Portail du Centre National de Documentation du Maroc

Education et formation du 18 au 22 Juin 2018

Veille Maraacid


Employabilité des jeunes : Les Career Centers dépassent la barre des 100.000 bénéficiaires

Le modèle des Career Centers séduit de plus en plus d’étudiants et de stagiaires sous nos latitudes. Le programme, conçu pour aider les jeunes dans leur transition vers l’emploi, vient en effet de dépasser la barre des 100.000 bénéficiaires. Un succès qui repose en grande partie sur une offre diversifiée et sur des services numériques ciblés. Créés depuis mai 2016 par l’agence américaine pour le développement international (USAID) et le ministère de la Formation professionnelle et de l’Enseignement supérieur, ces centres proposent tout d’abord aux intéressés des bilans d’orientation et des conférences d’information sur les principaux secteurs du marché pour ne pas réaliser d’erreur de parcours professionnel.

L’Ecole des mines veut accélérer sa réforme

Plus de quatre ans après son lancement, la réforme du modèle de l’Ecole nationale supérieure des mines de Rabat n’est toujours pas achevée. Des décrets de la nouvelle loi régissant l’école (N°89-12) sont toujours en attente, de même que le projet de centre d’études doctorales. L’établissement ne bénéficie pas non plus de suffisamment de postes budgétaires. La réforme a fait récemment l’objet d’une rencontre entre le ministère de l’Energie et le Syndicat marocain de l’enseignement supérieur (Smasup). Les deux parties ont convenu d’impliquer les enseignants dans le projet, d’accélérer tous les chantiers, de recruter plus de professeurs et de cadres et de renflouer le budget dédié à la recherche.

Troubles et difficultés d’apprentissage : Des mamans de dyslexiques inventent leur école

Les parents d’enfants souffrant de troubles de l’apprentissage vivent souvent un véritable calvaire. Pour assurer une éducation adéquate à leurs bambins, ils sont obligés de remuer ciel et terre. Dans le public, il n’existe aucun dispositif permettant de les prendre en charge correctement. Dans le privé, très peu d’établissements les acceptent. Les troubles de l’apprentissage, pourtant courant et divers, restent peu et mal connus, y compris par le corps enseignant. Comme la dyslexie, ce dysfonctionnement neurobiologique empêchant d’appréhender la lecture, qui touche 8 à 10% de la population.

Troubles et difficultés d’apprentissage : Plus de la moitié des enfants touchés

Des enfants présentant un retard de parole, d’autres qui ont du mal à constituer une phrase, à communiquer avec les autres, qui peinent à lire, à écrire, à calculer ou, encore, souffrant d’un déficit d’attention… Les troubles et difficultés d’apprentissage sont divers et, surtout, plus courants qu’on ne le penserait. Depuis 2010, l’Association marocaine des troubles et difficultés d’apprentissage (AMTDA) a dépisté des milliers d’enfants à Casablanca. «53% des enfants que nous avons examinés sont atteints», révèle Zhour Le Qouider, présidente. «Quelque 12% souffrent de troubles, environ 3% d’un retard mental et le reste de difficultés, soit près de quatre enfants sur dix», détaille-t-elle.

El Othmani : « Le gouvernement déterminé à aller de l'avant pour le développement des langues et des expressions culturelles nationales »

Le gouvernement est déterminé à aller de l'avant pour mettre en œuvre ses engagements relatifs au développement des langues et des expressions culturelles nationales, en tant que partie intégrante des constantes fondamentales de l'identité nationale riche et diversifiée, a souligné, mardi à Rabat, le Chef du gouvernement, Saâd Eddine El Othmani. En réponse à une question centrale sur "la politique générale relative au développement des langues et des expressions culturelles nationales", présentée lors de la séance mensuelle de la Chambre des Conseillers consacrée à la politique générale, Saâd Eddine El Othmani a indiqué que la Constitution a accordé une attention particulière aux langues et aux différentes expressions culturelles nationales de l'identité nationale, forgée par la convergence de ses composantes arabo-islamique, amazighe et saharo-hassanie et la richesse de ses affluents africain, andalou, hébraïque et méditerranéen.

La langue amazighe bientôt dans des instituts supérieurs

Le développement des langues et des expressions culturelles nationales était au menu de la séance mensuelle de la Chambre des conseillers consacrée à la politique générale. Intervenant mardi 19 juin lors de cette séance, le chef du gouvernement, Saâdeddine Elotmani a passé en revue les réalisations enregistrées au niveau de l'enseignement de la langue amazighe dans le système éducatif national. Depuis le début de son intégration en 2003, jusqu’à l'année scolaire en cours, la langue amazighe est présente dans plus de 4.200 établissements scolaires où elle est enseignée totalement ou partiellement au profit de plus de 500.000 élèves, encadrés par quelque 5.000 enseignants, dont 414 professeurs spécialisés, lauréats des centres régionaux des métiers de l'éducation et de la formation, outre 150 enseignants en formation et 21 inspecteurs en la matière.

Première école privée pour former des enseignants

Filiale du groupe Abwab consulting, le CIFIPE (Centre international de formation, insertion et perfectionnement des enseignants) propose des formations diplomantes allant du préscolaire au secondaire. Il s'agit du premier établissement du genre au Maroc. Installé à Casablanca, le centre offre aussi des formations en encadrement et en administration pédagogique dans les écoles et instituts privés. Il ouvre ses portes dès la prochaine rentrée.

Une appli pour réduire l’échec scolaire au Gabon

Le système éducatif gabonais possède le plus haut taux de redoublement au monde, selon la Banque mondiale. C’est ce qui a poussé un entrepreneur de créer Scientia, une application mobile pour lutter contre ce fléau et qui permet de suivre en temps réel et au quotidien l’activité de chaque élève. Tout est parti d’une scène témoignée par Edouard Claude Oussou à Libreville, la capitale du Gabon, qu’il a jugée révoltante. Alors qu’un parent avait déposé son enfant à l’école, quelques minutes après son départ l’élève a pris une autre direction que celle le conduisant dans sa classe. Une image révélatrice de la situation de nombreux élèves dans ce pays, dont le système éducatif possède le plus haut taux de redoublement au monde, deux fois plus élevé que la moyenne africaine, ainsi qu’un faible taux d’achèvement du cycle primaire (37,2%), selon la Banque mondiale.

Enseignement supérieur: Plus de capacité pour la rentrée

Les facultés et écoles supérieures accessibles sur concours ou imposant une sélection sur dossier augmenteront leur capacité d’accueil de 50% à la prochaine rentrée, annonce Saaïd Amzazi. Le ministre de l’Education nationale s’exprimait mardi dernier à la Chambre des conseillers. Il s’agit notamment des facultés de médecine, de pharmacie et de médecine dentaire, des ENCG, ENSA, FST et EST. Ces établissements offriront près de 30.000 places pédagogiques, contre 20.000 en 2016-2017. Cependant, bénéficieront-ils de suffisamment d’enseignants?

Dix-huit ans après la réforme, l’université dans le doute

Avec 109.900 étudiants, l’université Hassan II est la plus grande du pays. Dans les filières dites à accès ouvert, les licences fondamentales suffoquent avec 82.392 étudiants. Ces facultés concentrent tous les dysfonctionnements de l’enseignement supérieur. Président de l’université Hassan II, le Pr. Idriss Mansouri demande que ces établissements aient le droit de choisir leurs étudiants en instituant des prérequis. Il suggère par ailleurs l’introduction des frais d’inscription pour les ménages capables de payer.

L’Allemagne veut plus d’étudiants marocains

Etudier dans des universités d’ingénierie et de technologie Allemandes est conditionné par une année préparatoire aux Studienkollegs. Or, l’accès y est difficile, en raison du nombre limité de places disponibles. Afin de faciliter la tâche aux candidats, l’Allemagne ouvre pour la première fois cette année un Studienkolleg à Kénitra, en partenariat avec l'institut Freshman de l'Université Aachen (Allemagne). Le concours d’entrée est prévu pour le 18 juillet. Les résultats seront annoncés dix jours après. Les cours démarreront le 3 septembre pour se terminer le 5 mai 2019. Le coût de la formation a été fixé à 62.000 DH. Le même établissement a été ouvert en Tunisie et en Egypte (bientôt en Iran).

700 millions de DH pour le rural au Nord

Le Conseil de la région de Tanger-Tétouan-Al Hoceïma vient de débloquer 700 millions de DH pour soutenir les communes rurales. 400 millions seront dédiés au programme de construction et de mise à niveau des routes et 150 millions au raccordement au réseau de distribution d'eau potable et d'électricité. Le reste financera le programme d’appui à la scolarisation avec un ambitieux projet d’acquisition de 400 bus de transport scolaire.

Dir Iddik redonne le sourire aux écoles rurales marocaines

A l’occasion du Ramadan 2018, Dir Iddik revient avec un programme innovant, solidaire et ambitieux. Après avoir participé à la rénovation de plus de 70 associations et 16 quartiers dans différentes villes du royaume, Dir Iddik, la plateforme de solidarité pilotée par inwi, s’engage pour l’amélioration des conditions d’apprentissage des élèves marocains. Durant tout le mois sacré de Ramadan, et dans le cadre d’une première opération, volontaires et professionnels conjuguent ainsi leurs efforts pour mettre à niveau quatre écoles primaires à Imessouane (région d’Agadir), Sidi Kaouki (région d’Essaouira), Ait Alla (région de Demnate) et Ksar Sghir.

L’accès des étudiants étrangers aux universités publiques tunisiennes est désormais payant

Conformément à une nouvelle loi, l’accès des étudiants étrangers dans les établissements universitaires publics en Tunisie sera désormais payant, moyennant une somme allant de 5 mille à 15 mille dinars, a indiqué mardi Selim Khalbous, ministre de l’enseignement supérieur et de la recherche scientifique. Les frais de ces études sont fixés à 5mille dinars pour une licence et 15 mille dinars pour les spécialités en médecine, a précisé Khalbous dans une déclaration à la TAP, en marge de sa participation avec le chef du gouvernement, au démarrage de la mise en œuvre technique de la discrimination positive en matière d’orientation universitaire au titre de la prochaine année universitaire.

Transport et sécurité routière : Le Maroc offre une formation AUF à ses cadres

Un accord-cadre de coopération a été signé, mardi à Rabat, entre le ministère de l’Equipement, du Transport, de la Logistique et de l’Eau et l’Agence Universitaire de la Francophonie, en vue de promouvoir la recherche scientifique dans le domaine du transport et de la sécurité routière. En vertu de cet accord paraphé par le Secrétaire d’Etat chargé du Transport, Mohamed Najib Boulif, et le Recteur de l’Agence universitaire de la francophonie (AUF), Jean-Paul Gaudemar, les 2 parties s’engagent également à développer la formation et les compétences dans le domaine du transport routier et de la sécurité routière, et à échanger les informations et les expertises.

Formation continue : La CGEM déconnecte l’OFPPT

Le patronat vient de remporter une victoire décisive. Le projet de loi sur la formation continue vient d’être voté en plénière à la Chambre des Conseillers dans la version proposée par le groupe parlementaire de la CGEM. Il s’agit de la création d’une superstructure qui sera chargée de la gestion de la formation continue et de la composition paritaire du conseil d’administration entre l’administration, le patronat et les syndicats (Voir aussi L’Economiste n°5246 du 06/04/2018). «C’est la première fois que l’administration, le patronat et les syndicats siégeront à parts égales dans une instance décisionnelle. Ce qui constitue une inflexion majeure dans les instances publiques-privées et pourrait inspirer d’autres modèles», affirme Abdelilah Hifdi, président du groupe de Conseillers de la CGEM.

Oujda : Adoption du statut des cadres de l'AREF de l'Oriental

Le conseil d'administration de l'Académie régionale d’éducation et de formation (AREF) de l'Oriental, réuni lundi en session extraordinaire à Oujda, a adopté le statut des cadres de l'AREF. Dans une allocution prononcée en son nom, le ministre de l’Education nationale, de la Formation professionnelle, de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique, a souligné que le projet du nouveau statut des cadres des AREF constitue un jalon essentiel à même de parachever l’édifice de la régionalisation en matière de gestion du système d’éducation et de formation et de satisfaire, qualitativement et quantitativement, les besoins des Académies en termes de ressources humaines.

Scandale. Les enfants dyslexiques exclus des dispositions spéciales aux examens

A l’approche des examens, les familles des enfants dyslexiques s’inquiètent. Et pour cause, une décision ministérielle les a exclus d’un droit primordial. Les explications. Le ministère de l’Éducation nationale, de la formation professionnelle, de l’enseignement supérieur et de la recherche scientifique a décidé, exceptionnellement, d'adapter les conditions des examens aux candidats souffrant d'un handicap mental et ceux souffrant d'autisme et de surdité qui vont passer l'examen régional de la première année et l'examen national unifié du baccalauréat, au titre de la session 2018.

OCP injecte 100 MDH dans son Lycée d’excellence de Benguérir

Le capital de cet établissement détenu par la Fondation du groupe, est porté à 170 MDH. Il vise, à terme, à accueillir quelque 3.000 élèves. Le Groupe OCP poursuit ses investissements à caractère socio-économique lancés il y a quelques années. Après avoir apporté récemment un patrimoine foncier estimé à près d’un milliard de dirhams à sa filiale SADV (Société d’Aménagement et de Développement Vert), en charge, entre autres, de la réalisation du méga projet de la ville verte de Benguérir, le groupe vient d’injecter 100 millions de DH dans Lydex SA, son lycée d’excellence situé au sein de cette nouvelle cité. C'est ce qu'a appris Médias24 de source sûre.

Enseignement supérieur privé : 7 nouveaux partenaires chez Emlyon Business School

C'est l'expertise réciproque sur l'ensemble des activités qui est visée par la signature de ces nouveaux partenariats. Concrètement, les étudiants d'Emlyon Business School pourront avoir davantage d'opportunités professionnelles à travers les activités respectives des partenaires. Les 7 nouveaux partenaires de l'école sont justement d'horizons différents, à savoir l'Association Nationale des gestionnaires et formateurs des ressources humaines Maroc (AGEF), McDonald's Maroc, Berkeley systems (Tickets.ma, Datarget, lesinfos.ma...), le Wagon: l'école internationale de programmation informatique, l'Université Privée de Marrakech, l'Université Internationale de Casablanca. L'objectif est aussi de promouvoir la responsabilité, l'éthique et l'accès à l'éducation.

Vers le règlement de la situation des titulaires marocains de doctorat français

Le dossier traîne depuis des décennies. Le ministère de l'Education nationale et de l'Enseignement supérieur a annoncé sa disposition à mettre en œuvre les accords conclus avec le syndicat national de l'Enseignement supérieur (SNEsup), particulièrement en ce qui concerne la fin de l’exception qui frappe les professeurs-chercheurs titulaires du doctorat français, du grade D et du grade exceptionnel. Cette position a été exprimée lors d'une réunion, tenue récemment à Rabat, entre le ministère et les représentants du syndicat, et consacrée à l'examen de la situation de ce secteur, indique un communiqué conjoint.

Orientation après le Bac : Les nouvelles mesures du ministère pour la prochaine rentrée

Le ministère procèdera durant l’année universitaire 2019-2020 au lancement d’un système d’informatique national unifié pour la sélection des candidats admis aux établissements à accès limité. Après l’obtention du baccalauréat, de nombreux élèves ne savent pas pour quelles études opter ni quelle formation choisir. Le manque d’encadrement ou d’informations figure parmi les principales causes d’une mauvaise orientation des bacheliers. Pour remédier à cette situation, le ministère de l’éducation nationale, de la formation professionnelle, de l’enseignement supérieur et de la recherche scientifique a pris plusieurs mesures pour mieux orienter les élèves. A commencer par la mise en place de structures d’information et d’orientation au sein des universités et des académies régionales.

Comment sera l’école de demain ?

Alors que la technologie a révolutionné en profondeur de nombreux secteurs, certains comme l’éducation restent un peu à la traîne. Pourtant la majorité des spécialistes en technologies de l’éducation s’accordent pour dire que l’enseignement du futur sera personnalisé. Grâce aux nouvelles technologies, la transmission du savoir, mission fondamentale du professeur, pourra être adaptée à tous les profils et surtout aux différentes formes d’intelligence. Les cours de français ou de mathématique ne seront plus globalisés mais plutôt taillés sur mesure pour chaque élève afin que chacun puisse apprendre à son rythme. Cette révolution dans l’enseignement sera rendue possible grâce aux développements effectués dans l’intelligence artificielle.

Du préscolaire dans le Haut Atlas

Et de 24. L’association RIM (Relais instruction éducation Maroc) est en train d’achever la 24e classe préscolaire dans la vallée d’Imlil. Une région du Haut Atlas à 60 kilomètres de Marrakech mais qui peut être coupée du monde dès les premiers signes d’hiver. C’est à travers l’éducation que l’ONG qui regroupe des bénévoles marocains d’ici et d’ailleurs de différents horizons (scientifique, industriel, éducatif..) a choisi de mener ses actions pour le développement humain. Dans cette région où l’école est un luxe et le préscolaire, un rêve inaccessible.

Ex-écoles turques : Les enfants pris en otage… encore une fois!

L’affaire des écoles turques refait surface. Rappelez-vous, début 2017, huit établissements privés du groupe scolaire Mohammed Al Fatih au Maroc sont sommés de fermer leurs portes, en plein milieu de l’année scolaire, sur ordre du ministère de l’Intérieur (voir L’Economiste n° 4938, du 13 janvier 2017). Ces écoles sont victimes de la guerre que se mènent, en Turquie, deux anciens alliés: Erdogan au pouvoir et Gülen en exil. Comme d’autres pays, le Maroc a été ciblé par la pression d’Ankara et a fermé les établissements.

Orientation des élèves après le bac : Le dispositif du ministère de tutelle

Service central d'orientation, cartographie universitaire, mise à jour du guide "Horizons et Carrières"... Plusieurs mesures sont prises ou en cours de déploiement. Après le baccalauréat, nombre d'élèves et leurs parents peinent à choisir une filière ou une université/école, notamment dans le secteur public qui accueille l'essentiel des effectifs. Dans une réponse, mardi 12 juin, au groupe parlementaire de l'Istiqlal à la Chambre des conseillers, le ministre de l’Éducation nationale explique les mesures prises ou en cours de déploiement pour aider les élèves à faire leur choix:

Le ministère de l’Education nationale disposé à lever l'exception pour les professeurs-chercheurs titulaires du doctorat français, du grade D et du grade exceptionnel

Le ministère de l'éducation nationale, de la formation professionnelle, de l'enseignement supérieur et de la recherche scientifique a fait part de sa disposition à mettre en œuvre les accords conclus avec le syndicat national de l'enseignement supérieur (SNEsup), particulièrement en ce qui concerne la fin de l’exception qui frappe les professeurs-chercheurs titulaires du doctorat français, du grade D et du grade exceptionnel.

La réforme de la gouvernance du système de recherche nationale contribuera au développement économique et social du pays

La réforme de la gouvernance du système de recherche nationale permettra de créer de la valeur ajoutée qui contribuera au développement économique et social du pays, a indiqué, mardi à Kénitra, le ministre de l'éducation nationale, de la formation professionnelle, de l'enseignement supérieur et de la recherche scientifique, Said Amzazi. "Le Maroc dispose d'énormes compétences, d’infrastructures considérables, d’une véritable avancée en matière de recherche, cependant il est nécessaire de revoir la stratégie adoptée par l’université en matière de recherche scientifique", a affirmé M. Amzazi à l’occasion du lancement officiel du "Programme du Forum des sciences et de la société pour l'année 2018-2019" à l'université Ibn Tofail.

Éducation au Maghreb : peut mieux faire !

L'éducation au Maghreb affiche aujourd'hui un bilan mitigé. Diagnostic de ce système. Savoir d’où l’on part pour comprendre où l’on va. À l’indépendance, la gouvernance de l’éducation au Maghreb était simple : l’État en était le principal, voire l’unique, acteur. Il lui fallait alors (re)construire des systèmes éducatifs entiers à partir du faible héritage colonial. Chaque ville, chaque bourg, se devait d’avoir son école. Les enseignants étaient en première ligne de ce que Bourguiba appelait le « Grand Jihad », c’est-à-dire la sortie du sous-développement et de l’ignorance.

"Soutien scolaire en milieu urbain au Maroc : entre soutien privé et usage d'Internet. Quelle évolution et quels changements ?

Le but de cette étude est de revisiter la perception des élèves marocains au sujet du soutien scolaire privé dans l'enseignement secondaire qualifiant (enseignement privé et enseignement public), les raisons d'y recourir, le nombre d'heures hebdomadaires dédiées au soutien scolaire, ainsi que son apport potentiel à la réussite scolaire. Notre étude s'intéresse aussi à l'intérêt que porteraient les élèves au soutien scolaire par Internet. Un questionnaire est utilisé pour recueillir leurs réponses.

Formation post-baccalauréat : Le ministère s'attelle à fournir toutes les informations nécessaires aux étudiants

Le ministère de l'Éducation nationale, de la Formation professionnelle, de l'Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique s’engage à fournir aux étudiants et leurs parents toutes les informations sur les parcours de formation post-baccalauréat, a souligné, mardi à Rabat, Khalid Samadi, secrétaire d'État chargé de l'Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique. En réponse à une question posée à la Chambre des conseillers par le groupe istiqlalien de l'unité et de l'égalitarisme et qui porte sur "la souffrance des familles après l'obtention de leurs enfants du diplôme du baccalauréat pour s'inscrire dans les universités, les écoles et les instituts d'enseignement supérieur", ,le secrétaire d'État a indiqué que les structures d'information et d'orientation au sein des universités et des académies régionales de l'éducation et de la formation œuvrent à fournir accompagner les étudiants ainsi que les parents dans leurs choix.

Pourquoi l’équivalence du diplôme des inspecteurs du Ministère de l’Education nationale est-elle une priorité professionnelle?

Les diplômes des lauréat(e)s du COPE (Centre d’Orientation et de Planification de l’Education- Cycle des inspecteurs) et du CFIE (Centre de Formation des Inspecteurs de l’Education) ne sont pas équivalents à des diplômes universitaires dans notre système éducatif marocain. En conséquence, les inspecteurs ne jouissent pas du droit de poursuivre les études officiellement. De ce fait, cet écart risque d’être en contradiction avec une disposition de la Constitution nationale ainsi qu’avec les recommandations de « La Vision Stratégique de la Réforme 2015-2030 : Pour une école de l’équité de la qualité et de la promotion ».

Associatif. Idmaj au service de Sidi Moumen

Quelles sont les prestations qu’offre Idmaj à la population ? Cela va du préscolaire au soutien scolaire, en passant par les activités parascolaires, l’apprentissage des langues étrangères. Nous dispensons aussi des modules de volontariat, d’éducation civique, de life skills (compétences de la vie)… Tous ces programmes visent à l’intégration de la population dans le développement de la communauté.

L’Université d’Aviation d’Emirates offre des bourses d’excellence

L’Université d’Aviation d’Emirates (EAU) annonce l’attribution de bourses d’excellence aux étudiants du secondaire désirant y poursuivre leurs études de premier cycle en commerce et en ingénierie.Un total de 50 bourses d’études sera octroyé aux étudiants en fonction de leur mérite plutôt que de leur situation financière. Le programme de bourses est ouvert aux étudiants du secondaire du monde entier, y compris ceux en provenance du Maroc, et permettra une réduction allant jusqu’à 50% des frais de scolarité annuels du volet éducatif choisi par le candidat.

Vive réaction face au remplacement des manuels scolaires par des tablettes

Les parents des élèves du groupe scolaire « Louis Massignon » de Casablanca ne sont pas contents et le font savoir dans leurs manifestations contre le projet de la direction de remplacer les manuels scolaires de certaines classes par des tablettes. Dans cet établissement proche du système de la mission française, il s’agit d’une véritable révolution pédagogique dictée par le souci des responsables de ne plus voir les élèves portant des cartables trop lourds à longueur de journée. Sauf que la décision a été prise de manière unilatérale bien qu’à titre expérimental, sans aucune concertation avec les parents, qui fait de ce groupe scolaire un pionnier en la matière.
Education et formation du 18 au 22 Juin 2018


Dans la même rubrique :
< >

Lundi 12 Novembre 2018 - 13:37 Education et formation du 05 au 09 Novembre 2018

Inscription à la newsletter







CND en photos
20150226_100556
20150226_095904
rofoof
20150422_121229
20150226_100728
maraacid