Portail du Centre National de Documentation du Maroc

Conjoncture du 26 au 30 Novembre 2018

Veille Maraacid


Face à l’ouragan Trump, l’économie mondiale résiste

Pour l’instant, l’économie mondiale a les reins assez solides pour relever les multiples défis auxquels elle fait face. Nous attendons 3,1% de croissance du PIB mondial en 2019 en comparaison avec 3,2% en 2017 et 2018. Cette performance est d’autant plus convaincante que nous nous trouvons à l’heure actuelle face à un véritable ouragan d’ordre économique et financier venant des Etats-Unis. Tout d’abord, la politique commerciale de la Maison-Blanche, à la suite d’une série de mesures protectionnistes sur l’acier, l’aluminium et divers types d’importations en provenance de Chine, a opéré un retour au début des années 80 en termes de droit de douane moyen.

Le FMI publie son rapport sur la Tunisie

Le taux de croissance en 2018 serait au moins de 2,6%, l’inflation moyenne s’établirait à 7,8% et les réserves de change atteindraient 3,4 mois, soit 102 jours d’importation. Néanmoins, ce chiffre ne sera jamais enregistré en cas de non sortie sur les marchés internationaux qui pourrait rapporter jusqu'à 20 jours d’importation. Les réserves retourneraient à 120 jours en 2020.

TVA: Benchaâboun veut en finir avec les arriérés

«Le ministère de l’Economie et des Finances est déterminé à assainir les arriérés des crédits TVA et surtout à éviter leur reconstitution, en veillant dorénavant aux remboursements dans les délais réglementaires». Pour convaincre, Mohamed Benchaâboun annonce une baisse prévisionnelle de près de 80% dans «le stock nominal cumulé des demandes de remboursement qui est passé de 48,2 milliards de DH à 9,6 milliards à fin octobre dernier». Ce recul du stock de 38,6 milliards de DH correspond aux demandes du secteur privé pour 15,5 milliards de DH et à celles du public pour 23,1 milliards de DH.

Budget 2019: Les mesures que les fiscalistes veulent faire adopter

C’est la course contre la montre à la Chambre des conseillers. Les dernières propositions d’amendements au projet de loi de finances doivent être déposées au plus tard samedi 1er décembre. La seconde Chambre doit mettre les bouchées doubles pour examiner, adopter et voter le projet de budget 22 jours maximum à compter de la date de dépôt du texte à la Chambre des conseillers. Ce qui correspond au mercredi 12 décembre.

ALE Maroc-Turquie: Une nouvelle bataille, les bouteilles de gaz

Alerte sur l’industrie de fabrication des bouteilles de gaz. En 2008, une compagnie pétrolière avait tenté d’introduire sur le marché un lot de vieilles bouteilles de gaz. Le marché compte près de 35 millions de bouteilles de gaz.

Délais de paiement: Le problème vient désormais du privé!

Les chefs d’entreprise invités à la sixième édition de l’Observatoire international du Commerce Euler Hermes cette matinée à Casablanca vont s’arracher les cheveux. Les délais de paiement, thème central de cet évènement, continuent de se dégrader. Avec un taux de retard de paiement à plus de 90 jours de 16,5%, le Maroc est le 2e plus mauvais pays au monde derrière… les Philippines dans un benchmark effectué par le réseau Dun & Bradstreet.

SIB 2018 : La crise a plané sur le Salon…

Le coup d’envoi du salon international du bâtiment et des travaux publics «SIB 2018» a été donné mercredi 21 novembre, à la foire internationale de Casablanca. «Le secteur connait des difficultés, mais ce rendez-vous reste une opportunité pour le secteur du bâtiment et de la construction», souligne un exposant. «La 17ème édition du SIB se tient dans un contexte marqué par la validation de plusieurs mesures visant la relance du secteur de l’habitat», soulignait le Chef du gouvernement, Saâd Eddine El Othmani, qui a donné le coup d’envoi du 17ème Salon International du Bâtiment (SIB), en présence du ministre de la Construction, du logement et de l’urbanisme de la Côte d’Ivoire (invité d’honneur pour cette édition), du Wali de la Région Casablanca-Settat et de plusieurs personnalités économiques et gouvernementales.

Alerte : Le Conseil de l’UE adopte l’accord de pêche avec le Maroc

Le Conseil de l'Union européenne, réuni ce jeudi à Bruxelles, a adopté l’accord de pêche avec le Maroc. Après avoir été approuvé, mercredi, par le Comité des représentants permanents de l'UE (COREPER), l’accord de pêche signé le 24 juillet dernier à Rabat, a été adopté ce jeudi par les ministres représentant l’ensemble des États membres de l’Union. L’accord devra être ensuite entériné par les Commissions compétentes du Parlement européen avant son adoption finale en plénière.

Travailleurs étrangers: Le licenciement abusif enfin indemnisé

Bien que signataires d’un contrat de travail en bonne et due forme, les salariés étrangers ont longtemps souffert d’un abus en cas de licenciement. Ils ne bénéficiaient d’aucune indemnité comme c’est le cas des nationaux et ce, quelle que soit leur ancienneté dans l’entreprise. De nombreux travailleurs ayant poursuivi en justice leur employeur ont été déboutés. «Le juge considère toujours le contrat de travail étranger comme à durée déterminée car il est censé être lié à la validité du visa qui est d’un an maximum», explique un conseiller juridique.

Céramique: Strapex tisse sa toile en Afrique

Strapex, spécialiste marocain de la céramique, élargit son réseau en lançant sa propre franchise en Afrique de l’Ouest. Strapex, qui revendique 40% de part de marché, table sur un chiffre d’affaires de 500 millions de DH pour 2019, soit 100 millions de DH de plus que l’année en cours.Son management a profité de la soirée de lancement de la nouvelle franchise pour annoncer un don de 3 millions de DH au profit de trois associations reconnues d’utilité publique: la Fondation du Sud, la Fondation Hadj Lahoucine Achengli et l’Association Souss-Massa initiative pour les micro-projets.

« Idmaj » et « Tahfiz » ont contribué pour 2/3 aux créations d’emplois

Les dispositifs « Idmaj » et « Tahfiz » ont permis l’embauche respectivement de 77 942 et 3 932 personnes sur les neuf premiers mois de 2018. Le nombre de bénéficiaires du programme « Taehil » a augmenté de 38% sur la même période. Cela fait partie des caractéristiques de l’économie marocaine, et, plus généralement, des économies en voie de développement : l’emploi (comme la fiscalité, d’ailleurs) peut, de temps en temps, réaliser des hausses fulgurantes sans que cela soit nécessairement le résultat d’une croissance forte.

Indicateurs préliminaires des échanges Extérieurs à fin Octobre 2018

Les résultats préliminaires au titre des dix premiers mois de l’année 2018 font ressortir une nette augmentation des importations (+33.251MDH) plus importante que celle des exportations (+21.217MDH), ce qui se traduit par un accroissement du déficit commercial de 12.034MDH . La hausse des importations de 9,2% (393.323MDH contre 360.072MDH) est imputable à l’accroissement des acquisitions de la totalité des groupes de produits, principalement des produits énergétiques (+11.125MDH), des achats de biens d’équipement (+7.798MDH), et de produits finis de consommation (+5.865MDH).

Examen des différentes pistes de performance énergétique dans le secteur de la sidérurgie

Des experts des secteurs de la sidérurgie et de l'énergie se sont penchés récemment lors d’un séminaire à Casablanca, sur l’examen des différentes pistes d’optimisation et de performance énergétique dans le secteur de la sidérurgie. Organisé par le Think Tank «Steel Impulse» de l’Association des sidérurgistes au Maroc (ASM), cette rencontre sous le thème «Compétitivité du secteur sidérurgique: l’énergie au cœur des enjeux de demain» ambitionne de trouver les solutions d’efficacité énergétique (EE) pour réduire la facture de l’énergie en sidérurgie, deuxième secteur énergivore après le transport, améliorer la compétitivité et les performances industrielles et favoriser les exportations du secteur, a estimé, le président de l’ASM Mohamed Azmi.

A Nairobi, Akhannouch évoque les bonnes perspectives de l’économie bleu durable

Le ministre de l'Agriculture, de la Pêche maritime, du Développement rural et des Eaux et Forêts, Aziz Akhannouch s'est entretenu, lundi 2 novembre à Nairobi, avec le commissaire européen à l'environnement, aux affaires maritimes et à la pêche, Karmenu Vella, sur les bonnes perspectives de l'économie bleue durable. Lors de cet entretien tenu en marge des travaux de la conférence de haut niveau sur l'économie bleue, qui a ouvert ses travaux dans la capitale kényane, Aziz Akhannouch qui était accompagné du ministre délégué chargé de l'intégration africaine, Mouhcine Jazouli, a examiné aussi avec le commissaire européen les moyens de faire progresser certains secteurs maritimes essentiels,

Les dépenses des ménages en éducation ont doublé en moins de dix ans

16% des effectifs scolarisés, tous paliers confondus, fréquentent l’enseignement privé. Les dépenses pour un enfant scolarisé dans le privé, cycle primaire, sont 20,7% plus importantes que dans le public. Les 10% des ménages les plus aisés consacrent à la scolarisation de leurs enfants des dépenses, par personne, en moyenne 23,3 fois plus importantes que celles des 10% les plus pauvres.

Banks in the changing world of financial intermediation

Banks sit at the center of a vast, complex system that intermediates more than $250 trillion in global funds. Our view, however, is that the lack of investor faith in the future of banking is tied in part to doubts about whether banks can maintain their historical leadership of the financial-intermediation system. This condensed financial-intermediation system may seem like a distant vision, but there are parallel examples of significant structural change in industries other than banking.

Crise : Le PIB ne doit pas être le seul critère d'analyse, selon l'OCDE

Mieux mesurer les effets de la crise pour éviter de « graves erreurs »: des économistes, parmi eux le Prix Nobel américain Joseph Stiglitz et le Français Thomas Piketty, appellent à voir plus loin que le PIB dans un rapport publié mardi par l'OCDE. « Quand on se concentre juste sur ce que l'on a sous la main, on peut faire de graves erreurs de politique économique », a prévenu Martine Durand, directrice des statistiques et des données à l'Organisation pour la coopération et le développement économiques (OCDE).

Avec Steel Impulse, les sidérurgistes marocains se préoccupent de l'énergie dont ils sont gros consommateurs

Le Think Tank « Steel Impulse » développé par l’Association des Sidérurgistes au Maroc (ASM), a organisé un séminaire, mardi 27 novembre à Casablanca, sous le thème « Compétitivité du secteur sidérurgique, l’énergie au cœur des enjeux de demain ».Dans cette dynamique, l’ensemble des décideurs publics et des experts des deux secteurs ont pris part à cet évènement pour se pencher sur les différentes pistes d’optimisation et de performance énergétique dans le secteur de la sidérurgie, qui occupe une place de choix dans le paysage industriel national.Ce diagnostic s’inscrit dans la continuité de l’étude menée en 2017 par le think tank autour des enjeux et perspectives du secteur de la sidérurgie au Maroc et dont les conclusions ont été présentées lors de ce séminaire stratégique.

Donald Trump menace de taxer les automobiles importées

Irrité par le plan social chez General Motors, le président américain a signalé mercredi son intention de taxer les automobiles importées. La Chine et l'Union européenne seraient les premiers touchés par ces nouveaux droits de douane. L’idée flottait depuis quelques temps déjà : Donald Trump a confirmé, mercredi 28 novembre, son intention d'imposer des taxes douanières sur les importations de voitures aux États-Unis pour protéger l'industrie automobile américaine.

Agriculture : Production d’olives record dans la région Marrakech-Safi

Comparée à la production de 2008 (182.000 tonnes), l’augmentation réalisée s’élève à 167 %, indique le même rapport, précisant que cette performance est le couronnement du programme de développement de cette filière mis en place au niveau de la région depuis 2009 dans le cadre du Plan Marc Vert (PMV). En effet, 55 projets ont été lancés depuis 2009, dont 30 projets pilier I et 25 projets d’agriculture solidaire pilier II, qui créent annuellement au niveau des exploitations 13 millions de journées de travail sans compter les emplois générés à l’aval et dans les services liés à la filière.

La Chine s’ouvre aux exportations africaines de produits manufacturés et de services

La Chine est le pays le plus densément peuplé et la deuxième plus grande puissance économique au monde. Ayant basé au départ son développement sur les exportations, elle vient de changer récemment sa politique économique pour la baser sur le développement du marché intérieur. Elle se place actuellement comme le champion du multilatéralisme, s’opposant ainsi au protectionnisme préconisé par le Président américain Donald Trump. Gros importateur de produits de base, la Chine veut développer ses importations de produits manufacturés et de services afin de satisfaire les besoins croissant de sa population.

Les infrastructures pétrolières algériennes seraient dotées d’énergies renouvelables d’ici à 2030

« L’Algérie aspire à réaliser un projet ambitieux pour le développement des énergies renouvelables en garantissant une production de 22.000 mégawatts à l’horizon de 2030 ce qui permettra la couverture de 80% des besoins des sites pétroliers outre le préservation des hydrocarbures pour assurer des postes d’emploi », a indiqué le ministre algérien de l’Energie, Mustapha Guitouni, lors d’une conférence de presse.

L'Observateur du Maroc & d'Afrique OIT : La croissance mondiale des salaires à son plus bas niveau depuis 10 ans

La croissance mondiale des salaires est retombée en 2017 à son plus bas niveau depuis 2008, bien en dessous des niveaux prévalant avant la crise financière mondiale, selon un nouveau rapport de l'Organisation internationale du Travail (OIT), qui déplore les écarts de rémunération entre les sexes d'un niveau inacceptable.

Etude: 30% des Marocains travaillent dans un métier qui ne correspond pas à leur formation initiale

Premier enseignement, sur la question du choix des filières d’études, les personnes sondées par Kaspersky Lab et Averty indiquent être influencées en premier lieu par leur passion (35 %), le résultat de recherches personnelles (31 %), les conseils de proches (19 %) ou encore l’avis de leurs professeurs (14 %). En moyenne, les femmes sont 3 % de plus que les hommes à se référer à leurs parents et à leur famille pour les guider dans leur choix d’études.

Le Maroc et le Kenya explorent les secteurs porteurs qui peuvent contribuer à la promotion des échanges bilatéraux

Le Maroc fort de son potentiel économique diversifié et de sa position géostratégique à la porte de l’Europe dispose d’une panoplie de produits de qualité destiné à l’export et qui peuvent intéresser le marché du Kenya qui se prévaut actuellement comme un hub économique au niveau de l’Afrique de l’Est, a soutenu M. Jazouli lors de cet entretien tenu en marge des travaux de la Conférence de haut niveau sur l’économie bleue durable, dont les travaux ont été ouverts lundi par le président kényan Uhuru Kenyatta.

Adhésion du Maroc à la Cedeao: Pourquoi, quand et comment?

Après son retour à l’Union africaine en janvier 2017, le Royaume a présenté sa candidature dès le mois de février 2017. Les raisons sont multiples. Il revendique tout d’abord son identité africaine et ses liens historiques, humains et religieux avec les pays de l’Afrique de l’Ouest. Sur le plan géopolitique et alors que l’UMA (Union du Maghreb Arabe) est en panne, l’intégration du Maroc représentera en 2030 un ensemble qui comptera parmi les dix premiers de la planète.

Doing business : le gouvernement vise toujours le top 50 mondial

Le gouvernement intensifie les efforts afin d'intégrer le top 50 des meilleures économies dans le monde en matière de qualité du climat des affaires à l’horizon 2021, a indiqué lundi le chef du gouvernement Sâad Dine El Othmani, en réponse à une question sur «les réformes relatives au climat des affaires» lors de la séance mensuelle consacrée à la politique générale à la Chambre des représentants. Rappelons que Le Maroc a amélioré son classement de 9 places dans la dernière édition du classement Doing Business de la Banque mondiale.

Karim Gassemi. "L’économie marocaine a toujours été dynamique"

Derrière toute idée d’ouvrage, il existe une volonté mais également un contexte déterminant faisant de cette publication une nécessité. Pourriez-vous nous présenter «Voyage au cœur de la compétitivité de l’économie marocaine» ainsi que son contexte de publication ? Le projet de cet ouvrage a démarré en décembre 2015. Il vient dans un contexte précis et pour répondre à une nécessité précise. Le contexte est marqué par les différents efforts faits par le Maroc depuis 2004/2005 pour structurer son économie et ainsi augmenter son attractivité au niveau régional et international.

Formation professionnelle. En finir avec le chômage !

À l’issue de l’adoption du projet du budget sectoriel du département de l’Éducation nationale par la 1ère chambre, le diagnostic des députés opéré pour le domaine de la formation professionnelle laisse apparaître une série d’entraves qui menacent sérieusement les actions projetées par le gouvernement. Outre «le retard enregistré pour la délivrance des diplômes, l’absence du souci régional dans la répartition des centres de formation ainsi que la cherté des droits d’enregistrements» sont en tête de liste des problèmes qui ont été identifiés par les membres de la commission parlementaire. Un appel insistant a été aussi émis pour la mise à niveau des infrastructures d’accueil des stagiaires, sans oublier «d’œuvrer à l’insertion de la formation professionnelle dès les classes primaires», souligne le rapport.

Céréales et légumineuses. Le secteur lance son think tank

La Fédération nationale des négociants en céréales et légumineuses (FNCL) s’est associée, pour le développement de ce think tank, à l’ESSEC Afrique. La Fédération nationale des négociants en céréales et légumineuses (FNCL) et l’École supérieure des sciences économiques et commerciales (ESSEC) ont lancé, la semaine dernière, le «Grain Vision Morocco (GVM)», think tank ambitionnant d'apporter des réponses concrètes aux questions liées à l’ensemble de la filière des céréales et des légumineuses, notamment aux activités de collecte, d’importation, de stockage et de distribution. Selon la FNCL, qui regroupe 26 opérateurs majeurs de la filière des céréales et légumineuses, le lancement de ce think tank a été marqué par la conclusion d’une convention de partenariat avec l’ESSEC, qui a inauguré son campus ESSEC Afrique en 2016 à Rabat afin de répondre aux besoins de développement et de structuration de l’ensemble de la filière des céréales et des légumineuses.

Mainmise des généraux sur le ciment égyptien

Sur l’autoroute de 120 km qui relie le gouvernorat de Beni Suef au Caire, trois imposantes constructions se dressent en plein désert : une aciérie, propriété d’un affairiste proche des services de renseignement militaire, une prison et la plus grande cimenterie du monde contrôlée par l’armée égyptienne. Le 15 août 2018, le président Abdel Fattah Al-Sissi a inauguré en grande pompe ce gigantesque complexe d’une capacité de 12,8 millions de tonnes/an (Mt/an) qui a bouleversé le marché du ciment en Égypte. Sixième producteur mondial en 2017, sa production totale (69 Mt/an) est le fait de 29 entreprises.

Le pari réussi de la construction automobile au Maroc

En quelques années, l’automobile est devenue la principale exportation du Maroc, devançant des produits traditionnels comme les phosphates et l’agroalimentaire. À l’origine de cette performance, une stratégie qui démarre en 1959 à Casablanca avant d’aboutir en 2007 à un accord historique avec Renault pour construire une grande usine d’assemblage à Tanger. Aujourd’hui, l’industrie automobile au Maroc exporte la grande majorité de sa production, à la différence de ses voisins, et s’impose comme le plus grand producteur de véhicules particuliers du monde arabe.

Mohamed Benabdelkader : Le Maroc, un modèle en matière de réalisation des ODD

Les efforts de réforme continus du Maroc en matière de gouvernance publique ont érigé le Royaume en référence et modèle en matière de réalisation des Objectifs de développement durable (ODD), a affirmé, lundi à Mascate, le ministre délégué, chargé de la Réforme de l'administration et de la Fonction publique, Mohamed Benabdelkader. Intervenant lors de la première séance du 8ème congrès de l'Organisation arabe pour le développement administratif (OADA) sur le thème « Rôle de la gouvernance arabe dans la réalisation des ODD 2030 », il a souligné que le gouvernement marocain a adopté un plan national ambitieux visant à réaliser un développement global du mode de gouvernance publique, partant des principes constitutionnels et des orientations Royales qui ont hissé le chantier de l'administration en une priorité nationale pour en faire non seulement un outil pour la réalisation des politiques gouvernementales mais un levier majeur pour le développement du service public et le renforcement du modèle de développement.

Brexit : l’accord conclu avec l’UE est le seul possible, affirme Theresa May

L'accord sur le Brexit conclu avec l'Union européenne (UE) est dans "l'intérêt national" du Royaume-Uni, a affirmé, dimanche à Bruxelles, la Première ministre britannique, Theresa May, à l'issue d'un sommet européen extraordinaire consacré à l'approbation dudit texte. Cet accord, qui est le résultat de négociations "difficiles", est "le meilleur et le seul possible", a insisté Mme May, assurant qu'elle ferait son maximum pour qu'il soit approuvé par le parlement britannique.

Maroc-Belgique : Des relations économiques et commerciales en deçà de leur potentiel

Donner une impulsion aux relations de coopération économiques et commerciales entre la Belgique et le Maroc. C’est en substance l’objectif de la mission économique belge qui se déroule du 26 au 30 novembre 2018 dans plusieurs villes du Royaume. «Le Maroc offre en effet d’innombrables possibilités pour les entreprises belges», a relevé Didier Reyners, vice-Premier ministre belge, ministre des affaires étrangères et européennes, chargé de Beliris et des institutions culturelles fédérales, lors du Forum Maroc-Belgique qui s’est tenu à Casablanca le 26 novembre.

Le projet d'un marché unique africain du transport aérien est en train de prendre forme

Le projet d'établissement d'un marché unique africain du transport aérien est en train de prendre forme, a affirmé, lundi à Rabat, le président-directeur général de la Royal Air Maroc (RAM) et président de l'Association africaine des compagnies aériennes (AFRAA), Abdelhamid Addou. "Il y a quelques années, l'établissement d'un marché unique africain du transport aérien était encore au stade de vision et de projet", a rappelé M. Addou qui s'exprimait à l'ouverture de la 50è assemblée générale de l'AFRAA qui s’est achevée mardi 27, ajoutant que "les choses se sont accélérées entre-temps".

Salafin : La rentabilité se maintient au premier semestre

Salafin évoque dans ce sens un montant de l’ordre de 2,53 milliards de dirhams, en hausse de 3,9% par rapport à la même période de l’année précédente. Le produit net bancaire s’est établi au titre des six premiers mois de l’année à 187,7 millions de dirhams, soit une progression de 1,3% par rapport au même semestre de l’année précédente. Le résultat net de Salafin a également reculé au premier semestre de l’année.

Le gouvernement intensifie ses efforts pour intégrer le Top 50 des meilleures économies d'ici 2021

Le gouvernement intensifie les efforts afin d'intégrer le top 50 des meilleures économies dans le monde en matière de qualité du climat des affaires à l’horizon 2021, en s'engageant dans des réformes structurantes en faveur de l'entreprise marocaine, a indiqué lundi le chef du gouvernement Sâad Dine El Otmani. En réponse à une question sur "les réformes relatives au climat des affaires" lors de la séance mensuelle consacrée à la politique générale à la Chambre des représentants, il a souligné que l'Exécutif s'est fixé l'objectif ambitieux de faire partie des 50 premières économies mondiales en termes de qualité du climat des affaires.

Le gouvernement italien promet «le bon sens» sur son budget - Le Temps

Que s’est-il passé samedi en fin de journée lorsque Jean-Claude Juncker a accueilli Guiseppe Conte, le premier ministre italien, à Bruxelles? Selon le quotidien italien La Repubblica, le président de la Commission européenne a mis son hôte en garde contre le risque que l’Italie entre dans un cercle vicieux et n’arrive plus à en sortir. Comme ce fut le cas de la Grèce.En effet, après la décision de la Commission européenne de faire le premier pas pour ouvrir une procédure de déficit excessif mercredi dernier, le taux d’emprunt des obligations d’Etat à dix ans a grimpé au-dessus de 3,40%.
Conjoncture du 26 au 30 Novembre 2018


Dans la même rubrique :
< >

Lundi 10 Décembre 2018 - 09:12 Conjoncture du 03 au 07 Décembre 2018

Lundi 26 Novembre 2018 - 08:37 Conjoncture du 19 au 23 Novembre 2018

Inscription à la newsletter







CND en photos
20150226_095904
20150226_100529
20150226_100815
20150226_100728
cnd
20150422_121229