Portail du Centre National de Documentation du Maroc

Conjoncture du 25 Février au 01 Mars 2019



Veille Maraacid


Sucre. Les fondamentaux du marché mondial

La consommation du sucre devrait accroître de 1,63% à 178.041 millions de tonnes (MT) en 2018/2019, a indiqué, jeudi à Casablanca, M. Sergey Gudoshinkov, économiste senior à l'Organisation internationale du sucre (ISO). Intervenant lors d'un panel sur le "tour d'horizon du marché sucrier mondial", organisé en marge de la 3è conférence internationale du sucre, M. Gudoshinkov a fait savoir que la consommation du sucre devrait passer de 175.193 MT en 2017/2018 à 178.041 MT en 2018/2019, alors que la production reculerait de 2,34% à 178.682 MT au cours de la même période.

Climat des affaires : Le patronat veut du concret

Le patron de la Confédération générale des entreprises du Maroc, Salaheddine Mezouar, poursuit sa tournée régionale. Cette fois-ci, il a fait escale à Rabat pour se réunir avec le bureau régional de la CGEM de Rabat-Salé-Kénitra (RSK). Cette rencontre-débat a permis aux membres de la CGEM RSK de présenter les axes de la stratégie du bureau «qui s'inscrivent dans une dynamique de synergie avec tous les bureaux de la Confédération au niveau régional», explique son président, Abdelkader Benbekhaled.

Les exportations turques dopées par la livre et le gouvernement

Alors que la demande interne est en berne, les exportations sont devenues une source importante, voire vitale, de revenus pour l'économie turque. Selon une note de Coface consacrée à la Turquie, le pays «subit actuellement un ralentissement économique brutal, auquel s'ajoute une inflation en hausse suite à la forte dépréciation de la livre au cours de l'année 2018 qui a affecté la consommation et la production du pays».

BAM : Le crédit au secteur non financier a progressé en janvier 2019

Le rythme de progression annuelle du crédit bancaire au secteur non financier s'est accéléré à 3,3% en janvier 2019, après 3,1% un an auparavant, indique Bank Al-Maghrib (BAM). Par objet économique, les facilités de trésorerie ont augmenté de 9,1% après 6,2% et les prêts à l'équipement de 2,6% au lieu de 2%, précise BAM dans une note sur ses indicateurs clés des statistiques monétaires de janvier 2019.

Prix de transfert : Pression sur les multinationales

La problématique sur la fixation des prix de transfert des multinationales est aujourd’hui au cœur du débat fiscal. De quoi s’agit-il ? Selon la définition de l’Organisation de coopération et de développement économique (OCDE), «les prix de transfert correspondent notamment aux prix auxquels une entreprise transfère des biens corporels, des actifs incorporels ou rend des services à des entreprises associées».

La CGEM plaide pour la mobilisation des territoires en faveur de la croissance et de l'investissement

Le président de la Confédération générale des entreprises du Maroc (CGEM), Salaheddine Mezouar, a souligné, dernièrement à Rabat, l'importance de la mobilisation des territoires en faveur de la croissance et de la relance de la machine de l'investissement et de l'emploi. S'exprimant lors d'une rencontre-débat organisée par la CGEM Rabat-Salé-Kénitra, M. Mezouar a insisté sur le fait de "ne pas isoler les territoires" et de les inscrire plutôt dans une logique de synergie et de cohérence, notant que le développement des territoires ne peut se réaliser sans un secteur privé organisé, structuré et en conformité, rapporte la MAP.

Le chômage continue d’affecter les jeunes et les diplômés

Le recul du taux de chômage en 2018, qui passe de 10,2% à 9,8% au niveau national, est loin d’apaiser les inquiétudes des jeunes, des femmes et des diplômés. En effet, selon les résultats de l’enquête nationale sur l’emploi menée par le Haut-commissariat au plan (HCP), ces trois catégories sociales concentrent les plus forts taux de chômage. Dans une note d’information rendue publique récemment, le HCP a indiqué que le taux de chômage a atteint 26% parmi les jeunes âgés de 15 à 24 ans et 43,2% parmi les citadins de cette même tranche d'âge. D’après l’institution gouvernementale, «le chômage affecte les femmes plus que les hommes, avec des prévalences respectives de 14% et 8,4%. Ce constat est plus notable en milieu urbain où le taux de chômage atteint 24,3% parmi les femmes contre 11,4% parmi les hommes ».

Le Maroc veut produire 50.000 tonnes de poissons dans les eaux douces à l’horizon 2024

Le Maroc table sur la production de 50.000 tonnes de poissons dans les eaux douces à l’horizon 2024, a indiqué jeudi à Rabat le Haut-commissaire aux eaux et forêts et à la lutte contre la désertification, Abdeladim Lhafi. Lors de la session ordinaire du Comité de la pêche dans les eaux continentales, M. Lhafi a estimé que l'augmentation de la production piscicole pour atteindre 50.000 tonnes contre 15.000 actuellement est à la portée, relevant que la mise en œuvre de la stratégie 2015-2024 en matière de développement de la pêche et de la pisciculture continentale a permis, sur les quatre premières années, d’atteindre des résultats conformes aux objectifs fixés.

Lancement de l’appel à projets du Fonds des zones industrielles durables

Une rencontre d’information au sujet du lancement de l’appel à projets du Fonds des zones industrielles durables (FONZID), a été tenue, jeudi à Rabat, en vue d’informer et de sensibiliser les porteurs de projets sur les modalités de soutien que propose ce Fonds. Mis en place conjointement avec le ministère de l’Industrie, de l’investissement, du commerce et de l’économie numérique, ce fonds maroco-américain qui est doté d'une enveloppe de 30 millions de dollars, dont 50% apporté par le gouvernement marocain, vise à renforcer le modèle de zones industrielles durables et à contribuer à l’amélioration de la productivité et des performances environnementales et sociales des entreprises dans les zones industrielles.

Banques : Trois questions à Larabi JAIDI, Economiste

L’inclusion financière est un concept beaucoup plus général que la bancarisation. Elle englobe la possibilité donnée aux individus et aux entreprises d’accéder à un large éventail de produits financiers via plusieurs canaux, en contournant justement l’insuffisance de l’extension des réseaux bancaires. Aussi, l’on ne peut pas aborder ce concept d’inclusion financière sans le lier à l’inclusion sociale qui est en quelque sorte l’objectif ultime. Il faut à cet égard faire la différence entre l’inclusion financière et l’accès au financement : elle ne veut pas dire étendre le financement à toute la population et à tout prix, mais surtout de récupérer les individus exclus du cercle financier via des produits adaptés.

Déficit budgétaire de 74 millions de dirhams en janvier 2019 (TGR)

La situation des charges et ressources du Trésor a dégagé, en janvier 2019, un déficit budgétaire de 74 millions de dirhams (MDH) contre un excédent de 557 MDH le même mois une année auparavant, selon la Trésorerie Générale du Royaume (TGR). Ce déficit tient compte d'un solde positif de 11,3 milliards de dirhams (MMDH) dégagé par les comptes spéciaux du Trésor (CST) et les services de l'État gérés de manière autonome (SEGMA), précise la TGR dans son bulletin mensuel de statistiques des finances publiques de janvier 2019.

Terres collectives : ce qui va changer

Egalité homme-femme, limitation de recours aux us et coutumes, possibilité de cession de la propriété entre membres et aux tiers dont les acteurs publics et privés, conseils provinciaux de tutelle…De grands changements verront le jour. Les terres collectives bénéficient à 10 millions de personnes. Environ 15 millions d’hectares: telle est la superficie totale des terres collectives, à en croire les chiffres les plus récents du ministère de l’intérieur. Cette assiette foncière bénéficie à quelque 10 millions de personnes, réparties sur 4 563 collectivité soulaliytates.

Automobile : les concessionnaires emploient les grands moyens pour densifier leur réseau de vente

Le rythme d’ouverture de showrooms automobiles ne faiblit pas. Depuis 2014, les concessionnaires, qu’ils soient généralistes ou premium, mettent le paquet sur l’investissement dans leurs réseaux de distribution via une politique d’extension agressive. D’après le tour du secteur effectué auprès des top 7 du marché (en termes de voitures vendues), rien que sur les trois dernières années une quarantaine de showrooms et points de service ont été inaugurés. «Les ouvertures se sont multipliées dans les axes classiques et même dans des régions où les concessionnaires n’avaient pas beaucoup d’enjeux commerciaux et stratégiques auparavant», explique le directeur développement d’une grande concession de la place.

Sucre. Les fondamentaux du marché mondial

La consommation du sucre devrait accroître de 1,63% à 178.041 millions de tonnes (MT) en 2018/2019, a indiqué, jeudi à Casablanca, M. Sergey Gudoshinkov, économiste senior à l'Organisation internationale du sucre (ISO). Intervenant lors d'un panel sur le "tour d'horizon du marché sucrier mondial", organisé en marge de la 3è conférence internationale du sucre, M. Gudoshinkov a fait savoir que la consommation du sucre devrait passer de 175.193 MT en 2017/2018 à 178.041 MT en 2018/2019, alors que la production reculerait de 2,34% à 178.682 MT au cours de la même période.

Les entreprises américaines en Chine pessimistes pour 2019

Hantées par le conflit commercial, les entreprises américaines présentes en Chine sont pessimistes pour l'année en cours, près d'un quart d'entre elles prévoyant de retarder des projets d'investissement.D'après une étude menée auprès des membres de la Chambre de commerce américaine en Chine, 89% des entreprises interrogées sont pessimistes à l'égard de la relation commerciale bilatérale.L'étude a été réalisée à la fin de l'an dernier, au plus fort des tensions commerciales entre les deux pays. Elle est publiée mardi alors même que Pékin et Washington rivalisent désormais d'optimisme quant à l'issue du différend, le président américain Donald Trump ayant même annoncé lundi un projet de sommet avec son homologue chinois Xi Jinping pour « signer » un accord commercial - à une date non précisée.

Bank Al-Maghrib, les limites d’une politique monétaire accommodante

La politique monétaire menée par Bank Al-Maghrib a beaucoup évolué sur les 10 dernières années !En effet, après la crise financière de 2007-2008, M. Jouahri, son Gouverneur, a compris que le rôle traditionnel de l’institution qu’il dirige ne pouvait plus se limiter à la préservation de l’inflation pour éviter la détérioration du pouvoir d’achat. Il a donc mis en place pour les banques de la place, qui, du fait de la crise, pouvaient souffrir de manque de liquidités, des nouveaux instruments de refinancement bancaires.

Brexit : Un délai supplémentaire serait une solution "rationnelle", estime Tusk

Le président du Conseil européen Donald Tusk a estimé lundi qu'un délai supplémentaire pour le Brexit, au-delà de la date limite du 29 mars, serait une solution « rationnelle » pour Londres. « Je pense que, compte tenu de la situation dans laquelle nous nous trouvons, un délai supplémentaire serait une solution rationnelle », a estimé M. Tusk lors d'une conférence de presse à Charm el-Cheikh (Egypte), au premier sommet des chefs d'Etats de la Ligue arabe et de l'Union européenne.

Budget : Forte hausse des dépenses de l'Etat à fin janvier 2019

Selon la Trésorerie générale du Royaume, à fin janvier 2019 et en comparaison avec la même période de 2018, l’exécution de la loi de finances, sur la base des recettes encaissées et des dépenses émises, Au niveau des recettes, Une augmentation des recettes ordinaires de 14,1% provenant de la hausse des recettes douanières de 11,5% : droits de douane (-2,7%), TVA à l’importation (+7,3%) et taxe intérieure de consommation (TIC) sur les produits énergétiques (+31,3%) ;

Industries manufacturières : Baisse de l’indice à la production en janvier 2019

L’indice des prix à la production du secteur des «Industries manufacturières hors raffinage de pétrole» a enregistré une baisse de 0,4% au cours du mois de janvier 2019 par rapport au mois de décembre 2018. L’indice des prix à la production du secteur des «Industries manufacturières hors raffinage de pétrole» a enregistré une baisse de 0,4% au cours du mois de janvier 2019 par rapport au mois de décembre 2018.

Algérie : l’inflation s’établit à 4,2% en janvier 2019

Selon les données communiquées le 23 février 2019 par l’Office national algérien des statistiques, l’évolution des prix à la consommation en janvier 2019 est de +2,6% par rapport à la même période en 2018, et le rythme d’inflation annuel est de +4,2%. La même source indique que l’indice des prix à la consommation a enregistré, en janvier, une hausse de près de 0,6% et l’indice général des prix à la consommation, au niveau national, a enregistré une hausse de 1,7% par rapport à décembre 2018. Les prix des biens alimentaires inscrivent une variation de +3,1%, selon le rapport.

Marché du Travail au Maroc : Dysfonctionnement structurel 

A fin 2018, l’économie marocaine a créé 112.000 nouveaux postes d’emploi, dont 91.000 profitant au milieu urbain et 21.000 au milieu rural, contre une création nette de 86.000 postes un an auparavant. Cette dynamique découle d’une hausse de l’emploi rémunéré de 126.000 nouveaux postes, dont 89.000 situés dans les villes et 37.000 postes dans le milieu rural. Quant au nombre d’emplois non rémunérés, composé d’environ 98% d’aides familiales, il s’est réduit de 14.000 postes, en rapport avec une hausse de 2.000 postes dans le milieu urbain contre une perte de 16.000 postes dans les zones rurales. Ceci étant, si l’on se penche plus dans le détail des résultats de la dernière enquête nationale sur l’emploi livrés par le Haut commissariat au plan, on retrouve que la population âgée de 15 ans et plus a atteint, en 2018, 25.950.000 personnes, 11.979.000 sont des actifs (10.811.000 pourvues d’un emploi et 1.168.000 en chômage) et 13.970.000 en dehors du marché de travail.

Allemagne : coup de frein à la croissance

Le troisième exportateur mondial est très affecté par l’environnement international. Le Brexit et la menace de droits de douanes américains pourraient peser en 2019. Depuis près d’une décennie, c’était un mot pres­que banni du vocabulaire allemand. Et pourtant, depuis le quatrième trimestre 2018, il est réapparu outre-Rhin et ne cesse aujourd’hui de hanter les esprits : «récession». Un com­ble, alors que la quatrième économie mondiale est considérée comme la locomotive de l’Europe et le capitalisme rhénan un modèle pour nombre de pays membres de la zone euro.

États-Unis : l'inflation ralentit, pas de hausse des taux d'intérêt en vue

Le président de la Banque centrale américaine Jerome Powell a averti mardi que l'inflation aux États-Unis allait ralentir quelque temps et signalé à nouveau que la Fed surveillait de près «les problèmes non-résolus» comme le Brexit et les négociations commerciales avec la Chine.M. Powell a aussi affirmé que parmi les «courants contraires» à la bonne tenue de l'économie, il y avait «une grande incertitude autour des problèmes non-résolus (.) comme le Brexit ou les négociations commerciales». Sur le front des outils monétaires de la Banque centrale, M. Powell, qui témoigne aussi mercredi devant une commission de la Chambre des représentants, a redit que la Fed était «prête» à ajuster la normalisation de son bilan.

Immobilier: Explosion de la demande entre 2020 et 2025

Selon une étude réalisée par la DEPF, la demande en logements devrait évoluer favorablement entre 2020 et 2025. Cette anticipation est basée sur les projections démographiques du HCP à horizon 2050, intégrant une multiplication par 1,5x de la population urbaine, entre 2015 et 2050, passant de 20,75 millions à 32 millions. Cet état de fait, devrait impliquer une progression de x 2,2 du nombre de ménages urbains pour le porter de 4,17 millions à 10,6 millions de ménages à terme. De ce fait, le pic de l’accroissement du nombre des ménages urbains serait atteint durant le quinquennat 2020-25 avec plus d’un million de ménages urbains supplémentaires.

Chômage en 2018: Jeunes, femmes et diplômés sont les principales victimes !

Avec une baisse de 48.000 personnes, 25.000 en milieu urbain et 23.000 en milieu rural, le taux de chômage a reculé de 10,2% à 9,8% au niveau national, de 14,7% à 14,2% en milieu urbain et de 4% à 3,5% en milieu rural. La population en chômage est en majorité composée de citadins (84,7%), d’hommes (64,9%) et des jeunes âgés de 15 à 29 ans (65,7%). Aussi, souligne le HCP, le taux de chômage atteint 26% parmi les jeunes âgés de 15 à 24 ans et 43,2% parmi les citadins de cette même tranche d’âge. Le chômage affecte les femmes plus que les hommes, avec des prévalences respectives de 14% et 8,4%. Ce constat est plus notable en milieu urbain où le taux de chômage atteint 24,3% parmi les femmes contre 11,4% parmi les hommes. Le HCP relève également que le taux de chômage croît avec le niveau de qualification. Il passe, ainsi, de 3,4% parmi les personnes n’ayant aucun diplôme à 17,2% pour les diplômés.

Rencontre : Les nouvelles dispositions fiscales expliquées aux exportateurs

L’objectif est d’éclairer les exportateurs sur les principales dispositions fiscales. La mesure phare prise au niveau de l’impôt sur les sociétés reste celle relative au réaménagement du barème progressif. Cette mesure concerne directement les exportateurs dans la mesure où l’IS a été plafonné à 17,5% pour les entreprises exportatrices prévues par l’article 6 du CGI (I-B-1°). Au niveau de l’IR, les mesures importantes ont concerné le changement du régime d’imposition des revenus fonciers ainsi que l’élargissement de la liste des indicateurs de dépenses.

Le digital, premier apporteur d’affaires dans l’immobilier au Maroc ?

Le digital joue un rôle prépondérant dans la sphère immobilière, ont unanimement admis les participants à une rencontre tenue récemment à Casablanca sur le thème « L’immobilier redessiné par le digital » et à laquelle ont pris part une centaine d’experts et professionnels de l’immobilier et du digital. Au cours de ce premier « Meet up immobilier digital », les participants ont eu droit à des exposés et des échanges édifiants sur cet outil de communication de plus en plus apprécié des annonceurs de par le monde, au point de surclasser les médias traditionnels.

Antidumping : Après la Turquie, la Tunisie traîne le Maroc devant l’OMC

La Tunisie se réserve le droit de soulever d’autres points de fait ou de droit liés aux mesures susmentionnées au cours des consultations et dans toute demande d’établissement d’un groupe spécial. Sur ce point, également, le Groupe spécial a constaté que la mesure marocaine était contraire au droit de l’OMC. Il a surtout reproché au Maroc d’avoir rejeté les données communiquées par les deux producteurs turcs, Erdemir Group et Colakoglu, sans avoir réussi à démontrer, de manière objective, leurs caractères insuffisants et/ou erronés », poursuit Jamal Machrouh dans son analyse, publiée par le Policy Center for the New South.Le Groupe spécial a conclu que le Maroc a agi d’une manière incompatible avec l’Accord antidumping et lui a recommandé de rendre ses mesures conformes à ses obligations au titre de cet Accord.

Maroc: en perte de vitesse sur le marché américain, les exportateurs veulent une révision de l'accord de libre-échange avec les USA

Les exportateurs marocains veulent une révision de l’accord de libre-échange (ALE) conclu avec les Etats-Unis d’Amérique. C’est ce qu’a indiqué, cette semaine, Hassan Sentissi El Idrissi (photo), président de l'Association marocaine des Exportateurs (ASMEX). Dans un communiqué relayé par la presse marocaine, le responsable a indiqué que l’accord de libre-échange signé en 2004 s’est révélé assez peu bénéfique pour le pays d’Afrique du Nord. Ceci, en raison de « la taille du marché américain et les procédures complexes encore inconnues des entreprises marocaines ».

Les principales caractéristiques de la population active en chômage en 2018

A la suite de la dernière publication du Haut Commissariat au Plan sur la population active occupée, cette note présente les principales caractéristiques de la population active en chômage en 2018, telles qu'elles ressortent des résultats de l'enquête nationale sur l'emploi. Il est à rappeler que l’effectif de cette catégorie de la population est passé, entre 2017 et 2018, de 1.216.000 à 1.168.000 personnes. Avec une baisse de 48.000 personnes, 25.000 en milieu urbain et 23.000 en milieu rural, le taux de chômage a, ainsi, reculé de 10,2% à 9,8% au niveau national, de 14,7% à 14,2% en milieu urbain et de 4% à 3,5% en milieu rural. La population en chômage est en majorité composée de citadins (84,7%), d'hommes (64,9%) et des jeunes âgés de 15 à 29 ans (65,7%).

Rapport sur le développement dans le monde 2019 : Le travail en mutation

En ces temps où l’économie mondiale ne cesse de croître et les taux de pauvreté n’ont jamais été aussi bas, il serait facile de tomber dans la complaisance et de fermer les yeux sur les défis qui s’annoncent, dont l’un des plus cruciaux est le marché du travail de demain qui constitue le thème du Rapport sur le développement dans le monde 2019.L’idée que « les machines viennent s’emparer de nos emplois » inquiète depuis des centaines d’années, du moins depuis la mécanisation du tissage au début du XVIIIe siècle. Certes, cette innovation avait permis d’accroître la productivité, mais elle avait aussi attisé la crainte que des milliers de travailleurs se retrouvent dans la rue. Et pourtant, même si l’innovation et les progrès technologiques s’accompagnent de perturbations, ils favorisent davantage la prospérité qu’ils n’entraînent de destructions.

Mezouar plaide pour la mobilisation des territoires en faveur de la croissance et l’investissement

Le président de la Confédération générale des entreprises du Maroc (CGEM), Salaheddine Mezouar, a souligné, mardi à Rabat, l'importance de la mobilisation des territoires en faveur de la croissance et de la relance de la machine de l'investissement et de l'emploi. S'exprimant lors d'une rencontre-débat organisée par la CGEM Rabat-Salé-Kénitra, M. Mezouar a insisté sur le fait de "ne pas isoler les territoires" et de les inscrire plutôt dans une logique de synergie et de cohérence, notant que le développement des territoires ne peut se réaliser sans un secteur privé organisé, structuré et en conformité.

Produits biologiques : des pistes pour une offre exportable compétitive

Comment booster l’export de produits bio marocains? C’est pour répondre à cette question que l’Association marocaine des exportateurs (ASMEX) a organisé en février, une table ronde, en partenariat avec le Club des entrepreneurs bio (CEBio). Objectif affiché : passer au crible les questions relatives à l’export des produits bio et examiner des pistes pour booster la compétitivité des exportations marocaines.

Exploration pétrolière et gazière : pourquoi le Maroc accorde-t-il autant d’avantages fiscaux

En termes d’exploration pétrolière et gazière, le Maroc a pris le choix d’adopter un régime appelé «Système de concession». Ce régime, liant l’Etat aux compagnies mondiales en charge de l’exploration (Exploration & Production Companies), est renforcé par des avantages fiscaux colossaux. Une question s’impose à ce propos : Pourquoi tant de largesses ? Selon Yasmina Chraibi, chef du service juridique au sein de l’ONHYM, «les compagnies d’exploration investissent énormément dans l’exploration pétrolière et gazière au Maroc. Il est tout à fait normal qu’on leur accorde des conditions aussi encourageantes. De plus, l’exploration au Maroc étant encore à ses débuts, nous avons besoin d’avoir un régime légal et fiscal attractif», a-t-elle souligné au cours du deuxième sommet Oil & Gas Morocco, organisé la semaine dernière à Marrakech.

Textile : la déferlante turque

Pour peu que l’on soit attentif à ce qui se passe sur le marché domestique, il est assez aisé de constater la forte pénétration des produits textiles turcs au Maroc, comme en témoigne la présence remarquée sur notre territoire de certaines marques comme LC Waikiki, Koton, Defacto, pour ne citer que les plus connues d’entre elles. Les chiffres disponibles parlent d’eux-mêmes : en l’espace de quatre ans (2013-2017), les importations d’articles textiles issues de cette puissance régionale avec laquelle le Royaume a conclu un accord de libre-échange (ALE), entré en vigueur en 2006, ont bondi de 175%.

Textile turc : «Nous sommes face à un rouleau compresseur»

En premier lieu, nous avons remarqué l’explosion des importations des articles textiles issues de ce pays sur les quatre, cinq dernières années à tel point que les Turcs, qui représentaient moins de 20% du total des importations, ont progressé pour atteindre 40%. Deuxièmement, sur ces trois dernières années, ces importations ont progressé de plus de 170%, ce qui conforte leur hégémonie sur le marché local. Heureusement que cette mesure a été mise en place. Elle a freiné la frénésie de la croissance vertigineuse des importations. L’initiative est certes salutaire mais n’est pas suffisante. Les taux de croissance sur les trois, quatre exercices qui ont certes baissé d’intensité, sont encore importants.

Emploi : la Banque populaire accueille 120 jeunes ingénieurs

La Banque populaire accueille depuis mardi dernier quelque 120 élèves ingénieurs marocains dans le cadre de leurs stages de fin d’études pour dénicher les meilleurs profils qui accompagneront le développement de ses projets IT, a annoncé la Banque dans un communiqué. A l’issue d’un dispositif d’accompagnement et d’évaluation qui prendra fin en juin 2019, une commission de sélection proposera des contrats d’embauche aux stagiaires les plus méritants, a fait savoir mardi 26 février 2019 la Banque populaire, notant que ce programme « ambitieux et inédit » est initié en partenariat avec les grandes écoles d’ingénieurs du Royaume.

Maroc: malgré des exportations en hausse, le déficit commercial s'est creusé en 2018

Le déficit commercial marocain s’est accentué en 2018 malgré une hausse des exportations du pays. C’est ce qu’indique une note de conjoncture du ministère marocain des finances, lue par l’agence Ecofin. D’après le document, les exportations marocaines ont crû de 10,4% pour atteindre 28,7 milliards $ à la fin 2018. Cette performance a été tirée par les exportations de phosphate qui ont crû de 17%, mais également par les ventes des secteurs de l’automobile qui ont crû de 10,7% pour atteindre 6,8 milliards $.
Conjoncture du 25 Février au 01 Mars 2019

Inscription à la newsletter







CND en photos
maraacid
cnd
20150422_121229
20150226_100529
20150226_095904
20150226_100556