Portail du Centre National de Documentation du Maroc

Education et Formation du 10 au 14 décembre 2018

Veille Maraacid


Les universités publiques se dotent d’un software anti-plagiat

Le CNRST (Centre national pour la rechercher scientifique et technique) vient d’acquérir une solution anti-plagiat, Urkund, permettant de vérifier l’authenticité des travaux de recherche. Le software sera partagé avec l’ensemble des universités publiques, qui pourront l’utiliser pour combattre le «fléau» du plagiat, notamment dans les thèses de doctorat. Pour utiliser le logiciel, les encadrants des thèses et mémoires de masters auront droit à un compte personnel.

Tanger/Fac de médecine : Les étudiants attendront un peu

La faculté de médecine et de pharmacie de Tanger est fin prête. Mais elle ne peut pas encore accueillir ses étudiants. Et pour cause, la construction du pont qui doit la desservir n’a pas encore été lancée. Selon les responsables du projet, un appel d’offres pour sa réalisation a été publié et il sera prêt avant la fin du mois de janvier, ce qui permettra aux étudiants de déménager les bancs de la FST mitoyenne où ils ont entamé l’année.

L’ESCA décroche le label de AACSB

L’obtention par l’ESCA Ecole de Management de l’accréditation de l’Association for the Advancement of Collegiate Schools of Business (AACSB), une distinction internationale des écoles de commerce qui font preuve d’excellence de formation, est une reconnaissance de la qualité des programmes de l’établissement, affirme le président de l’Ecole, Thami Ghorfi. « 'Nous sommes fiers que ESCA Ecole de Management soit la 1ere Business School au Maroc et en Afrique francophone à acquérir l’Accréditation AACSB »', s’est réjoui Ghorfi. Fondée en 1992, ESCA École de management est une grande école de commerce et de gestion marocaine installée dans le centre-ville de Casablanca.

Pédagogie Montessori : les ressorts d’un engouement qui dure

La pédagogie Montessori est depuis quelques années l’objet d’un véritable phénomène de mode en France. On ne compte plus les « coffrets » Montessori, les ouvrages sur des activités à faire à l’école ou à la maison, ni même les nouvelles écoles privées « alternatives » ou les formations utilisant le nom de Montessori. Comment faire la différence entre les démarches sérieuses et le simple marketing, l’effet d’aubaine ou encore les contenus politiquement ou idéologiquement orientés ? De quoi cette mode est-elle le nom, et est-elle une première ? Qu’est-ce que cette pédagogie, née au début du XXe siècle, a encore à dire à notre école aujourd’hui ?

Education : Une « école de la 2ème chance » à Fès

L’Académie régionale de l’éducation et la formation (AREF) de Fès-Meknès et le centre régional pour le développement et la lutte contre l’analphabétisme ont signé, dernièrement, une convention relative à la création d’ »une école de deuxième chance, nouvelle génération » dans la médina de Fès. Ce projet sera réalisé selon une approche intégrée de qualification pédagogique et d’intégration socio-professionnelle des adolescents et des jeunes non scolarisés, a indiqué l’AREF de Fès-Meknès. Aux termes de cette convention, le centre régional pour le développement et la lutte contre l’analphabétisme s’engage notamment à mettre à la disposition de l’école les ressources humaines compétentes nécessaires à la réussite de ce type de projet.

Jettou décortique la gabegie du Plan d’urgence pour l’éducation

Le Plan d’urgence 2009-2012 pour l’éducation devait permettre de rattraper les retards engrangés depuis 2000 dans ce secteur. Les nouvelles réformes successives entreprises ces dernières années suggéraient déjà que ce plan n’avait pas été une réussite. Un euphémisme, à la lumière du bilan chiffré et détaillé que dresse désormais un rapport de la Cour des comptes publié le 12 décembre.

Marché de l’emploi : Les universités ajustent leur formation

Pour le moment, il n’existe pas vraiment d’outil permettant aux universités de mieux cerner les besoins en compétences des métiers offerts sur le marché de l’emploi. C’est l’ambition d’un projet de recherche en cours de réalisation par le département informatique et logistique de l’UIR avec le soutien de l’Usaid. Les premiers résultats du projet, dont le thème s’articule autour des «sciences des données pour améliorer l’éducation et l’employabilité des jeunes», viennent d’être présentés par Ghita Mezzour, enseignante chercheur et directeur adjoint du TICLab à l’UIR.

Formation professionnelle : Un projet pilote dans le nord

Compétences pour tous, tel est l’objectif du programme Kafaat Liljamia lancé en 2017 dans la région pilote de Tanger-Tétouan-Al Hoceïma. Après une année de travaux, il a réussi l’un de ses objectifs, mettre en place une gouvernance plus consensuelle de la formation professionnelle dans la région. Cette nouvelle gouvernance s’est matérialisée par la signature d’une convention de travail entre les différents acteurs travaillant dans le domaine de la formation dont l’Office de la formation professionnelle, l’université Abdelmalek Essaâdi ou encore l’Anapec en plus d’autres acteurs comme la CGEM-Nord, la Chambre de commerce, l’Agence de développement social ou les délégations du commerce et industrie, de la pêche et du tourisme, entre autres acteurs. Le groupe de travail sera chapeauté par la wilaya de la région qui fera office de coordonnateur transversal.

Vivo Energy et la Fondation Zakoura s’allient au ministère de l’Education

Vivo Energy Maroc, l’entreprise en charge de la distribution et de la commercialisation de carburants et lubrifiants de marque Shell au Maroc, et de Gaz de Pétrole Liquéfié de marque Butagaz, et la Fondation Zakoura signent une convention de partenariat avec le Ministère de l’Education Nationale, de la formation professionnelle, de l’enseignement supérieur et de la recherche scientifique. L’objectif de ce partenariat novateur est d’unir les efforts de toutes les parties prenantes pour l’extension du programme d’éducation à l’environnement « Mama Tabiaa ». Le programme Mama Tabiaa sera généralisé dans le cycle primaire afin d’en faire bénéficier un maximum d’élèves.

Cour des comptes/Enseignement : De «l’impro» à tous les étages!

La Cour des comptes remet une couche sur le Plan d’urgence pour l’éducation 2009-2012. Mais cette fois-ci, avec un document d’une centaine de pages, publié hier mercredi, détaillant son enquête, à la fois sur le plan du financement, de la programmation, de la mise en œuvre et du suivi. Des défaillances, il y en a à tous les étages. La Cour relève clairement le manque de compétences au niveau du ministère de l’Education nationale (MEN) et des Académies régionales de l’éducation et de la formation (Aref). Et ce, que ce soit en matière de planification, de management des projets ou de gestion financière et comptable.

Échec du Plan d'urgence : Valyans mis en cause ?

Alors que la publication des chiffres et précisions du très critique rapport de la Cour des comptes sur le Plan urgence 2009 - 2012 suscite grand débat, le ministère de l'Éducation est pointé du doigt pour avoir eu recours à une expertise externe qui n'a pas donné satisfaction. Le Plan d’urgence (PU) pour l’éducation, sur la période 2009 – 2012, n’a pas eu les résultats espérés. Pire il s’est révélé être un échec. C’est ce que révèle le rapport de la Cour des comptes, publié le 13 décembre, qui pointe les failles des réformes entreprises, n’ayant pas réussi à atteindre les objectifs escomptés pour rattraper le retard dans le domaine éducatif.

Le business plan de la Fondation des œuvres sociales

«Le ministère de l’Education nationale nous apporte beaucoup, nous aide sur tous nos chantiers. Nous sommes là pour l’assister et pour satisfaire les besoins sociaux de la population des enseignants», a expliqué Youssef El Bakkali, président de la Fondation Mohammed VI de promotion des œuvres sociales de l’éducation-formation.

Fondation des enseignants : Plus de 5 milliards de DH pour de nouvelles prestations

Fini les appels à la grève, fini les manifestations... depuis que la Fondation Mohammed VI de promotion des œuvres sociales de l’éducation-formation a pris sa vitesse de croisière, les enseignants ont réintégré leurs classes. Ils n’ont visiblement pas de revendications sociales qu’ils ne peuvent obtenir via cette institution. Ils doivent une fière chandelle à feu Abdelaziz Méziane Belfkih, qui a été l’initiateur et le premier président de cette Fondation, mise en place en 2002.

Education : L’Aref de Casablanca tient son conseil d’administration

Avec ses plus de 1,3 million d’élèves et ses 16 délégations, l’Académie régionale de l’éducation et de la formation (Aref) de Casablanca-Settat est la plus grande au Maroc. L’académie a tenu, hier mercredi, son conseil d’administration, en présence du ministre de l’Education nationale, Saïd Amzazi. Le conseil, qui compte près de 63 membres, validera le bilan de l’année scolaire écoulée, ainsi que les projets programmés en 2018-2019.

Education/Maroc : Les conclusions du rapport de la Cour des comptes

La Cour des comptes a soulevé, dans un rapport publié mercredi, que le programme d’urgence (PU) du ministère de l’Education nationale n’a pas réalisé tous ses objectifs et n’a pas eu les effets attendus sur le système éducatif. « La Cour des comptes considère que le programme d’urgence n’a pas réalisé tous ses objectifs. Il n’a pas eu, non plus, les impacts souhaités sur le système éducatif, dans la mesure où le ministère concerné n’a pas pris suffisamment en compte certaines règles fondamentales du cycle de toute politique publique lors de la planification, la programmation, l’exécution et la gouvernance », écrit l’instance dans son rapport sur l’évaluation du PU du ministère de l’éducation nationale.

Kénitra : Inauguration de classes d'enseignement préscolaire

Un modèle de classes d'enseignement préscolaire a été inauguré, ce lundi, au niveau de l'école primaire Bab Fès à Kenitra. Le lancement de ce modèle intervient dans le cadre d'un partenariat tripartite entre l'Académie régionale d'éducation et de formation (AREF) de Rabat-Salé-Kénitra, l'Association Corps marocain pour l'enseignement préscolaire (CMEPS) et le Conseil de la région.

Sup’management désormais reconnue par l’État marocain

Le groupe universitaire intercontinental «Sup’management» a organisé la cérémonie de remise des diplômes de sa 22e promotion, l’occasion pour fêter la reconnaissance par le gouvernement marocain du groupe, et le lancement d’un nouveau pôle, École des énergies renouvelables (School of Renewable Energy). En marge de ce rendez-vous, aura lieu la signature de l'acte de jumelage de la Fondation eurafricaine de la recherche la culture et l'éducation "Force" et l'académie AICTEH de Valence- Espagne, en présence de José Hoyo Rodrigo, président de l’académie. Confirmant ainsi sa position de groupe universitaire intercontinental.

Rythmes scolaires. La qualité, pas la quantité !

Le temps d’instruction au Maroc est très élevé par rapport à nombre de pays dont le système d’enseignement est performant. Said Amzazi reconnait la nécessité de réformer les rythmes scolaires qui n’ont pas changé depuis plus de douze ans. Pour atteindre cet objectif, plusieurs mesures s’imposent dont la révision des curricula.

La Cour des comptes pointe l’inefficacité de la hausse budgétaire de l’éducation

La Cour des comptes vient de rendre public un rapport portant sur l’évaluation du programme d’urgence du ministère de l’éducation nationale. Les magistrats financiers ont procédé à l’appréciation du processus d’élaboration du programme d’urgence (P.U), l’analyse de la planification et de la programmation, l’examen de la gestion des moyens mobilisés pour sa mise en œuvre, le système de suivi et de pilotage ainsi que l’évaluation des réalisations par rapport aux objectifs attendus.

Amzazi promet la révision des tarifs des écoles privés

Lors d'une séance de questions orales, qui s’est tenus à la chambre des conseillers le lundi 10 décembre, Said Amzazi le ministre de l'Education nationale, de la Formation professionnelle, de l'Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique a présenté des données sur la réalité et l'avenir de l'enseignement privé au Maroc. La déclaration d'Amzazi sur l'enseignement privé était venue en réponse à une question posée par un parlementaire sur l'évaluation de la volonté du ministère de faire face à la réalité de l'éducation en particulier et à la stratégie visant à remédier aux déséquilibres. En réponse à cette question, le ministre de l'Éducation a souligné que l'enseignement privé est une composante essentielle de l'enseignement au Maroc, et constitue une extension et non une opposition à l'enseignement public.

Ecoles Medersat.com : La Fondation BMCE fête sa 7ème promotion

En présence de Saaid AMZAZI, Ministre de l’Education Nationale, de la Formation professionnelle, de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique, Dr Leila Mezian Benjelloun, Présidente de la Fondation BMCE Bank pour l’Education et l’Environnement accompagnée de Monsieur Othman Benjelloun, Président de BMCE Bank of Africa, a accueilli au Siège de la banque la septième promotion des bacheliers issus des écoles Medersat.com. La cérémonie de célébration de ces bacheliers de la promotion 2018 s’est tenue le Mercredi 12 décembre dans une ambiance de fierté et de convivialité en présence des Administrateurs de la Fondation, des représentants de ses partenaires nationaux et étrangers, des Directeurs Généraux et autres dirigeants du Groupe BMCE Bank of Africa ainsi que d’autres personnalités et invités.

Langue française : Le Maroc accélère la formation de ses jeunes

Le ministère de la Jeunesse et des Sports et l’ambassade de France au Maroc ont signé, mercredi à Rabat, un accord de coopération visant à renforcer les compétences en langue française des enfants bénéficiaires des maisons de jeunes. Paraphé par le ministre de la Jeunesse et des Sports, Rachid Talbi El Alami, et l’ambassadeur de France au Maroc, Jean-François Girault, l’accord vise à poursuivre et élargir, sur tout le territoire marocain, les programmes d’apprentissage de la langue française au sein des maisons de jeunes.

Education dans les pays arabes : La Banque mondiale monte un programme pour le Maroc

Les nouvelles technologies vont fondamentalement modifier la nature de l’emploi. Les contrats à long terme se réduiront, et les travailleurs seront amenés à se former tout au long de leur vie pour pouvoir s’adapter en permanence aux changements. «A l’avenir, nous aurons besoin de plus de flexibilité et d’adaptable workers», souligne Federica Saliola, économiste principale et co-directrice du rapport sur le développement dans le monde 2019 de la Banque mondiale. Les systèmes d’enseignement et de formation devront en tenir compte. Les Etats sont appelés à agir dès la petite enfance, puisque tout se joue durant les 5 premières années de la vie, à la fois au niveau des apprentissages, de la nutrition et de la santé.

E-enseignement : Nomad Education, nouvelle plateforme d’apprentissage gratuite

Une plateforme francophone dédiée à l’e-éducation propose le concept l’éducation mobile francophone au profit des étudiants marocains. Il s’agit en effet d’un concept qui a connu un engouement au Maroc permettant à ses initiateurs de doubler chaque année l’audience et de réfléchir à plus d’investissement au Royaume et en Afrique pour l’année 2019.

La startup Education Media Company citée en exemple par la Banque mondiale

Le rapport récemment publié par La Banque Mondiale, portant sur les bouleversements que connaît l’éducation dans la région MENA, a cité 9rayti.Com et Education Media Company en tant qu’acteurs de changement positif au Maroc, indique un communiqué de la plateforme. Le rapport met l’accent sur l’apport prometteur de la technologie dans la démocratisation de l’accès à l’apprentissage. 9rayti.Com confirme ainsi sa position de leadership après dix ans d'existence, enregistrant par ailleurs une progression de plus de 33%, avec 6,5 millions de visites d’élèves, d’étudiants et de parents en quête d’information sur les 12 derniers mois.

La région MENA doit adopter un nouveau cadre pour l'éducation, selon un rapport de la Banque mondiale

La région Moyen-Orient et Afrique du Nord (MENA) doit adopter un nouveau cadre pour l'éducation qui met en phase l'offre éducative et la demande accrue de compétences, selon un rapport de la Banque mondiale sur l'éducation dans la région MENA, présenté vendredi à Rabat. "L'éducation ne réalise son potentiel que lorsqu'elle apporte les compétences et les connaissances qui composent le capital humain", a souligné la responsable du département de l'éducation de la région MENA à la Banque mondiale, Safaa El Kogali, qui présentait ce rapport intitulé "Attentes et aspirations : Un nouveau cadre pour l'éducation au Moyen-Orient et en Afrique du Nord" lors d'un séminaire de dissémination.

Education dans les pays arabes : Ecole sans apprentissages, et diplômes sans compétences!

L’échec des politiques éducatives de la région Mena relève presque de l’énigme. Malgré les avancées réalisées, notamment en matière de généralisation de la scolarisation au primaire, et les dépenses consenties (jusqu’à plus de 6% du PIB au Maroc), le rendement du système demeure médiocre. «C’est la région des paradoxes», s’écrie Safaa El-Kogali, responsable du département de l’Education pour la région Mena à la Banque mondiale. Elle intervenait, vendredi dernier, à la présentation des rapports de la Banque sur l’éducation dans la région et le développement dans le monde 2019, à l’Ecole nationale supérieure de l’administration (ENA) à Rabat. Une deuxième présentation est prévue ce 21 décembre à Tunis.

Education : Le Maroc épinglé dans le rapport de la Banque Mondiale sur la région Mena

Ainsi, voici les principales "tensions" qui tirent le système éducatif de la région Mena vers le bas, selon la Banque mondiale:La Banque Mondiale recommande d’opérer une refonte du système éducatif dans la région Mena, qui permette aux élèves d’acquérir des compétences fondamentales au cours des 3 premières années de leur cursus scolaire.D’après le rapport de la Banque mondiale sur l’éducation dans la région Mena, seuls quelques pays du Golfe se rapprochent des normes internationales en la matière… Tous les autres pays de la région ont des classes en sureffectif – le Maroc n’échappant pas à la règle.

Why do dyslexic students do worse at university?

Too many university staff are sceptical about dyslexia diagnoses, and fail to give students the support they need The proportion of UK university students who are dyslexic has increased markedly in recent years, rising to around 5%. Yet there remains a significant dyslexia attainment gap: around 40% of dyslexic students achieve a 2.1 or above, compared to 52% of non-dyslexic students. Dyslexia is unrelated to intelligence, so why does this gap persist?

Formation professionnelle : El Othmani a tout faux!

Formation professionnelle, déclinaison régionale Souss-Massa du Plan d’accélération industrielle, le gouvernement a tout faux. Et c’est le Souverain himself qui lui a envoyé une volée de bois vert lors de la séance de travail qui a eu lieu jeudi 29 novembre à Rabat. Sur le travail de la mise à niveau de la formation professionnelle, le gouvernement avait demandé un délai supplémentaire pour peaufiner son scénario de réforme.

«Tous les établissements qui se démarquent nous intéressent»

Claude Marchand, président et chef de direction du Réseau LCI Education: «Il n’est plus possible aujourd’hui d’improviser en éducation supérieure. S’allier aux meilleurs permet d’accélérer le développement».

La Finlande va devenir le premier pays à supprimer toutes les matières scolaires

Le système éducatif finlandais est considéré comme l’un des meilleurs au monde. Dans les classements internationaux concernant l’éducation, la Finlande est toujours dans les 10 premiers. Toutefois, le gouvernement a décidé de ne pas s’en contenter, et d’entreprendre une véritable révolution de son système scolaire. Les responsables souhaitent supprimer toutes les matières scolaires : il n’y aura désormais plus de cours de physique, mathématiques, littérature ou histoire-géographie.

Formation professionnelle/Maroc : 63% des lauréats intègrent le marché du travail

Le taux d’insertion des lauréats de la formation professionnelle dans le marché du travail s’élève à 63%, a indiqué le secrétaire d’État chargé de l’Enseignement supérieur et de la recherche scientifique, Khalid Samadi. Intervenant à la Chambre des représentants, Samadi a fait savoir qu’une étude de terrain réalisée par le ministère de l’Education nationale sur le niveau d’insertion des lauréats des établissements de formation a révélé que 63% d’entre eux décrochent un emploi neuf mois après l’obtention du diplôme.

Enseignement préscolaire : Le Maroc teste un nouveau modèle de classes

Un modèle de classes d’enseignement préscolaire a été inauguré lundi au niveau de l’école primaire Bab Fès à Kenitra, en présence d’un parterre d’acteurs associatifs et pédagogiques. Le lancement de ce modèle intervient dans le cadre d’un partenariat tripartite entre l’Académie régionale d’éducation et de formation (AREF) de Rabat-Salé-Kénitra, l’Association Corps marocain pour l’enseignement préscolaire (CMEPS) et le Conseil de la région. A cette occasion, le président de la région Rabat-Salé-Kénitra, Abdessamad Sekkal, a indiqué que le Conseil régional, conscient de l’importance toute particulière du préscolaire, compte mettre en place environ 442 classes préscolaires dans le cadre de son plan de développement. Il a à cet égard précisé que « 30 classes sont déjà opérationnelles et 102 sont en cours de lancement ».

«L'éducation est fondamentalement en train de changer»

Romain Martin, vice-recteur pour les affaires académiques de l’Université du Luxembourg, est au cœur des enjeux de la digitalisation de l’éducation. Zoom avec lui sur l’impact de la technologie sur l’éducation.
Education et Formation du 10 au 14 décembre 2018


Dans la même rubrique :
< >

Lundi 15 Avril 2019 - 10:09 Education et formation du 08 au 12 Avril 2019

Inscription à la newsletter







CND en photos
20150422_121229
20150226_095904
maraacid
cnd
rofoof
20150226_100815