Portail du Centre National de Documentation du Maroc

Conjoncture du 05 au 09 Novembre 2018



Veille Maraacid


Plus de 60 MMDH d’investissements à fin 2018

Les prévisions de clôture de l'exercice 2018 des investissements des Établissements et entreprises publics (EEP) dépassent les 60 milliards de dirhams (MMDH), selon le rapport sur les EEP, accompagnant le projet de loi de finances (PLF 2019). Ce montant représente un taux de réalisation prévisionnel de 65% qui confirme le maintien des investissements en termes de réalisation au même palier actuel, indique le rapport, publié sur le site du ministère de l’Économie et des finances.

Où ira l’argent de la privatisation ?

Après les tentatives échouées de leur transfert au secteur privé depuis le lancement du programme de privatisation, ce projet de loi a entre autres pour objectif d'écarter des entreprises de la liste des sociétés privatisables du fait que certains de ces établissements sont en cours de liquidation, ou sujets à des problèmes liés à la liquidation de leurs assiettes foncières ou aux conflits entre les employés.Le gouvernement explique que les recettes générées, de l’ordre de 6MMDH, devront financer une partie des dépenses sociales, en hausse de 27 MMDH, selon le projet de la loi de Finances (PLF 2019).Les dépenses sociales, en hausse de 27 MMDH par rapport à l'exercice précédent, sont relatives à la caisse de compensation, qui devront atteindre 4 MMDH supplémentaires, portant ainsi la dotation de cette caisse à 17 MMDH, a expliqué El Khalfi.

Brexit : Londres "optimiste" sur un accord, mais pas tout de suite

Le ministre britannique des Affaires étrangères Jeremy Hunt s'est dit jeudi "optimiste" quant à la conclusion d'un accord sur le Brexit, tout en jugeant improbable une percée rapide. Au terme d'un discours à Paris visant à apaiser les tensions avec la France autour de la prochaine sortie du Royaume-Uni de l'Union européenne, le ministre britannique a été interrogé sur la possibilité de conclure un accord dans la semaine à venir.

Cedeao: Un deal win-win pour le Maroc

Pour le Maroc, la demande d’adhésion à la Cedeao (Communauté Economique des Etats d’Afrique de l’Ouest) coule de source. Les raisons ne manquent pas pour cette candidature qui a pris de court nombre d’observateurs et soulevé des débats et des réactions passionnées de pays voisins, selon Brahim Fassi Fihri, président de l’Institut Amadeus, organisateur des MEDays qui tiennent cette année leur 11e édition à Tanger.

«La santé d'un marché ne se mesure pas à sa tendance»

Nasreddine Lazrak, directeur analyses et recherches à Upline Group, répond à nos questions sur l'orientation de la Bourse. Il justifie l'accélération de la baisse par les résultats semestriels publiés en septembre. Pour lui, une relance durable du marché boursier devrait passer par un meilleur cadre, couplé à une dynamique économique plus forte.

Emprunt international : Comment se présente l'opération pour le Maroc ?

Le Maroc, après plus de 4 ans d’absence, va solliciter le marché obligataire international pour une levée de fonds début 2019. Une sortie confirmée par le ministre des Finances, mais dont le montant et les modalités n’ont pas encore été fixés. Le dernier recours au marché international remonte à 2014, sous l’ère Boussaid. Le Maroc avait emprunté 1 milliard d’euros avec un coupon de 3,5%, pricé d’un taux midswap majoré d’un spread de 215 pbs. Selon les bruits de marché, la prochaine émission devrait se chiffrer à au moins 1 milliard de dollars. Montant que le Trésor ne peut emprunter ni auprès des établissements bancaires, dont le déficit de liquidité s’élèverait à 57 milliards de DH en 2018, ni directement auprès de Bank Al-Maghrib (pour ne pas activer la planche à billet pour des raisons inflationnistes). Et ce, d’autant que l’Etat est déjà très présent sur le marché domestique de la dette.

Le problème de l’habitat insalubre serait-il à ce point insoluble ?

A en croire les autorités locales de la préfecture d'arrondissements de Casablanca-Anfa, le bâtiment où logeaient les victimes, composé de quatre niveaux, s’est effondré en premier avant d’entraîner dans son éboulement ladite habitation mitoyenne inoccupée. D’après un communiqué du ministère de l'Aménagement du territoire national, de l'Urbanisme, de l'Habitat et de la Politique de la ville, les deux édifices en question font l'objet, depuis plus de 5 ans, d'une interdiction d'habiter sur la base d'une expertise réalisée par le Laboratoire public d'essais et d'études. Toutefois, les ‘’alertes évacuations’’ adressées aux habitants n’auraient pas été suivies d’effet même si deux fils de la même famille avaient bénéficié de deux appartements de la Société nationale d'aménagement communal (SONADAC) dans le cadre du programme de relogement des résidents des maisons menaçant ruine dans la médina, ayant trait à l’assainissement du foncier qui servira à la réalisation de l’Avenue Royale à Casablanca.

Afreximbank veut booster le volume du commerce intra-africain

Donner aux institutions financières, aux banquiers et aux professionnels des organismes de réglementation, de grandes entreprises et de cabinets juridiques en Afrique les compétences nécessaires pour faire face aux complexités des transactions financières dans un contexte économique mondial incertain. Tel est l’objectif principal du Séminaire annuel sur les financements structurés du commerce organisé par la Banque africaine d’import-export (Afreximbank), une institution multilatérale panafricaine financière créée à Abuja au Nigeria en octobre 1993, en collaboration avec le ministère de l’Économie et des Finances.

Echanges commerciaux : L’Ethiopie client africain N°1 du Maroc

Le montant global des échanges commerciaux du Maroc avec le continent africain a augmenté en moyenne annuelle de 5% sur la période 2007-2017, pour se situer à 37,2 milliards de dirhams (MMDH) en 2017, selon le rapport économique et financier accompagnant le projet de loi de finances (PLF 2019). Sur la même période, les exportations du Maroc vers le continent africain ont progressé de 13% en moyenne annuelle pour atteindre 22,1 MMDH en 2017, représentant environ 9% des exportations totales du Maroc contre 5% en 2007, précise le rapport, publié sur le site du ministère de l'Economie et des Finances.

Le chômage demeure élevé parmi les jeunes et les femmes

Selon de nouveaux chiffres publiés par le Haut-commissariat au plan (HCP), le nombre total de chômeurs a connu un recul passant de 1.236.000 à 1.172.000 personnes, entre le troisième trimestre de l’année 2017 et la même période de 2018. Ce qui s’est traduit par une baisse de 64.000 personnes au niveau national, 29.000 en milieu urbain et 35.000 en milieu rural. Ainsi, « le taux de chômage est passé de 10,6 à 10% au niveau national; de 14,9 à 14,3% en milieu urbain et de 4,6 à 3,9% en milieu rural », a relevé dans une récente note l’organisme public. Mais à y regarder de plus près, il n’y a pas de raison de se réjouir de ce recul puisque le chômage continue à faire des ravages parmi les jeunes, les femmes et les diplômés.

Privatisations 2019: voici les entreprises éligibles et celles recalées

Le projet de loi 91.18, qui modifie et complète la loi 39.89 prévoyant la privatisation de plusieurs sociétés détenues en majorité ou totalement par l’État, a été examiné, ce jeudi 8 novembre en Conseil de gouvernement. «Ce projet de loi prévoit la privatisation de certaines sociétés étatiques qui ont atteint un niveau de maturité économique suffisante pour s’ouvrir à la concurrence. Mais, ce projet prévoit également la suppression de plusieurs sociétés de liste du projet de loi», a indiqué le ministre délégué auprès du Chef de gouvernement, chargé des Relations avec le parlement, et porte-parole du gouvernement, Mustapha El Khalfi.

L’euro se stabilise face au dollar

La monnaie unique européenne baissait face à la devise japonaise, à 131,15 yens pour un dollar contre 131,50 yens la veille au soir. par ailleurs, le billet vert baissait lui aussi face à la monnaie nippone, à 106,04 yens pour un dollar contre 106,32 yens mercredi. La monnaie européenne avait souffert mercredi de propos jugés prudents par le marché de Mario Draghi, qui a estimé que l’inflation devait encore accélérer avant de songer à suspendre le programme de rachat d’actifs de l’institution.

2008- 2018 : ces 10 ans où l’Euro a perdu beaucoup de terrain dans son rêve de concurrencer le dollar comme monnaie de réserve mondiale

L’une des raisons pour lesquelles l’euro en est arrivé là réside notamment dans le fait qu’au cours des trois années, depuis le lancement du programme d’assouplissement quantitatif de la BCE au printemps 2015, les interventions de la banque centrale se sont traduites par un quasi-assèchement du marché de la zone euro c’est-à-dire qu’on observe une baisse tendancielle du volume d’émissions souveraines, nettes de ses achats. En effet, avec ce programme, la BCE est devenue l’un des plus gros acheteurs de dettes européennes.

Chômage: Une baisse en trompe-l’œil

Les indicateurs sur l’emploi et le chômage livrés par le Haut-Commissariat au plan (HCP) auraient pu être bons s’ils ne s’accompagnaient pas, encore une fois, d’une baisse du taux d’activité et d’emploi. Ainsi 122.000 emplois ont été créés au troisième trimestre et le taux de chômage a baissé à 10% contre 10,6% à la même période de l’année dernière. Découragées, plusieurs personnes ne se présentent plus sur le marché du travail. 8% des chômeurs sont dans cette situation, une population qui compte 53% de jeunes âgés de 15 à 29 ans et 80% de diplômés. Le taux d’activité a ainsi reculé de 0,5 point à 45%.

Immobilier : ce que vous devez savoir avant de vendre un bien

Le bien ne doit être grevé d’aucune dette, même des arriérés de cotisations redevables au syndic. Le produit de la vente ne sera débloqué qu’après les formalités d’enregistrement et d’inscription et l’obtention du quitus fiscal. Pour un local commercial, le vendeur doit demander une déclaration de radiation du registre de commerce pour ne plus payer les impôts rattachés. Vous avez comme projet de vendre votre bien immobilier. Une fois l’acquéreur de votre actif trouvé, sachez que vous devez remplir un certain nombre d’obligations.

Emploi: Cinq régions concentrent plus de 70% des actifs

Quatre régions affichent des taux d’activité plus élevés que la moyenne nationale (45%), à savoir Casablanca-Settat (48,8%), Eddakhla-Oued Eddahab (48,5%), Marrakech-Safi (47,1%) et Tanger-Tétouan-Al Hoceima (45,4%).71,5% des chômeurs sont concentrés dans cinq régions (24,4% de chômeurs à Casablanca-Settat, 16,1% à Rabat-Salé-Kénitra, 10,2% à Fès-Meknès, 9,2% à Marrakech-Safi et 11,6% à l’Oriental),Par ailleurs, les taux de chômage les plus bas sont relevés dans les régions de Marrakech-Safi et de Béni Mellal-Khénifra avec respectivement 6,8% et 4,9%.

Les supérettes reprennent des couleurs

Les petites unités de distribution n’ont pas baissé pavillon devant les grandes surfaces qui continuent de pousser sur la majorité du territoire. Bien au contraire. De nouvelles enseignes émergent et s’imposent comme de véritables alternatives dans le commerce de proximité. En effet, au-delà des supérettes au format traditionnel tels Leader Price, Carrefour Market, Bim et autres plateformes à dimensions réduites, l’on voit grandir MyMarket, Market+ (anciennement epicerie.ma) et Openshop. De nouveaux «players» qui, par leur format, ressemblent à s’y méprendre aux supérettes, mais qui ont réussi à contourner la concurrence directe en adoptant un business model fondamentalement différent.

Face à Trump, la Chine contre-attaque

Ouvrir son marché et accroître ses achats à l’étranger… C’est devant un parterre de dirigeants mondiaux réunis au tout premier Salon des importations de Shanghai (du 5 au 10 novembre 2018) que le président chinois Xi Jinping a promis une nouvelle fois d’ouvrir davantage le marché chinois aux importations. Ce qui peut être perçue comme une réponse à la guerre commerciale lancée par le président américain Donald Trump, mécontent des déficits colossaux accumulés par son pays.

Le Maroc, serait-il le pays le plus cher du Maghreb en matière de carburants ?

Selon le GlobalPetrolPrices, un site spécialisé dans les prix des carburants dans le monde, le prix d’un litre d’essence au Maroc le 5 novembre 2018 est de 1.21 dollar, tandis que le prix moyen de l’essence par litre au niveau mondial est de 1.17 dollar.En reposant sur trois pays du Maghreb, le prix d’un litre de diesel le plus élevé est situé au Maroc (1.05 dollar), suivi par la Tunisie (0,60 dollar), l’Egypte (0.31 dollar) et finalement l’Algérie (0.19 dollar).Selon le même classement, le prix le plus bas d’un litre du GPL parmi les trois pays restants est en Algérie (0.08), suivi par l’Espagne (0.82 dollar) et enfin la France (0.97 dollar).

Les investisseurs français conquis par les attraits du Sahara

Construction de routes, aménagement des villes et des ports, création de parcs industriels, liaisons aériennes... Le Maroc veut accélérer le développement économique du Sahara, sans attendre un règlement politique sur le statut de l'ancienne colonie espagnole. Signe de cette politique volontariste, les autorités ont organisé début novembre un grand "Forum d'affaires" à Laâyoune, la plus grande ville du Sahara: le premier événement du genre sur les terres désertiques que le Polisario dispute au Maroc depuis des décennies.

Benchaâboun : Le Maroc a un rôle important à jouer pour le développement de l’Afrique

Le Maroc est présent en Afrique, dans plusieurs secteurs clés dont ceux des finances, des télécommunications et des travaux publics, a dit M. Benchaâboun dans une déclaration à la MAP en marge du Forum africain sur l’investissement, qui s’est ouvert mercredi au Convention Center de Sandton, quartier financier de Johannesburg. Cette présence, qui ne cesse de se renforcer, confère au Royaume une place de choix dans les efforts visant à densifier les relations économiques à l’échelle continentale, a-t-il dit, mettant l’accent sur la nécessité d’accélérer le développement en Afrique pour renforcer une croissance économique génératrice d’emplois pour la jeunesse.

Prêt de titres : 510 milliards DH de volume des opérations en 2017

Le volume des opérations de prêt de titres s’est élevé à près de 510 milliards de dirhams (MMDH), en augmentation de 57% comparativement au volume réalisé en 2016, selon l’Autorité marocaine du marché des capitaux (AMMC).Les opérations de prêt de titres ont principalement porté sur les bons du Trésor qui représentent à eux seuls 82% des titres prêtés, fait ressortir le rapport, ajoutant que les certificats de dépôt et les obligations ont aussi fait l’objet d’opérations de prêt avec des parts respectives avoisinant 11 et 5%. Le prêt sur actions est, pour sa part, demeuré marginal, avec une part représentant 1,1% du volume total, relève la même source.

Commerce intra-africain : 150 milliards de dollars en 2017 !

Le développement du continent africain passe par la croissance des échanges commerciaux. En témoigne la présence en force d’experts venant des quatre coins du continent au séminaire organisé pour la première fois au Maroc et à Casablanca par la Banque africaine d’import-export «Afreximbank», du 7 au 9 novembre 2018. L’objectif étant de débattre du financement et la promotion du commerce intra-africain. Tenu pour la première fois au Maroc, les organisateurs de ce séminaire justifient ce choix par la dynamique que connaît la croissance des échanges commerciaux du Maroc avec le reste de l’Afrique qui a augmenté à un taux moyen de 12,8% par an depuis 1995. De même, ses importations en provenance d’Afrique sont en tendance croissante.

Le Maroc, futur leader de la « propagation » de l’énergie solaire en Afrique ?

Le président du Groupe de la Banque africaine de développement, Akinwumia Adesina et le président du directoire de l’agence marocaine de l’énergie solaire, Mustapha Bakkoury ont signé mercredi 7 novembre 2018 à Johannesburg un accord qui fera du royaume chérifien le leader africain dans la migration du continent vers l’énergie solaire une source abondante quasiment dans les pays d’Afrique.

Le taux de chômage à 10% au 3e trimestre: Qui stoppera l'hémorragie ?

Le gouvernement doit redoubler d'effort pour infléchir sérieusement la courbe du chômage. Malgré les 122.000 emplois créés entre les troisièmes trimestres 2017 et 2018, le taux de chômage ne décroche pas de la barre des 10%. Il a certes cédé 0,6 point, mais cela reste insuffisant au regard des chantiers engagés dans les différents secteurs d'activité.

Véhicules d’occasion : le marché impacté par la mauvaise conjoncture

Le marché des véhicules d’occasion (VO) occupe une place particulière dans le marché automobile au Maroc, notamment par sa taille, puisqu’en volume, il représente quasiment trois fois les ventes de véhicules neufs. Le marché du VO a connu une forte croissance ces dernières années, avant d’être rattrapé par une conjoncture en berne. En 2016, il a culminé à 547. 000 mutations de cartes grises, enregistrant son record historique, avant de fléchir à 530.000 en 2017.

Commande publique : Les PME déçues

La commande publique, portée par les investissements publics situés à 195 Mds de DH par le PLF 2019, constitue un levier de développement pour les PME marocaines, qui représentent plus de 95% du tissu productif national. L’avènement du décret 2-12-349 relatif aux marchés publics, publié dans le Bulletin officiel en avril 2013, était perçu à l’époque par le milieu des affaires comme une grande avancée en matière d’accès des PME aux marchés publics, avec l’introduction de la notion de préférence nationale.

Morocco’s Unemployment Falls Slightly, Youth Unemployment at 27.5%

The unemployment rate in urban areas fell from 14.9 percent to 14.3 percent. The rate among women and those with degrees is 13.8 percent and 17.1 percent, respectively. The unemployment rate of those with a vocational training certificate is 23.9 percent: 36.5 percent for women and 19.3 percent for men.

Le taux d’inflation se stabilise à 7,4% en octobre 2018

Le taux d’inflation s’est stabilisé à 7,4% en octobre 2018. Et ce, après le repli enregistré entre le mois de septembre et août de 7.5% à 7.4%. Selon les statistiques publiées aujourd’hui par l’Institut national de la statistique (INS). Cette stabilité du taux d’inflation est due, essentiellement, à la conservation du même rythme d’augmentation des prix entre les mois d’octobre et septembre de cette année et la même période l’année dernière, soit un taux de 1.1%

Maroc : L'annulation de la dette publique en débat

La dette publique au Maroc inquiète certains politiques, des économistes mais aussi des associations. Dans un mémorandum récemment publié, l’association ATTAC Maroc revendique purement et simplement la répudiation de cette dette publique. « l’histoire est chargée d’aspects liés à la detteDetteDette multilatérale : Dette qui est due à la Banque mondiale, au FMI, aux banques de développement régionales comme la Banque Africaine de Développement, et à d’autres institutions multilatérales comme le Fonds Européen de Développement.

Production céréalière: La FAO revoit à la hausse ses prévisions

La FAO a revu à la hausse ses prévisions concernant la production céréalière mondiale pour cette année pour lui faire atteindre les 2.601 millions de tonnes. Selon le bulletin sur l’offre et la demande de céréales publié le 1er novembre 2018, la production mondiale de blé pour cette année devrait s’établir autour des 728 millions de tonnes. Cette année, la production mondiale de riz devrait surpasser le niveau record de 1,3% enregistré l’année dernière pour atteindre les 513 millions de tonnes.

Doing Business: Ces réformes qui ont porté le Maroc

Le Maroc a devancé des pays comme la Tunisie, le Qatar (83), l’Arabie Saoudite (92), l’Afrique du Sud (82) et le Kenya (61). Mais il est loin derrière la Turquie (43) et les Emirats Arabes Unis (11). S’il maintient le rythme des réformes, il pourrait atteindre l’objectif fixé de se hisser au 50e rang d’ici 2021. Ce classement, scruté par les investisseurs et les bailleurs de fonds internationaux, analyse dix indicateurs qui couvrent les principales étapes du cycle de vie d’une entreprise. Ils vont de la création au règlement de la solvabilité en passant par le raccordement à l’électricité ou l’obtention des prêts.

Pourquoi les Marocains épargnent peu

Importance de nouveaux produits pour canaliser l’épargne pour le financement de l’économie Au moment où le débat se focalise sur la problématique du financement, «on entend beaucoup moins parler de l’épargne, alors qu’elle en constitue le préalable». Car, «l’épargne n’a jamais été une fin en soi, mais sert plutôt à financer la croissance», a noté pour sa part Mohamed Berrada, ex-ministre des Finances.

Energies renouvelables: Revoir à la hausse les objectifs à l’horizon 2030

Le Maroc est déterminé à passer à la vitesse supérieure en matière d’énergies renouvelables. C’est ce qui ressort des directives royales adressées à Masen, actuel pilote du déploiement de la stratégie ENR, lors d’une séance de travail tenue le 1er novembre à Rabat. Tout en se félicitant des réalisations enregistrées jusque-là, le Souverain a demandé la révision à la hausse de l’ensemble des objectifs fixés à l’horizon 2030 car les 52% visés des EnR dans le mix électrique «seront largement dépassés». «En se basant sur une stratégie pertinente et audacieuse, tout projet, déployé de façon responsable et rigoureuse, ne peut que se traduire en dynamique vertueuse de développement et de progrès», lit-on dans un communiqué du cabinet royal.

Financements participatifs: Un Fonds de garantie en préparation

Tout au long des débats de la Commission des finances, qui avaient démarré la semaine dernière, Mohamed Benchaâboun est resté placide. Jeudi soir, il était également de marbre en dépit des attaques des députés du PJD qui le ciblaient lorsque l’un d’entre eux a parlé de «repeindre des cadres aux couleurs du RNI». Il est vrai qu’avant d’être nommé ministre de l’Economie et des Finances, Mohamed Benchaâboun n’avait pas d’appartenance politique.

Emploi : Yatim devant la Commission des secteurs sociaux

Le PLF 2019 a prévu une augmentation du budget du ministère de 5,66%, soit de 31 MDH passant de 548,7 MDH en 2018 à 579,764 MDH en 2019.L’exécution du budget selon les programmes fait ressortir un retard remarquable en ce qui concerne la protection sociale avec un taux d’engagement qui ne dépasse pas les 36,20%, soit environ 7,37 MDH (gestion et investissement) sur les 20,22 MDH prévus. Arrive en première position des programmes les plus avancés, celui de l’accompagnement et le pilotage avec 86,85% du budget exécuté pour une enveloppe exécutée de 54,7 MDH sur 86,89 MDH. Toutefois, malgré le retard qu’accusent certains programmes, le ministre prévoit la réalisation de 99,2% du prévu d’ici la fin de l’exercice 2018.

Le taux de chômage tombe à 10% au troisième trimestre 2018

Ce taux de chômage est passé de 14,9% à 14,3% en milieu urbain et de 4,6% à 3,9% en milieu rural. Ce taux reste relativement élevé parmi les jeunes âgés de 15 à 24 ans (27,5%), les femmes (13,8%) et les diplômés (17,1%). Entre le troisième trimestre de l’année 2017 et la même période de 2018, l’économie marocaine a créé 122.000 postes d’emploi, 118.000 en milieu urbain et 4.000 en milieu rural, note le Haut Commissariat au Plan (HCP).

Marché du travail au 3ème trimestre de 2018 Taux de chômage 10% et sous emploi 9,7%au même trimestre de 2017, 10,6% et 9,9%Contribution à la création de postes d'emploi : tous les secteurs à l'exception des BTP

Le taux de chômage est ainsi passé de 10,6% à 10% au niveau national ; de 14,9% à 14,3% en milieu urbain et de 4,6% à 3,9% en milieu rural. Ce taux reste relativement élevé parmi les jeunes âgés de 15 à 24 ans (27,5%), les femmes (13,8%) et les diplômés (17,1%). Le taux de chômage atteint parmi les détenteurs d'un diplôme de formation professionnelle 23,9%, 36,5%parmi les femmes et 19,3% parmi les hommes.

Agriculture : Le Crédit Agricole du Maroc accompagne l’opération Boudour

A l’occasion de la campagne agricole 2018/2019, le Groupe Crédit Agricole du Maroc s’associe à l’opération BOUDOUR lancée par le Ministère de l’agriculture, de la pêche maritime, du développement rurale et des eaux et forêts pour l’emblavement d’un maximum de superficies céréalières. Le GCAM mobilise ainsi ses structures spécifiques : banque classique et Tamwil El Fellah pour augmenter le financement alloué aux crédits de campagne en vue de promouvoir l’utilisation des semences sélectionnées ou améliorées pour augmenter sensiblement la productivité des céréales au Maroc.
Conjoncture du 05 au 09 Novembre 2018

Inscription à la newsletter







CND en photos
cnd
20150226_101251
20150226_100815
20150226_100529
rofoof
20150226_095904