Portail du Centre National de Documentation du Maroc

Education et formation du 24 au 28 Décembre 2018

Veille Maraacid


L’université de Settat décroche 20 millions de DH de sa région

Le conseil de la région de Casablanca- Settat a validé, en octobre dernier, un financement de 20 millions de DH au profit de l’université Hassan 1er de Settat. Le montant, qui n’a pas encore été débloqué, servira à compléter l’équipement de la cité de recherche et d’innovation de l’université. Un méga projet destiné à promouvoir la R&D et à valoriser ses résultats. Il prévoit, entre autres, des transferts de technologies, un incubateur d’entreprises, une structure de veille stratégique identifiant les opportunités d’investissement … La cité ambitionne de contribuer à l’essor économique de la région.

Tanger : Projet d'extension de la cité universitaire

Bonne nouvelle pour les étudiants du supérieur à Tanger. L’extension de la cité universitaire, en suspens depuis plusieurs années, sera finalement menée à terme. Il s’agit de la mise en place de trois pavillons supplémentaires d’une capacité de 700 lits qui devaient entrer en service en 2016. Les fondations et les travaux des gros œuvres avaient été entamés, mais les travaux de construction s’étaient arrêtés.

Développement durable : Le Maroc investit 7 MDH dans un nouvel institut

Une convention de partenariat portant création de l’Institut supérieur des métiers de la nature et du développement durable a été signée, ce mardi à Assa, avec pour objectif d’encourager la recherche scientifique dans les domaines de compétence de cet établissement de formation. La convention a été signée par le ministre de l’Education nationale, de la Formation professionnelle, de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique, Said Amzazi, du président de l’Université Ibn Zohr, Omar Halli, du président de Conseil provincial d’Assa-Zag, Rachid Tamek, du gouverneur de la province d’Assa-Zag, Youssef Khayer, ainsi que par le premier vice-président de la commune d’Assa.

Profs contractuels : 21.000 candidats à Casablanca

L’académie régionale de l’éducation et de la formation (Aref) de Casablanca-Settat vient d’organiser son concours de recrutement des profs contractuels. Les copies sont actuellement en cours de correction. Dans la région, près de 21.000 candidats se sont présentés aux épreuves, soit presque dix fois plus que le nombre de postes prévus. L’Aref prévoit d’embaucher cette année 2.373 contractuels, dont 1.046 pour le primaire et 1.327 pour le collège et lycée. A l’échelle nationale, 156.000 candidats ont postulé. Au final, seuls 15.000 seront pris.

Préscolaire : Impératif de développer le capital humain

Le développement du capital humain est une condition sine qua non pour réussir l'opération pédagogique dans le préscolaire, a indiqué, mercredi à Rabat, le directeur de l'Académie régionale d'éducation et de formation (AREF) de Rabat-Salé-Kénitra, Mohamed Aderdour. Lors d'une journée d'étude organisée par l'AREF de Rabat-Salé-Kénitra, sous le thème "Les défis de la généralisation d'un préscolaire de qualité dans la région - le partenariat un pilier majeur de la mise en œuvre", M. Aderdour a affirmé que la formation adéquate dispensée aux éducatrices du préscolaire et le développement constant de leurs compétences constituent une nécessité urgente, étant donné que ces dernières prennent à leur charge la vie pédagogique de l'enfant, mais contribuent aussi à l'amélioration de ses acquis et à son développement sur tous les niveaux.

La formation professionnelle, une voie de sortie pour l'Afrique

La formation professionnelle (FP) devrait être le chantier prioritaire des pays africains. Cela leur permettrait de résorber le chômage, source de danger pour l’avenir et la stabilité de la quasi totalité du continent. Le constat était unanime au premier Forum africain sur la FP organisé dernièrement à Dakhla et dont Saâdeddine El Othmani, chef du gouvernement, a fait l'ouverture. Il a insisté sur la forte croissance démographique que connaît l’Afrique dont la population dépassera les 2 milliards de personnes à l’horizon 2050 avec une part importante de jeunes.

Préscolaire : La FMPS labellise une dizaine d’écoles

La Fondation marocaine pour la promotion de l’enseignement préscolaire (FMPS) offrira son label de qualité à une dizaine d’écoles préscolaires, privées ou gérées par des ONG, début 2019. Ayant développé une expertise de plusieurs années dans le secteur, la fondation proposera, également, des formations d’éducatrices, des formations en management pour aider les écoles à améliorer leur gouvernance, des évaluations et diagnostics, un accompagnement pour le financement de projets…

AREF de Laâyoune : Adoption du programme d’action et du budget 2019

Les membre du Conseil d’administration de l’Académie régionale de l’éducation et de la formation (AREF) de Laâyoune-Sakia El Hamra, réuni lundi à Laâyoune pour sa deuxième session au titre de l'année 2018, ont approuvé le programme d’action et le budget de l’académie pour 2019. Dans une allocution lors de cette réunion, le secrétaire général du ministère de l’Education nationale, Youssef Belkasmi a souligné que la tenue de ce Conseil d’administration intervient à un moment où le système éducatif poursuit la mise en œuvre de la réforme globale basée sur la vision stratégique 2015-2030, notant que plusieurs chantiers essentiels ont été lancés dernièrement en vue d’améliorer l’école marocaine.

Ecoles et universités : Prêtes pour l’autonomie?

Décentralisation, régionalisation, autonomie, indépendance… Des mots qui sont sur toutes les lèvres depuis une vingtaine d’années, lorsqu’il s’agit de la réforme du système d’enseignement. Mais qu’en est-il vraiment? Côté finances, l’autonomie est pratiquement acquise. «Nous avons assisté au renforcement des attributions des Académies régionales de l’éducation et de la formation (Aref) en matière budgétaire avec le lancement du plan d’urgence 2009-2012», rappelle Mohamed Aderdour, directeur de l’Aref de Rabat-Salé-Kénitra. «Actuellement, près de 95% du budget du ministère de l’Education nationale, hors charges du personnel, sont totalement gérés par les académies», poursuit-il.

GENIE : 7000 établissements scolaires dans le monde rural seront équipés en matériel informatique

Le comité de pilotage du programme GENIE "Généralisation des technologies d’information et de communication dans l’enseignement" vient d'adopter la vision 2030 pour l'intégration des technologies de l'information et de la communication (TIC) dans l’enseignement. Ledit comité a fixé le plan d'action de l'intégration des TIC pour la période 2019-2021 visant notamment à équiper tous les établissements scolaires recensés jusqu'à 2018 ainsi que 7 000 établissements dans le monde rural, à les connecter à Internet et à lancer le programme pilote concernant l'équipement de 36 établissements avec un ordinateur et un projecteur dans chaque classe.

Enseignement/TIC : Un programme « GENIE » pour les écoles marocaines

« La vision 2030 pour l’intégration des technologies de l’information et de la communication (TIC) dans l’enseignement a été adoptée, lundi à Rabat, par le comité de pilotage du programme « Généralisation des technologies d’information et de communication dans l’enseignement » (GENIE), sous la présidence du Chef du gouvernement, Saâd Dine El Otmani. Le comité, qui s’est réuni pour s’arrêter sur le bilan du programme depuis son lancement et ses perspectives dans le cadre de la vision 2015-2030 de l’éducation, la formation et la recherche scientifique, a fixé, à cette occasion, le plan d’action de l’intégration des TIC pour la période 2019-2021 visant notamment à équiper tous les établissements scolaires recensés jusqu’à 2018 ainsi que 7.000 établissements dans le monde rural, à les connecter à Internet et à lancer le programme pilote concernant l’équipement de 36 établissements avec un ordinateur et un projecteur dans chaque classe, indique un communiqué du département du Chef de gouvernement.

Enseignement : Super stratégies, piètre mise en œuvre

- L’Economiste: La réforme du système d’enseignement est à la fois une question de financement et de gouvernance. Pourquoi les collectivités territoriales en sont exclues? - Hassane El Arafi: Du point de vue du partage des compétences, le législateur a attribué la tutelle du secteur de l’éducation à l’Etat et non aux collectivités territoriales, hormis certaines compétences transférées, comme l’entretien des écoles primaires, le transport scolaire… Ce partage explique la faiblesse de la participation des collectivités territoriales (moins de 1%). L’Etat doit assumer sa responsabilité et non pas chercher à endosser ses déficits aux collectivités territoriales. Autrement, il faudrait revisiter les lois organiques les régissant, en les responsabilisant textuellement par rapport à ce secteur, à l’instar des pays de l’OCDE. Dans ces pays, le financement local du système d’enseignement représente les deux tiers, voire 100% dans certains Etats, notamment asiatiques. En revanche, en épousant un raisonnement écosystémique, l’éducation et la formation sont l’affaire de tous les acteurs.

L’Université Euromed forme des ingénieurs PSA

L’Université Euromed de Fès (UEMF) formera des ingénieurs pour PSA. C’est ce qui ressort de la convention signée, jeudi dernier, entre Mostapha Bousmina, président de l’UEMF, d’une part, et Dedier Marchet et Amine Zarouk, respectivement directeur technique du groupe Alten, et directeur général d’Alten Delivery Maroc (ADC Maroc), d’autre part. En effet, cet accord de coopération spécifique couvre le domaine scientifique, technique et technologique. Il concerne également la formation, le cofinancement et le partage d’informations et d’expertises.

Amine Souaq : «L’amour n’est que le carburant du moteur éducatif»

- L’Economiste: Quels sont les bienfaits de la parentalité positive? Qu’apporte-t-elle à l’enfant? - Amine Souaq: Toute éducation qui se veut bienveillante apporte un réel équilibre chez l’enfant, qui devient progressivement plus autonome et responsable. Cette pédagogie lui permet également d’apprendre à contrôler ses émotions négatives (comme la colère) et de verbaliser ses différents besoins. Des attributs et des qualités qui feront de lui un bon citoyen dans le futur.

Le recrutement d’enseignants réduira la massification des classes

Le recrutement d’enseignants contractuels permettra aux Académies régionales d’Education et de Formation (AREF) de réduire la massification que connaissent certaines classes, indique à Dakhla, le ministre de l’Education nationale, de la Formation professionnelle, de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique, Said Amzazi. « Cette opération de grande envergure à l’échelle nationale, visant à recruter des enseignants du primaire, du collège et du lycée, va permettre aux académies de réduire la massification que connaissent certaines classes. Il s’agit d’un processus qui a commencé il y a trois ans permettant au système éducatif marocain de se doter de près de 70.000 postes », a affirmé Amzazi lors d’une visite à un Centre d’examen à Dakhla, abritant le concours de recrutement d’enseignants contractuels des AREF.

Le tiers des établissements scolaires toujours sans eau potable

Sur 10.756 écoles primaires, collèges et lycées en 2017 au Maroc, quelque 3.192 n’étaient toujours pas raccordés au réseau d’eau potable, soit près du tiers. Par ailleurs, six sur dix (6.437) n’étaient pas connectés au réseau d’assainissement. En revanche, environ 94% étaient électrifiés.

TIC à l’école : Des efforts, mais peu de retombées

Le programme GENIE a permis de réaliser des avancées en matière d’équipement des écoles en technologies de l’information et de la communication. 93% des établissements scolaires ont, par exemple, été connectés à Internet, 66% dotés de valises multimédias pour les profs et 20% de salles multimédia. Toutefois, cela n’a pas vraiment abouti aux résultats escomptés, selon la Cour des comptes. Les équipements informatiques installés ne sont que partiellement utilisés dans les apprentissages. Pour sa part, l’Education nationale peine encore à mettre en place un système d’information intégré, permettant une remontée rapide de données et facilitant le pilotage du système éducatif.

« Les étudiants étrangers peuvent avoir un fort impact sur l’économie »

J’ai décidé durant le mois de décembre de faire un état des lieux de notre enseignement supérieur en comparant la France aux autres pays du monde. Pour que l’exercice soit plus ludique, je vous propose un quiz en 15 questions sur trois semaines (une par jour du lundi au vendredi à compter du lundi 3 décembre). À la fin, un bilan sera fait sur les forces et faiblesses de notre enseignement supérieur. Aujourd’hui, la question porte sur l’internationalisation de l’enseignement supérieur et a été préparée avec Fatine Guedira, consultante à l’OCDE.

Le système éducatif français : profondément inégalitaire et tellement difficile à réformer!

Les revendications portées par le mouvement des «gilets jaunes» sont nombreuses et hétéroclites. L’éducation est la grande absente du débat même si lycéens et étudiants se sont invités récemment dans le mouvement de protestation. Or, la philosophie même du système éducatif français doit être revue. Ce dernier fournit en effet des «incitations perverses» à tous les acteurs du système, ce qui le rend profondément inégalitaire.

Automobile/formation : Renault Maroc et l’Ecole Mohammadia s’allient

Le Groupe Renault Maroc, leader du commerce et de l’industrie automobile dans le Royaume, et l’Ecole Mohammadia d’Ingénieurs ont signé une convention de partenariat, mardi 11 décembre 2018, pour soutenir les programmes de formations de l’ingénieur, nécessaires au développement de l’Industrie automobile et promouvoir la recherche et ledéveloppement dans le secteur. Le Groupe Renault Maroc donne ainsi une nouvelle impulsion au développement du secteur automobile à travers l’apport de son expertise et ses compétences aux ingénieurs de demain.

Mohcine Jazouli au Forum africain de Dakhla sur la Formation professionnelle : « La transition vers les métiers de demain appelle à une refonte dans la gouvernance »

Voici le texte intégral du discours prononcé par Mohcine Jazouli, ministre délégué auprès du Ministère des Affaires étrangères et de la coopération internationale chargé de la coopération africaine au Forum qui s’est ouvert vendredi à Dakhla sur la formation professionnelle.

Université : Trop de doyens par intérim!

Le problème est presque général à toutes les universités publiques. Elles comptent aujourd’hui de nombreux établissements (facultés et écoles supérieures) gérés par intérim. Dans certaines facultés, le poste de doyen est occupé par un intérimaire depuis des années. Et pour cause, une procédure de nomination longue et complexe, qui devrait être modifiée par la future réforme de la loi 01-00 régissant l’enseignement supérieur. En cas de candidatures infructueuses (ce qui arrive souvent), le renouvellement de la procédure prend plusieurs mois. La rémunération proposée, pour sa part, est peu alléchante par rapport à la lourdeur des missions à assumer (une indemnité de fonction de près de 12.000 DH en plus du salaire de professeur).

Formation professionnelle : A Dakhla, un premier pas pour une politique africaine commune

La Déclaration de Dakhla sur la formation professionnelle signée le 22 décembre 2018 est un premier pas vers l'élaboration de politiques communes en matière d'employabilité en Afrique. Une urgence pour le continent le plus jeune du monde.

Préscolaire : Le référentiel pour début 2019?

Pour la première fois de son histoire au Maroc, le préscolaire aura droit à un référentiel pédagogique. Fini donc le bricolage. Déjà validé, il est actuellement en cours d’impression. Des milliers d’exemplaires seront bientôt distribués à tous les acteurs du secteur. Le référentiel des normes, pour sa part, est en finalisation.

Formation professionnelle : Examen des moyens de renforcer la coopération maroco-africaine

Le ministre de l'Éducation nationale, de la Formation professionnelle, de l'Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique, Said Amzazi et le secrétaire d’État chargé de la Formation professionnelle, Mohamed Rherras ont eu, samedi à Dakhla, des entretiens avec plusieurs ministres africains axés sur les moyens d’approfondir la coopération dans le domaine de la formation professionnelle. Ces entretiens, déroulés en marge du Forum africain sur la formation professionnelle, dont la première édition a été organisée les 21 et 22 décembre à Dakhla, sous le Haut Patronage de SM le Roi Mohammed VI, ont porté sur l’examen des moyens d’amélioration du système de formation professionnelle dans ces pays du continent.

Stagiaires africains : Le Maroc réserve chaque année 1.000 places pédagogiques

L’Office de la formation professionnelle et de la promotion du travail (OFPPT) réserve chaque année 1.000 places pédagogiques aux stagiaires africains, une action qui bénéficie du soutien de la Banque islamique du développement (BID), a indiqué vendredi à Dakhla le ministre de l’Éducation nationale, de la formation professionnelle, de l’enseignement supérieur et de la recherche scientifique, Said Amzazi.
Education et formation du 24 au 28 Décembre 2018


Dans la même rubrique :
< >
Inscription à la newsletter







CND en photos
20150226_100815
rofoof
20150226_101251
maraacid
20150226_095904
abh