Portail du Centre National de Documentation du Maroc

Conjoncture du 11 au 15 Décembre 2017

Veille Maraacid


Ménages : Un revenu brut disponible de 665,1 milliards DH

Rapporté à la population, le revenu brut disponible a atteint 19.286 dirhams en 2016, en hausse de 1%. Une hausse qui résulte notamment de la consolidation du revenu brut disponible aussi bien pour les administrations publiques (6,8%) que pour les sociétés financières et non financières (3,1%) et ménages ISBLSMS (2,1%) le Revenu national brut disponible (RNBD) a connu une hausse de 3,2% en 2016 pour se situer à 1076,9 milliards de DH. Cette amélioration est due à l’augmentation du revenu brut disponible de 6,8% pour les administrations publiques, de 3,1% pour les sociétés (financières et non financières) et de 2,1% pour les ménages et institution sans but lucratif au service des ménages (ISBLSM).

L'euro baisse après la réunion de la Banque centrale européenne | L'Echo

L’euro s’est orienté à la baisse jeudi après les propos du président de la Banque centrale européenne (BCE), Mario Draghi, qui a souligné l’amélioration significative des perspectives de croissance en zone euro mais a maintenu un discours accommodant sur la politique monétaire. 30 milliards €En janvier et jusqu’en septembre, la BCE va diminuer de moitié le montant de ses rachats d’actifs sur les marchés: de 60 à 30 milliards d’euros.

La Banque mondiale prête 172 millions d'euros pour développer Casablanca

La Banque mondiale a approuvé, jeudi 13 décembre, un prêt de 172 millions d'euros (soit environ 1,9 milliard de dirhams) pour soutenir le développement urbain de Casablanca. Ce programme d’appui à la capitale économique du royaume "s’inscrit dans la continuité du Plan de développement du Grand Casablanca (PDGC), lancé en 2014 avec l’objectif de stimuler l’attractivité et la compétitivité économique de la ville"."En tant que première agglomération et capitale économique du pays, le Grand Casablanca incarne les défis et les opportunités de l’urbanisation du Maroc", souligne Augustin Maria, spécialiste senior du développement urbain à la Banque mondiale et chef d’équipe du projet.

Industrie de la céramique : le Maroc se place parmi les 21 premiers producteurs mondiaux

Avec une capacité de production annuelle de 100 millions de m2, l’industrie céramique marocaine se place parmi les 21 premiers producteurs mondiaux, indiquent, mercredi à Casablanca, les professionnels du secteur. Lors d'une rencontre initiée par l’association des professionnels des industries céramiques (APIC) et l’association nationale des professionnels de la céramique, les intervenants ont notamment insisté sur '’une action commune’’ afin d’améliorer la qualité des produits et de lutter contre la concurrence déloyale dans ce secteur.

Industries manufacturières: Hausse de 1,9% de l'indice de production au troisième trimestre

L’indice de la production des industries manufacturières hors raffinage de pétrole a enregistré une hausse de 1,9% au cours du troisième trimestre 2017 par rapport à la même période de 2016, indique le Haut-Commissariat au Plan. Cette évolution résulte notamment de la hausse de l’indice de la production des «autres produits minéraux non métalliques» de 7,3% avec une augmentation de l’indice de la production du ciment de 8,2%, de celui des «industries chimiques» de 4,8%, de celui des «industries alimentaires» de 0,8%, de celui des « produits en caoutchouc ou en plastique » de 4,9%, de celui des «autres matériels de transport » de 7,0% et de celui des «produits métalliques» de 1,7%, selon le HCP.

4.121 entreprises radiées à fin octobre

Les radiations d’entreprises se poursuivent. A deux mois près de la fin de l’année, l’Office marocain de la propriété industrielle et commerciale relève des chiffres alarmants. Sur les dix premiers mois de l’année, 5.514 entreprises sont entrées en phase de dissolution, dont 1.145 en janvier et 612 en octobre. Les radiations sont en constante évolution. Sur la même période, 4.121 entreprises ont accompli la procédure de dissolution et ont clôturé la liquidation. Or cette décision ne concernait que 3.509 entreprises à la même période de l’année passée.

Commerce mondial: Qui veut tuer l’OMC?

Les Etats-Unis ont adressé, encore une fois, une nouvelle série de critiques à l'Organisation mondiale du commerce (OMC), lors de sa 11e Conférence ministérielle tenue du 10 au 13 décembre à Buenos Aires (Argentine). Le représentant américain au Commerce Robert Lighthizer a regretté que l’Organisation perd son objectif essentiel et soit axée sur les litiges.

Régression du taux d’épargne des ménages en 2016 : Dégradation de 0,6% du pouvoir d’achat, selon le HCP

Les sociétés financières et non financières ont été le premier producteur de la richesse nationale en 2016, a indiqué récemment le Haut-commissariat au plan (HCP) dans sa dernière note d'information. Dans ce document relatif aux comptes des secteurs institutionnels pour l'année 2016, le Haut-commissariat a relevé que ces sociétés (financières et non financières) ont connu une légère amélioration de leur contribution au produit intérieur brut (PIB), passant de 42,9% en 2015 à 43,2% 2016.

Mission de prospection fructueuse d'opérateurs économiques marocains en Ethiopie

Les opérateurs économiques marocains en visite à Addis-Abeba pour nouer des contacts avec leurs homologues éthiopiens ont qualifié, mardi, de "fructueuses" les discussions qu’ils ont eues dans ce pays de l’Afrique de l’Est. Cette mission économique a permis aux différentes entreprises marocaines qui ont fait le déplacement en Ethiopie de faire connaître leurs produits ainsi que la qualité et la diversité de leur offre aux importateurs éthiopiens.

Lancement de la base 2018 du Top 1000 DSI & RSSI du Maroc

Pour faciliter les opérations de prospection du marché marocain sur ce segment de l’économie numérique, le cabinet du conseil digital et d’intelligence économique, Jankari Consulting, lance la version 2018 de sa base électronique du Top 1000 directeurs des systèmes d’information (DSI), des responsables de la sécurité des systèmes d’information (RSSI) et des Chief Digital Officer (CDO). L’offre Data de Jankari Consulting ne se limite pas au Top 1000 entreprises du Maroc, elle couvre, aussi, l’Afrique francophone. Parallèlement à la base DSI, RSSI et CDO Maroc et Afrique, l’entreprise dispose d’une offre «Smart Data Morocco» qui regroupe la data professionnelle des managers du comité de direction du Top 1000 entreprises du Maroc.

L’UE s’apprête à déverrouiller les négociations du Brexit

Les dirigeants européens doivent faire sauter un premier verrou dans les négociations du Brexit, lors d’un sommet vendredi à Bruxelles, en acceptant de négocier une période de transition puis d’ébaucher la future relation commerciale entre l’UE et le Royaume-Uni, une tâche qui s’annonce très complexe. Mais leur feu vert ne débouchera pas immédiatement sur des négociations commerciales avec Londres car le gouvernement de Theresa May — tiraillé entre partisans d’un Brexit « dur » et d’une sortie en douceur — n’a donné aucune indication sur le type de partenariat qu’il souhaite nouer avec l’UE après le Brexit.

Pas d’industrie automobile sans le Maroc, souligne Moulay Hafid Elalamy

Le Royaume, terre d’accueil d’opérateurs de grand renom du secteur, a mené « un travail de longue haleine pour se positionner en tant que plateforme de construction et d’exportation », s’est félicité le ministre au cours d’une conférence de presse tenue à l’issue de la cérémonie de lancement de 26 investissements industriels dans l’automobile, présidée par le Roi Mohammed VI au Palais Royal de Casablanca. Les projets annoncés « attestent de la confiance des opérateurs internationaux dans le programme industriel national », s’est encore réjoui M. Elalamy, deux jours après l’annonce de l’installation au Maroc du géant chinois de la voiture électrique BYD Auto Industry.

Aquaculture : Le Maroc vante ses offres d’investissement devant les Chinois

La rencontre sino-marocaine autour de l’aquaculture, marquée lundi à Rabat par la présence d’une délégation provenant de la province de Shandong, a nourri de grandes ambitions chez la secrétaire d’Etat chargée de la pêche maritime. La secrétaire d’Etat rappelle par l’occasion que le Maroc a l’objectif d’atteindre 200 mille tonnes d’ici 2020 avec un potentiel de 380. Une coopération qui se veut de développer le volet économique et qui rentre notamment dans le développement de l’aquaculture que la secrétaire d’Etat qualifie de «nouveau secteur au Maroc».

Médicaments : Menaces sur l’industrie nationale ?

L’industrie pharmaceutique nationale est en état d’alerte. Et pour cause, les professionnels du secteur s’inquiètent de la hausse des importations de médicaments et y voient une menace sur leurs activités. En quelques années, notent-ils, le Maroc est passé à un taux de couverture locale de ses besoins en médicaments de 85% à moins de 65%. La facture des importations est, elle, montée en quelques années à 5,5 MMDH, contre 2,5 MMDH, soit plus du double.

BCE : Le bitcoin a priori pas un risque macroéconomique

L'éventuelle explosion d'une bulle liée à la flambée du bitcoin constitue un risque pour les investisseurs et les particuliers qui achètent cette cryptomonnaie mais ne représente a priori pas un risque macroéconomique, a déclaré lundi Benoît Coeuré, membre du directoire de la Banque centrale européenne.

Dette du Trésor : 125,5 milliards de dirhams ont été remboursés depuis le début de l’année

Le ministre de l’économie et des finances, Mohamed Boussaid l’avait promis : le gouvernement allait publier chaque mois le montant des remboursements de la dette du Trésor. C’est désormais chose faite avec la publication de la situation de l’endettement du Trésor et des remboursements de la dette du Trésor à fin novembre 2017.

Investissements publics : ces milliards improductifs

Le Maroc accumule du capital sans pour autant améliorer la productivité susceptible de répondre aux besoins de l'économie. Le rapport investissement/PIB oscille autour de 33%. L'investissement public génère seulement un taux de croissance économique de 3%. Les efforts d'investissement entamés au cours des dernières années n'arrivent pas encore à booster le taux de la croissance économique comme il se doit. L'investissement public se caractérise par une faible productivité et, par ricochet, par un impact modeste sur la croissance économique et le développement des régions et du pays en général.

Bourse de Casablanca: Le vent de novembre bien orienté

À l’approche de la fin de l’exercice, les indices de la Bourse de Casablanca se redressent et semblent se préparer pour finir l’année en apothéose. Au terme du mois de novembre, le MASI gagne 1,58%, portant la performance annuelle à 7,94%, tandis que le MADEX avance de 1,71%, portant la performance annuelle à 7,47%. Les indices footsies n’étant pas en reste, ils affichent des performances annuelles de l’ordre de 10,78% pour Morocco 15 Index et de 8,5% pour le Morocco All-Liquid.

Les investisseurs marocains dans les Bitcoins bravent l'interdiction de l'Office des changes

La communauté marocaine qui a investi dans les monnaies virtuelles l'a fait depuis des années alors que les cours étaient encore bas. Avec la dotation touristique autorisée, un Marocain pouvait acheter en toute "légalité" des Bitcoins comme il achèterait tout autre produit à partir de l'étranger. Ce n'est qu'à partir du moment où le cours du Bitcoin a explosé, dépassant la barre des 4.000 dollars, que l'achat est devenu plus difficile.

Le Maroc enregistre le meilleur taux de pénétration d'Internet en Afrique

Selon Internet Society, l'économie autour du net progresse de manière significative en Afrique, mais elle ne représente encore en moyenne que 1,3% du PIB du continent. Selon l'étude "Promouvoir l'économie Internet africaine", élaborée par l'ONG Internet Society (ISOC) sur l'évolution et l'utilisation d'Internet en Afrique, plusieurs pays ont réussi dans le développement de plateformes en ligne, favorisant ainsi la croissance des entreprises locales. D'après Dawit Bekele, directeur Afrique d'Internet Society, "l'économie d'Internet présente une opportunité majeure pour l'Afrique.

5 conclusions des études du HCP et de la Banque Mondiale sur le marché du travail et la pauvreté au Maroc

Les études réalisées par la Banque mondiale et le HCP font ressortir que le Maroc fait aujourd'hui partie des pays à revenu intermédiaire de tranche inférieure avec un revenu par tête de 3.340 dollars par an. La croissance du PIB par habitant est due à l'amélioration de la productivité et non pas à la hausse du taux d'emploi.

Immobilier : la chute des prix se poursuit à Casablanca

Le secteur de l’immobilier en a traversé des turbulences ces derniers mois et aucune éclaircie ne semble se profiler à l’horizon. Il est aujourd’hui certain que le dispositif incitatif du logement pour la classe moyenne, attendu par les opérateurs pour relancer de manière globale le secteur, ne verra pas le jour à travers la Loi de finances 2018. Pourtant, les logements à moins de 600 000 DH bénéficiant comme le logement social d’une exonération de TVA auraient pu vraiment faire la différence, assure Abdelhay Sbai, un des premiers promoteurs immobiliers à Tanger, membre de l’association des professionnels de la ville.

Istitmar Croissance : 56 entreprises bénéficiaires depuis 2015

Un total de 56 entreprises ont bénéficié du programme « Istitmar Croissance » dédié au petites et moyennes entreprises (PME), depuis son lancement en août 2015, jusqu’à septembre 2017, ce qui représente un investissement total de 379,7 MDH, supporté par l’État à hauteur de 78,3 MDH, et une création de 5.179 emplois prévisionnels (directs et indirects), a souligné, mardi à Rabat, le ministre de l’Investissement, du Commerce et de l’Économie numérique, Moulay Hafid El Alamy à la Chambre des conseillers.

E-U : La FED s’apprête à relever ses taux d’intérêt

La Banque centrale américaine (Fed) devrait relever les taux d’intérêts mercredi à l’issue d’une réunion monétaire, au moment où l’économie des Etats-Unis tourne à plein régime et qu’une relance fiscale, voulue par Donald Trump, se profile. Les très bons chiffres de l’emploi de novembre publiés vendredi ont donné le dernier feu vert guetté par les marchés qui anticipaient depuis un certain temps une hausse modérée d’un quart de point de pourcentage des taux d’intérêt directeurs.

Investissement, recherche, innovation et formation, principaux obstacles à la compétitivité

Le Centre marocain de conjoncture (CMC) a réalisé, courant 2017, un sondage d’opinion sur la perception de la compétitivité du Maroc par les responsables des entreprises marocains. Cette investigation révèle le point de vue du patronat marocain sur l’environnement économique qu’offre le Maroc pour permettre aux entreprises nationales de gagner des parts de marché à l’étranger, montre quel jugement ont les industriels sur la compétitivité de l’économie nationale au cours des décennies 2000 et 2010, compare la performance du Maroc par rapport aux pays voisins et concurrents, identifie les atouts et les handicaps du Maroc en matière de compétitivité, donne l’avis des industriels sur les mesures annoncées par le gouvernement, relève les facteurs limitatifs, actuellement, de la production nationale et les attentes des chefs d’entreprise tant du gouvernement que de l’ouverture du Maroc sur l’Afrique.

Légère baisse des prix mondiaux des produits alimentaires en novembre

Les dernières données relevées puis analysées par l’Organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO) font état d’une baisse des prix alimentaires au titre du mois de novembre. En dépit d’une industrie céréalière en plein essor, la FAO a indiqué que « les prix mondiaux des produits alimentaires ont légèrement baissé au cours du mois dernier, tandis que la baisse des prix des produits laitiers a permis de compenser la hausse des cotations pour le sucre et les huiles végétales ».

​Le Maroc, pays le plus attractif du continent africain en 2017

Principaux enseignements de l’étude de l’Observatoire Intermat du BTP Le Royaume affiche un taux de croissance de 5% prévu jusqu’en 2030, affirme l’étude de l’observatoire français, présentée par Laura Sanchez, directrice communication du Salon Intermat, et Khalid Idrissi Kaitaouni, directeur du Pôle adhésions et développement des services à la Chambre française de commerce et d’industrie du Maroc (CFCIM) lors d’une conférence dédiée à la présentation du Salon international de la construction et des infrastructures, prévu du 23 au 28 avril 2018 à Paris avec la participation du Maroc. L’enquête de l’Observatoire Intermat du BTP, menée dans 12 pays à fort potentiel, avec un focus sur les marchés ivoirien, kényan et marocain, comprend une analyse quantitative et qualitative des données géographiques des pays ciblés, des indicateurs macroéconomiques, des données commerciales, une analyse de la croissance économique à court et moyen termes, les plans d’investissement ainsi que le degré d’innovation et besoins en équipements et matériels.

​Déficit budgétaire de 28,5 MMDH à fin octobre

La situation des charges et ressources du Trésor dégage un déficit budgétaire de 28,5 milliards de dirhams (MMDH) à fin octobre 2017, contre 32,8 MMDH un an auparavant, selon la Trésorerie Générale du Royaume (TGR), relevant du ministère de l’Économie et des Finances. Dans son bulletin mensuel de statistiques des finances publiques d’octobre 2017, la TGR indique que les recettes ordinaires ont affiché une hausse de 3,5% à 179,2 MMDH à fin octobre 2017, tandis que les dépenses émises au titre du budget général ont augmenté de 7,3% à 262,2 MMDH.

​Les oliviers représentent 55% de la superficie globale des arbres fruitiers de Rabat-Salé-Kénitra

La superficie des oliviers a atteint 55% de celle des arbres fruitiers dans la région de Rabat-Salé-Kénitra, depuis le lancement du plan agricole régional, a indiqué récemment un communiqué de la direction régionale de l’agriculture. Depuis le lancement du Plan Maroc Vert jusqu'à présent, plusieurs importants projets ont été mis en œuvre, visant le développement de l'olivier dans la région, dont le nombre est estimé à 11 projets, avec un investissement global de 327 millions de dirhams (MDH), au profit de 10.216 agriculteurs, sur une superficie globale de 25.000 ha, poursuit le communiqué. Dans cette perspective, la direction régionale de l’agriculture annonce le lancement de deux nouveaux projets en 2018, pour le développement de cette chaîne, sur une superficie globale estimée à 304 ha, pour une enveloppe budgétaire de 4,2 MDH, lesquels projets profiteront à plus de 153 agriculteurs.

​BYD, géant chinois de la voiture électrique, s’installe au Maroc

S.M le Roi Mohammed VI a présidé, samedi au Palais Royal à Casablanca, la cérémonie de présentation du projet de réalisation au Maroc par le groupe chinois «BYD Auto Industry» d’un écosystème de transport électrique, et de signature du protocole d’accord y afférent. Au début de cette cérémonie, il a été procédé à la projection d’un film institutionnel retraçant les efforts déployés par le Royaume pour assurer la transition énergétique vers les énergies renouvelables, promouvoir la mobilité verte et s’inscrire dans une dynamique de développement durable pour les générations futures.
Conjoncture du 11 au 15 Décembre 2017


Dans la même rubrique :
< >

Lundi 22 Octobre 2018 - 08:57 Conjoncture du 15 au 19 Octobre 2018

Lundi 15 Octobre 2018 - 10:14 Conjoncture du 08 au 12 Octobre 2018

Inscription à la newsletter







CND en photos
20150226_101251
20150226_100815
20150226_100556
abh
cnd
20150226_095904