, réalisée en partenariat avec le magazine LSA s’appuie sur une enquête menée auprès des dirigeants des principaux sites de e-commerce français, pour la 8ème année consécutive.Enquête réalisée par la Fevad, en partenariat avec LSA, du 21 février au 10 mars 2019 auprès d’un panel de 105 dirigeants de sites e-commerce . Elle fédère aujourd’hui 600 entreprises et plus de 800 sites internet

Office des changes : Le déficit commercial s'allège de 10,6 %

Les échanges commerciaux au titre des biens ont été marqués par un allégement du déficit commercial de 10,6% à 29,38 milliards de dirhams (MMDH) à fin février 2019, contre 32,86 MMDH une année auparavant, selon l'Office de changes. Cette évolution est due à la hausse des exportations (+1,57 MMDH) conjuguée à la baisse des importations (-1,90 MMDH), explique l'Office dans une note sur ses indicateurs mensuels des échanges extérieurs du mois de février.

Pourquoi l’investissement pourrait être menacé

Selon nos simulations modélisées, une baisse du prix relatif de l’investissement, due à une réduction des droits de douane pour les biens d’équipement ou à une augmentation de l’efficience de la production de ces biens, entraîne une hausse permanente et considérable des taux d’investissement réel. Plus généralement, notre analyse empirique révèle que, pour la plupart des pays émergents et des pays en développement, environ un tiers de la hausse du taux d’investissement réel dans les machines et les équipements au cours des trois dernières décennies peut être attribué à la baisse des prix des biens d’équipement par rapport aux prix de consommation.

C’est l’économie qui dicte l’évolution des balances commerciales, et non les droits de douane

Comme le montrent nos travaux dans le chapitre 4 des Perspectives de l’économie mondiale d’avril 2019, tout changement de la balance commerciale entre deux pays généré par un ajustement des droits de douane tend à être compensé par les modifications survenant dans les balances commerciales avec d’autres partenaires à la suite de réorientations des courants d’échanges et pèse peu, voire pas du tout, sur la balance commerciale globale (la somme de toutes les balances commerciales bilatérales).

Billet - L’Europe face aux guerres commerciales

Les négociations sur un accord de libre-échange transatlantique ont monopolisé les débats commerciaux lors de la campagne électorale européenne de 2014, avec des interrogations sur la manière de façonner la mondialisation en cohérence avec les valeurs et les objectifs politiques européens.

Commerce extérieur. Le protectionnisme incontournable

L’aggravation du déficit de la balance commerciale est principalement due au différentiel de «vigueur économique» entre le Maroc et ses partenaires. En effet, la croissance structurelle du PIB, plus vigoureuse au Maroc, entraîne une augmentation plus rapide de la demande nationale pour les produits étrangers en comparaison avec la demande étrangère adressée au Maroc.

Les importations des biens d'équipement reculent

Les recettes se sont établies à 4,7 milliards de DH contre 6,2 milliards de DH l'année dernière. Le deuxième mois de l'année est marqué par un recul des importations de biens de 2,4% et d'une hausse des exportations de 3,5%. Les phosphates progressent de 13,7% et leur part dans le total des exportations s'est améliorée (14,1% contre 12,8% l'année dernière).

Le déficit commercial s’allège à fin février

Le déficit commercial s’est allégé de 10,6% à 29,38 milliards de DH à fin février 2019 contre 32,86 milliards de DH une année auparavant, selon les indicateurs sur les échanges commerciaux de l’Office de changes. Cette évolution s’explique par la progression des exportations (+1,57 milliard de DH) conjuguée à la baisse des importations (-1,90 milliard de DH). Dans ce contexte, le taux de couverture s’améliore de 3,5 points à 61,5% contre 58% un an auparavant.

Développement de Fès-Meknès: Elalamy promet «d’y penser sérieusement»

Moulay Hafid Elalamy est optimiste pour le développement économique de la région Fès-Meknès. Le ministre RNI de l’Industrie a promis, à Badr Tahiri, président RNI de la CCIS de Fès-Meknès, de concrétiser la réalisation de la ZI d’Aïn Cheggag, une zone franche et la valorisation du Cotef… dans les plus brefs délais. Il a dépoussiéré d’anciens projets dont la région rêve depuis fort longtemps

Arancha González, la directrice exécutive du CCI: «Au Maroc, tout est réuni pour accélérer la croissance»

Arancha González, la directrice exécutive du CCI, était présente à la conférence ministérielle de la Commission économique pour l'Afrique, organisée à Marrakech. L’occasion de parler de l’accord de zone de libre-échange continentale africaine et des opportunités de valeur ajoutée à travers le commerce pour les PME

Commerce avec l’UE: Le déficit avoisine 90 milliards de DH

Tous les accords de libre-échange sont déficitaires, sauf avec l’Afrique et le BrésilPlus de 92% du décifit est lié à des facteurs structurels Trois leviers pour redresser la situation Les échanges montrent le diagnostic sur le déficit chronique du compte courant depuis 2007 et qui a atteint un plancher en 2012 avant de commencer à se redresser

Le Vietnam parmi les trois premiers fournisseurs de café aux Etats-Unis

Le ministère vietnamien de l’Industrie et du Commerce a récemment rapporté des données de la Commission du commerce international (ITC) des États-Unis selon lesquelles le Vietnam s’était classé au 3e rang des plus grands fournisseurs de café aux Etats-Unis en 2018.

Le Mali bientôt doté d’une loi qui soutient les start-up, riches en incitation à l’investissement

Le gouvernement du Mali est décidé à faire de l’innovation technologique et numérique, une composante essentielle à la création d’emplois et de richesses pour les prochaines années. Il pose déjà de ce fait, les bases juridiques indispensables à l’éclosion des jeunes pousses qui, dans un monde numérique en devenir, deviendront les principaux fournisseurs de services à valeur ajoutée. Il prépare à cet effet, une start-up Act, une loi qui encourage l’entrepreneuriat auprès des jeunes porteurs de projets innovants.

PSA / FCA : partage d’investissements pour une super plate-forme ?

Rumeur ou préambule ? Alors que ces derniers jours les rumeurs concernant un éventuel rapprochement entre FCA et un autre constructeur allaient bon train, des sources proches du dossier indiquent désormais que PSA et Fiat Chrysler Automobiles examinent un possible partenariat en vue de partager les investissements pour assembler en commun des véhicules en Europe.
Commerce du 01 au 05 Avril 2019


Dans la même rubrique :
< >

Lundi 15 Avril 2019 - 10:03 Commerce du 08 au 12 Avril 2019

Lundi 1 Avril 2019 - 20:50 Commerce du 25 au 29 Mars 2019

Inscription à la newsletter







CND en photos
cnd
rofoof
20150226_100556
20150226_095904
20150226_100815
20150226_100728