Portail du Centre National de Documentation du Maroc

Conjoncture du 10 au 14 Juin 2019

Veille Maraacid


Marché des capitaux : investisseurs cherchent papier désespérément

La dernière sortie de l’Agence nationale des ports (ANP) sur le marché obligataire a donné lieu à un véritable rush de la part des investisseurs. Une ruée qui soulève bien des questions et montre que quelque chose ne tourne pas rond dans notre économie. L’Agence, qui est engagée dans un vaste programme d’investissement et qui a sollicité le marché pour lever un montant d’un milliard de dirhams remboursables sur 10 ans, a reçu une demande dépassant les 73 milliards de DH, soit un taux de souscription de 73,8 fois et un taux de satisfaction de 1,35%. Du jamais vu, de mémoire d’analystes !

Privatisations: Maroc Telecom, la plus «belle fille» du Trésor

Pour mobiliser rapidement les 10 milliards de DH de recettes de privatisation, l'Etat va encore recourir à l'un de ses plus beaux «bijoux de famille». Le Trésor va dans les prochains jours céder 6% du capital de Maroc Telecom pour 6,7 milliards de DH (le prix de l'action est fixé à 127 DH) aux investisseurs institutionnels. Il abandonnera 2% supplémentaires au marché boursier, ce qui rapportera 2,2 milliards de DH s'il maintient le prix inchangé.

TIR: L’export informel menace l’opération Marhaba

Est-ce la fin de l’anarchie dans le transport international des voyageurs? Pas sûr, mais les autorités espagnoles ont décidé d’appliquer la tolérance zéro aux autocars en partance et en provenance du Maroc en application de l’accord signé en 2015. Pour des raisons de sécurité, mais aussi pour en finir avec une activité informelle florissante à l’export dont on ne connaît pas la traçabilité de destinataires, les contrôles sont plus stricts. Des petites épiceries et magasins tenus par des MRE en Europe (Espagne, Belgique, France, Pays-Bas) sont discrètement approvisionnés en produits marocains à travers ce trafic. Actuellement 190 lignes relient le Maroc à l’Europe. Jusqu’à 809 fréquences sont effectuées par semaine. Le tarif fret est de 2,5 euros/kg.

L’automobile et Saham tirent les IDE

Le pays continue de bénéficier de performances économiques relativement stables et d’une économie diversifiée. Laquelle attire des investissements étrangers dans les domaines de la finance, des énergies renouvelables, des infrastructures et de l’industrie automobile. La Cnuced cite plusieurs projets déjà réalisés ou en cours par le Maroc. L’investissement le plus important a été l’acquisition des 53% restants de Saham Finances par Sanlam Emerging Markets (Afrique du Sud) pour un milliard de dollars.

Zleca : Au-delà de l’effet d’annonce

1,2 milliard de consommateurs, une valeur ajoutée prévisionnelle de 2.500 milliards de dollars, une baisse des importations d’origine extérieure au continent de 10 milliards d’USD et une hausse des échanges intracontinentaux de 60% d’ici 2022… : ce sont les chiffres actuellement mis en avant pour justifier la raison d’être de la zone de libre-échange continentale africaine (ZLECA). Officiellement entrée en vigueur le jeudi 30 mai 2019, elle suscite beaucoup d’enthousiasme.

Tunisie : Le déficit commercial atteint 8106 MD à fin mai

Les résultats des échanges commerciaux de la Tunisie avec l’extérieur aux prix courants durant les cinq premiers mois de l’année 2019 montrent que les exportations ont augmenté de 15,1% (+27,5% durant la même période de l’année 2018). Les exportations ont atteint le niveau de 19590,2 MD contre 17016,4 MD durant les cinq mois de l’année 2018. De même, les importations ont enregistré une hausse de 17,2% (+19,2% durant la même période de l’année 2018). Les importations ont ainsi atteint la valeur de 27696,2 MD contre 23640,9 MD durant les cinq mois de l’année 2018.

L’indice de la production Industrielle, énergétique et minière. Base 100 : 2010. Premier trimestre 2019

L’indice de la production des industries manufacturières hors raffinage de pétrole a enregistré une hausse de 2,7% au cours du premier trimestre 2019 par rapport à la même période de 2018. Cette évolution résulte notamment de la hausse de l’indice de la production des «industries chimiques» de 7,2%, de celui des « autres produits minéraux non métalliques » de 5,3% avec une augmentation de l’indice de la production du ciment de 7,9%, de celui des «articles d’habillement et fourrures» de 10,4%, de celui des «produits métalliques» de 12,1%, de celui des « produits de l’industrie textile » de 3,7%, de celui de l’«industrie automobile» de 1,5% et de celui des « équipements de radio, télévision et communication » de 5,2%.

Enquête Coface : Des délais de paiement supérieurs à 180 jours pour 50% de l’échantillon

Les délais de paiement ont connu une certaine embellie mais ils restent pour autant longs. C’est la révélation phare de la quatrième enquête de Coface sur le comportement de paiement des entreprises au Maroc. La problématique des délais de paiement continue à peser de tout son poids sur l’économie nationale. Si les efforts déployés par les pouvoirs publics sont perceptibles sur les délais de paiement appliqués par l’Etat (Observatoire et plateforme électronique Ajal), les crédits interentreprises demeurent élevés.

La filière des fruits rouges monte en puissance

L’évolution des superficies cultivées s’est poursuivie de plus belle durant l’actuelle campagne. Signe de l’attractivité de la filière, une assiette foncière additionnelle de 1297 hectares a été plantée. Ainsi, la superficie globale atteint 8 403 hectares à ce jour. La fraise domine toujours avec 42%. Elle est talonnée par la framboise (29%) et la myrtille (27,4%). Nouvellement implantées au Maroc, la baie de Godji et les mures se taillent 1,6%. Pour ce qui est des périmètres, le Loukkos s’accapare la part du lion (60%). Il est suivi par le Souss (25%) et le Gharb (15%).

Maroc: Les marchés actions finissent en hausse; l’indice Moroccan All Shares gagne 0,05%

La meilleure performance de la séance pour l'indice Moroccan All Shares est à mettre au crédit du titre Stroc Industrie (CS:STR) en hausse de 8,68% soit 1,47 points pour un cours de clôture de 18,40. En seconde position, on retrouve Credit eqdm (CS:EQDM) qui gagne 5,99% soit 71,0 points pour une clôture à 1.257,000. Le titre Timar (CS:TIM) vient compléter ce trio de tête avec une progression de 5,95% soit 8,00 points pour une fin de séance à 142,50.

Offre immobilière : les promoteurs s'adaptent aux exigences des clients

Les promoteurs déploient plusieurs moyens pour se différencier en ajoutant des prestations ou des équipements. Car, les clients deviennent de plus en plus exigeants. Par conséquent, des équipements qui étaient, il y a quelques années, réservés au segment du luxe, sont actuellement disponibles même dans l’offre de base. Allusion à la sécurité, aux espaces verts, à la proximité de divers équipements (centres de santé, écoles, mosquée, commerces)… Au niveau de l’architecture et de l’agencement d’un bien immobilier, la demande a évolué aussi. «Nous remarquons que les clients ont tendance à privilégier des chambres spacieuses sous forme de suite parentale plutôt que de grands salons et séjours.

Creusement du déficit commercial de 5% à fin avril

Le déficit commercial du Maroc s’est de nouveau creusé en avril 2019. Les chiffres publiés récemment par l’Office des changes font état d’une aggravation de 5% à près de 67,3 milliards de dirhams (MMDH) à fin avril dernier contre 64 milliards de dirhams (MMDH) durant la même période une année auparavant. Alors qu’il s’était allégé de 2,4% au premier trimestre de l’année en cours, suite à la hausse des exportations (+2.914MDH), plus importante que celle des importations (+1.774MDH), le déficit commercial s’est détérioré pour s’établir à -67.264MDH à fin avril 2019 contre -64.034MDH à fin avril 2018.

Les ambiguïtés du marché immobilier marocain

Le marché immobilier marocain est une grande énigme. C’est le moins que l’on puisse dire. Pendant que certains évoquent une crise, d’autres refusent totalement d’employer ce terme. Leur explication : Quand crise il y a eu dans certains pays européens, le secteur s’est complètement effondré avec des prix qui ont chuté de plus de moitié, des faillites de promoteurs, une activité à l’arrêt, or ce n’est pas le cas au Maroc. En effet, avec un déficit en logements de 400 000 unités et qui se creuse d’année en année, la demande potentielle est réelle.

Prix de l’immobilier : Un argus unifié pour Casablanca à partir du 1er juillet

A partir du 1er juillet 2019, Casablanca se dotera d’un nouveau référentiel des prix de l’immobilier. Cet argus est le fruit d’une collaboration étroite entre la Direction générale des impôts et l’Agence de conservation foncière permettant aux contribuables citoyens et opérateurs d’avoir une idée précise sur les prix pratiqués sur le marché immobilier. Une convention a été signée dans ce sens mercredi 12 juin par Omar Faraj, directeur général des impôts, et Karim Tajmouati, directeur général de l’Agence nationale de la conservation foncière, du cadastre et de la cartographie (ANCFCC) et ce sous la présidence de Mohamed Benchaâboun, ministre de l’économie et des finances.

Finances publiques : 96,9 milliards de dirhams de recettes générées à fin mai

Le mois de mai a été marqué par une hausse soutenue des recettes ordinaires brutes. Elles se sont appréciées de 8,2% passant en une année de 89,5 milliards de dirhams à 96,9 milliards de dirhams et ce sans tenir compte des versements en 2018 de 24 milliards de dirhams effectué à partir du compte spécial des dons des pays du Conseil de Coopération du Golfe. La progression enregistrée résulte de la hausse de 9,3% des impôts directs et de 6,5% des impôts indirects au moment où les recettes non fiscales, les droits de douane ainsi que les droits d’enregistrement et de timbre ont affiché des baisses respectives de 75,5, 6,8 et 0,8%. Les recettes fiscales se sont ainsi chiffrées à 89,7 milliards de dirhams, en amélioration de 6,4%.

Trésor : Le déficit budgétaire s’améliore, note la TGR

La situation des charges et ressources du Trésor a dégagé, à fin mai 2019, un déficit budgétaire de 21,6 milliards de dirhams (MMDH) contre 23,4 MMDH durant la même période un an auparavant, selon la Trésorerie Générale du Royaume (TGR). Ce déficit tient compte d’un solde positif de 9,3 MMDH dégagé par les comptes spéciaux du Trésor (CST) et les services de l’État gérés de manière autonome (SEGMA), précise la TGR dans son bulletin mensuel de statistiques des finances publiques de mai 2019.

Budget de la zone euro: Paris et Berlin espèrent un compromis européen

La France et l’Allemagne espèrent un compromis européen sur les contours d’un budget de la zone euro lors d’une réunion ministérielle jeudi à Luxembourg, quelque peu ternie par les bisbilles entre l’Italie et Bruxelles, qui la menace de sanctions pour sa dette excessive. Les ministres des Finances de l’UE doivent se mettre d’accord sur les grandes lignes d’un budget de la zone euro, un projet phare du président français Emmanuel Macron, considérablement revu à la baisse.

La croissance du PIB de l’Afrique devrait s’accélérer à 4% en 2019

La croissance économique du continent africain devrait s’accélérer à 4% en 2019 contre 3,5% en 2018, selon le rapport de la Banque africaine de développement (BAD) sur les “Perspectives économiques en Afrique 2019”, dont les principaux points ont été présentés mardi à Malabo par Hanan Morsy, directrice en charge du département des politiques macroéconomiques, des prévisions et de la recherche de la BAD.

L'économie mondiale entre croissance atone et tensions grandissantes La dette publique des économies émergentes en hausse de 15% en fin 2018 - La croissance des investissements inférieure à la moyenne historique

La croissance de l’économie mondiale s’est tassée à son niveau le plus bas depuis trois ans. Elle devrait se stabiliser à court terme, mais cette dynamique reste fragile et exposée à des risques importants. Les investissements et les échanges internationaux ont été plus faibles qu’escompté au début de l’année, tandis que les grandes économies avancées et en particulier la zone euro, ainsi qu’un certain nombre de marchés émergents et d’économies en développement ont affiché une activité plus modeste que prévu.

L'importation des équipements reprend

Les achats de biens d’équipement ont atteint 43,2 milliards de DH, en progression de 7,2%. Ceux des demi-produits ont pris 7,1%. Ces deux groupes représentent près de la moitié des importations (47,2% contre 46,1% une année auparavant). La facture énergétique est en hausse de 5,5%. Elle a atteint 26 milliards de DH sous l’effet notamment du cours du baril.

BM: La croissance mondiale devrait ralentir à 2,6 % en 2019

Dans les marchés émergents et les économies en développement, la croissance devrait se renforcer l'an prochain, plusieurs pays étant sortis de leurs difficultés financières, mais le rythme restera modéré, précise l’Institution de Bretton Woods dans l’édition de juin 2019 des Perspectives économiques mondiales, intitulée « Tensions grandissantes et investissements atones ». Selon le rapport, la faiblesse des investissements freinent l’essor des économies émergentes et en développement, et les risques pesant sur les perspectives sont largement à la baisse.

Concilier croissance économique et écologie : le « en même temps » du Premier ministre )

« J’ai mis du temps à considérer que ces enjeux étaient aussi urgents que l’emploi et la sécurité, a-t-il d'abord admis. Je ne suis pas un défenseur de la décroissance, je crois en la science, je sais ce que notre pays doit à son agriculture, j’aime l’industrie et je l’assume, je crois en l’économie de marché régulée, en l’innovation et en la force de la croissance. Je crois possible un modèle économique qui ne condamne pas ceux qui viendront après nous ou qui vivent loin de nous. »

Maroc : les délais de paiement s’améliorent mais restent trop longs

Passant de 99 à 93 jours en moyenne, les délais de paiement contractuels restent longs et répandus. Près de la moitié des personnes interrogées déclarent ainsi avoir connu des délais dépassant les 180 jours. Le délai légal maximum fixé entre 60 et 90 jours est donc largement dépassé. Mais il est à noter que les entreprises ont décelé une amélioration au cours du dernier semestre avec une mention spéciale pour les services de l’État et les entreprises publiques qui s’avèrent devenir de meilleurs payeurs.

Blé: les premiers appels d’offres réservés exclusivement à la récole nationale

Le blé tendre rendu moulin sera commercialisé au prix de 280 dirhams le quintal au titre de la campagne céréalière 2018/2019. Cette année, le gouvernement a décidé de mieux valoriser la production nationale comparativement aux années précédentes où le prix de vente ne dépassait pas les 200 à 250 dirhams le quintal.

La durabilité des ressources de la pêche, une priorité absolue pour l’Espagne

« Une pêche durable ne pourra que garantir l’avenir à long terme du secteur et sera un moyen de subsistance pour nos régions côtières », a-t-il ajouté lors des Annonces du renouvellement des engagements au titre de la Déclaration « MedFish4Ever » de Malte dans le cadre de la Conférence de haut niveau de la Commission Générale des Pêches pour la Méditerranée (CGPM) sur les initiatives « MedFish4Ever » (Marrakech 11 et 12 juin).

Les comptes nationaux provisoires de 2018

L’arrêté des comptes nationaux de l’année 2018 fait ressortir un ralentissement de la croissance de l’économie nationale se situant à 3% au lieu de 4,2% en 2017. Cette croissance a été tirée par la consommation finale des ménages et l’investissement dans le contexte d’une inflation maitrisée et d’un besoin de financement de l’économie nationale en augmentation.

L'OCP développe un programme d'économie circulaire à portée sociale

Le groupe OCP développe un programme d'économie circulaire inclusif et à portée éminemment sociale, a affirmé mardi à Montréal Hanane Mourchid, directrice en charge de l'économie circulaire au sein du groupe. Ce programme vise notamment à porter de 70% à 100% le recours à l’énergie électrique propre et la consommation d’eau urbaine recyclée et l’eau de mer dessalée de 30% à 100%, a déclaré à la MAP Mme Mourchid à l'occasion de sa participation au forum sur "l’économie circulaire au cœur d’un nouveau modèle d’affaires", organisé dans le cadre de la Conférence de Montréal du Forum international des Amériques.

ODD: Mme El Ouafi pour la conjugaison des efforts internationaux

La secrétaire d’État au Développement durable, Nezha El Ouafi, a appelé, mercredi à Rabat, à la conjugaison des efforts à tous les niveaux et au renforcement de la coopération internationale fondée sur la solidarité entre les peuples dans le but de faire progresser la mise en œuvre du Plan de développement durable à l’horizon 2030.

L’Accord de pêche au menu d’une rencontre bilatérale Maroc-Espagne

Une rencontre bilatérale entre Aziz Akhannouch, ministre de l’Agriculture, de la Pêche Maritime, du Développement Rural et des Eaux et Forêts du Royaume du Maroc et Luis Planas Puchades, ministre espagnol de l’Agriculture et de la Pêche a été tenue ce mercredi 12 juin en marge de la conférence de Haut Niveau sur les initiatives Medfish4ever.

Maroc : une étude minimise le poids des risques sur l'expansion africaine des grands groupes bancaires

L'étude suggère que ces entités « fassent preuve de grande vigilance pour anticiper autant le durcissement des règles prudentielles avec l’entrée en vigueur de Bâle II et III que la recrudescence des pressions concurrentielles qui pourrait contribuer à comprimer » leurs marges bénéficiaires.

Algérie : contraction des réserves de change en 2018

Dans une note rendue publique sur les évolutions majeures enregistrées au cours de l’année dernière, la Banque d’Algérie indique que cette contraction de l’ordre de 17,45 milliards USD est « légèrement supérieure » au déficit du solde global de la balance des paiements – qui a affiché un déficit de 15,82 milliards de dollars en 2018, contre 21,76 milliards un an plus tôt. Ceci, en raison de l’effet de valorisation négative de près de 1,73 milliards USD, lié à la dépréciation de l’euro vis-à-vis du dollar entre décembre 2017 et décembre 2018.

La croissance du PIB de l’Afrique devrait s’accélérer à 4% en 2019

La croissance économique du continent africain devrait s’accélérer à 4% en 2019 contre 3,5% en 2018, selon le rapport de la Banque africaine de développement (BAD) sur les “Perspectives économiques en Afrique 2019”, dont les principaux points ont été présentés mardi à Malabo par Hanan Morsy, directrice en charge du département des politiques macroéconomiques, des prévisions et de la recherche de la BAD.

La BCE reporte la hausse des taux

Le gouverneur de la Banque Centrale Européenne (BCE), Mario Draghi, qui avait plus ou moins annoncé qu'il y aurait une intervention sur les taux à l'été 2019, a reculé la date au premier semestre 2020. Parmi les autres sujets d'actualité, le Fonds monétaire international a revu à la hausse les prévisions de croissance 2019 et 2020 pour les Etats-Unis, tout en avertissant des conséquences néfastes de la guerre commerciale sino-américaine, rapporte l'AFP.

Le Maroc consolide sa position de 1er fournisseur de l'Espagne en fruits et légumes

Les importations de fruits et légumes depuis le Maroc se sont inscrites en hausse de 4% par rapport à la même période de 2018, a ajouté la Fédération espagnole des associations de producteurs exportateurs de fruits, légumes, fleurs et plantes vivantes (FEPEX), dans un communiqué, citant des données du Département espagnol des douanes et des impôts spéciaux.

Lancement des activités des organismes de placement collectif immobilier « OPCI »

Le ministère de l’Économie et des finances et l’Autorité marocaine du marché des capitaux (AMMC) ont organisé, mardi 11 juin 2019 à Rabat, une rencontre dédiée au lancement effectif des activités des Organismes de placement collectif immobilier “OPCI” au Maroc. Ouvrant les travaux de cette rencontre, le ministre de l’Économie et des finances, Mohamed Benchaaboun, a rappelé les efforts déployés ces dernières années par le gouvernement dans le sens du développement et de l’approfondissement du marché des capitaux, insistant sur les objectifs de la mise en place du cadre juridique et réglementaire régissant les activités de placement collectif dans l’immobilier au Maroc.

Aggravation du déficit commercial à 8106 MD durant les cinq premiers mois de 2019

Selon une note sur le Commerce Extérieur aux prix Courants pour le mois de mai 2019, publiée par l’Institut national de la Statistique (INS), le déficit commercial s’est établi à 8106 MD durant les cinq premiers mois de l’année 2019, contre 6624,5 MD durant la même période de 2018. Le taux de couverture a enregistré une baisse de 1,3 point à 70.7%, par rapport aux cinq premiers mois de l’année 2018 pour s’établir soit 72%.

IDE : Un flux de 5,8 milliards de dirhams à fin avril

Le flux net des Investissements directs étrangers (IDE) au Maroc a atteint plus de 5,8 milliards de dirhams (MMDH) à fin avril 2019 contre 7,6 MMDH, en repli de 23,3% par rapport à la même période un an auparavant, selon l’Office des changes. Cette baisse est due à la diminution des recettes des IDE de 9,5% à 10,666 MMDH, conjuguée à la hausse des dépenses de 15,6% (652 MDH), explique l’Office des changes dans une note sur ses indicateurs des échanges extérieurs du mois d’avril.

L’initiative de la Ceinture bleue, une réponse concrète aux enjeux et défis de la durabilité de la pêche et de l’aquaculture

L’initiative de la Ceinture Bleue, lancée par le Maroc avec l’ensemble de ses partenaires, lors de la COP22, constitue une réponse concrète par l’action, aux enjeux et défis de la durabilité de la pêche et de l’aquaculture aussi bien en Afrique qu’en Méditerranée, a affirmé mardi, à Marrakech, la Secrétaire d’Etat chargée de la pêche maritime, Mbarka Bouaida.

Rupture des médicaments : Pas de quoi s'alarmer selon Doukkali !

Depuis quelques semaines, des informations sur la rupture des médicaments dans le secteur public circulent mettant en alerte toute la population notamment la plus vulnérable qui, faute de moyens, n’a d’autres choix que de diriger vers l’hôpital public. Une crainte soulevée au Parlement par le groupe du PJD qui a adressé au ministre de la Santé une question sur la rupture continue de certains médicaments.

Partenariat économique Maroc-France: Le Drian promet un discours mobilisateur

Le déplacement du chef de la diplomatie française au Maroc s’est soldé, hier 10 juin, par une visite au campus de l’Université Euromed de Fès (UEMF). «Je suis stupéfait par la rapidité du développement que connaît cette université. L’enjeu de la formation est essentiel pour le développement de l’Afrique. C’est un souci partagé par les plus hautes autorités de l’Etat en France imprégnées d’un discours mobilisateur en ce sens», a exprimé Jean-Yves Le Drian. Ce dernier a annoncé qu’une visite d’Etat du président Emmanuel Macron est prévue «prochainement» au Maroc. Le ministre français a aussi noté que les préparatifs vont bon train pour le sommet de haut niveau prévu avant fin 2019, entre les gouvernements marocain et français
Conjoncture du 10 au 14 Juin 2019


Dans la même rubrique :
< >

Lundi 15 Juillet 2019 - 16:49 Conjoncture du 08 au 12 Juillet 2019

Lundi 8 Juillet 2019 - 16:29 Conjoncture du 01 au 05 Juillet 2019

Inscription à la newsletter







CND en photos
20150226_101251
20150226_100728
20150226_100529
20150226_095904
abh
cnd