Portail du Centre National de Documentation du Maroc

Education et formation du 29 Octobre au 02 Novembre 2018

Veille Maraacid


Défendant les initiatives du gouvernement pour la lutte contre le chômage, le chef du gouvernement a indiqué que plusieurs mesures sont mises en place pour encourager la création d'emploi et encourager l’employabilité des jeunes. « Nous avons facilité plusieurs procédures pour encourager à la création d'emploi », a-t-il insisté. Dans ce sens le gouvernement encourage l’auto-entreprenariat, a souligné le chef de gouvernement en annonçant que le nombre d’autoentrepreneurs déclarés à ce jour à atteint les 80.000. Et d’ajouter que la Loi de Finances 2019 prévoit des baisses de l’impôt en faveur des certaines catégories d’entreprises.

Comment le personnel de l’UNESCO défend le droit à l'éducation sur le terrain – Partie 1

Chaque jour, à travers le monde, l’UNESCO œuvre à défendre le droit à l'éducation de chaque femme, homme et enfant. Mais comment cela se concrétise-t-il sur le terrain ? Rencontrez le personnel de l'Organisation qui a travaillé sur cette question dans différentes régions du monde. Ces témoignages offrent des exemples de réussites et de défis dans la concrétisation du droit à une éducation de qualité pour tous.

L'Unicef ferme 85 centres d'éducation pour les jeunes réfugiés syriens en Jordanie

La question des réfugiés syriens est au cœur des négociations pour la paix en Syrie. En Jordanie, ils sont un million et pâtissent de la baisse de l'aide internationale. L'Unicef vient de fermer près d’une centaine de centres d’éducation. Le président français Emmanuel Macron est attendu à Istanbul samedi après-midi pour un sommet à quatre sur la Syrie. Autour de la table : le président russe Vladimir Poutine, son homologue turc Recep Tayyip Erdogan et la chancelière allemande Angela Merkel. Même si l'Elysée admet avoir des "attentes modestes" et le Kremlin appelle à être "réaliste", la situation dans la province d'Idlib - le dernier bastion rebelle du pays - et les négociations pour la paix sont les priorités inscrites à l'ordre du jour. Sur ce point, la question des réfugiés est centrale pour rétablir la stabilité. Ils sont cinq millions, dont un million en Jordanie. Dans le royaume hachémite, les aides se tarissent.

Éducation nationale : "L'école n'est pas une maison de redressement", dit Nicole Belloubet sur RTL

Pour lutter contre la violence à l'école, le gouvernement a promis un arsenal de mesures sécuritaires, n'excluant pas de faire entrer les forces de l'ordre au sein des établissements scolaires lors de "moments de tension". Les ministres de l'Éducation, Jean-Michel Blanquer, de l'Intérieur, Christophe Castaner, et de la Justice, Nicole Belloubet, ont réuni un "comité stratégique" afin de mettre en oeuvre un plan d'actions, demandé par Emmanuel Macron. Nicole Belloubet a rappelé lors du Grand Jury RTL, Le Figaro, LCI avoir "été rectrice d'académie pendant huit ans". Elle a ajouté : "Je connais bien le milieu scolaire. Ce qui est important dans une école, qui est un lieu où le savoir doit primer et donc un lieu où les enseignants doivent faire l'objet de tout ce qui est nécessaire pour assurer leur respect, qu'ils puissent avoir accès aux forces de l'ordre".

La Langue des signes reste un “droit fondamental à l’éducation”

Assiste-t-on à la marginalisation de l’enseignement de la langue des signes française ? C’était l’inquiétude soulevée par le député Alexis Corbières (France insoumise, Seine-Saint-Denis), en mai dernier. Interpellant le ministère de l’Eduction nationale, il pointait « une dégradation des conditions d’apprentissage à l’école pour les enfants handicapés, atteints de surdité ». Jean-Michel Blanquer s’est fendu d’une réponse circonstanciée, pour rassurer le parlementaire. D’abord, la LSF « est reconnue comme langue à part entière. Tout élève concerné doit pouvoir recevoir un enseignement de la langue des signes française ».

Education nationale : «On laisse des élèves devant des personnes qui n’ont pas été formées»

«Il y a une incohérence totale entre le discours ministériel - Jean-Michel Blanquer n’a de cesse de répéter que l’école est au cœur de la politique de justice sociale - et la réalité. Le recours de plus en plus massif aux enseignants contractuels pose un véritable problème : au-delà du statut instable de ces personnels, on est confronté à la question récurrente de leur absence totale de formation. Quelle serait la réaction des gens s’ils apprenaient que des métiers sont aujourd’hui exercés par des gens qui n’ont pas acquis les qualifications nécessaires ? Qui accepterait, par exemple, de confier sa voiture à une personne qui n’a pas suivi un cursus pour être garagiste ? En France, aujourd’hui, on laisse des élèves devant des personnes qui n’ont pas été formées au métier d’enseignant. Ce n’est plus un problème à la marge, les chiffres le montrent. La plupart du temps, les parents d’élèves l’ignorent. Comment pourrait-on leur dire ?

Une deuxième chance d’éducation pour les adolescentes enceintes en Jamaïque

Dans un pays où l’avortement est illégal, de nombreuses filles qui se rendent au Centre sont issues de milieux défavorisés où l’éducation à la santé sexuelle est limitée. Il n’est pas toujours simple de les réintégrer dans le système éducatif et de les maintenir dans un programme qui n’est pas obligatoire. « La société jamaïcaine peut condamner les jeunes filles dans cette situation. Nous les aidons à trouver leur place dans la société et à maximiser leur potentiel en les convainquant de l’importance de l’éducation », a dit Zoe.

Robots : quelle place dans l'éducation ?

Et pourquoi pas des robots dans l'éducation ? Dans une société où la technologie s'installe partout, il n'y a aucune raison pour que le secteur de l'enseignement y échappe ! Qu'est-ce qui se fait en ce moment ? En quoi la robotique peut servir l'éducation ? digiSchool t'en dit plus.

Education : des robots s’installent dans les écoles

Les applications, les tablettes et autres robots s’installent dans les écoles de Bourgogne. Les enseignants se forment aux nouveaux outils numériques pour un travail plus transversal et mieux adapté à des générations de plus en plus connectées.

Les professeurs contractants réclament leur salaire et leur intégration dans la fonction publique

Des milliers de professeurs sous contrat ont battu le macadam lundi à Casablanca pour réclamer leur intégration dans la fonction publique, le paiement de leur salaire l'amélioration de leurs conditions de travail. La marche, organisée par la coordination nationale des professeurs contractuels, a parcouru les rues de Casablanca, faisait écho d'une série de slogans appelant à restaurer la dignité du professeur et à l'abandon du contrat. Les professeurs arboraient des brassards rouges en guise de protestation contre la politique du gouvernement à leur égard. Ils ont vivement critiqué Saaïd Amzazi, ministre de l'Éducation Nationale, de la Formation Professionnelle, qui pour eux les réformes engagées par le ministre sont la résultante de leur situation. « L'école se meurt disent-ils », car selon les grévistes, l'école publique reflète la situation désastreuse du pays.

Alphabétisation, éducation… 4 milliards de DH de dons de l’UE

Sur les dix dernières années, l’UE a financé toute une série de programmes liés à l’éducation, à la formation professionnelle et à l’alphabétisation au Maroc. Sur les dix ans et les trois années à venir, l’UE s’est engagée sur un total de 4 milliards de DH de dons.

Etudes supérieures : L’Ecole d’Architecture de Casablanca passe dans le giron de Honoris United Universities

Honoris United Universities, le premier réseau panafricain d’enseignement supérieur privé, compte désormais parmi ses membres, l’Ecole d’Architecture de Casablanca (EAC) au Maroc. Le choix de cette nouvelle institution souligne la volonté du réseau d’avoir une offre académique diversifiée et unique en adéquation avec les compétences requises sur le marché de l’emploi à travers le continent.

1337 : L’école sans profs, ouverte 24h/24… déjà un pas dans le future (Vidéo)

1337 ou LEET en langage informatique qui veut dire élite. En fait une école d’élite, d’innovation informatique et digitale, gratuite, ouverte à tous sur la base de la méritocratie et pas autre chose. En un mot, une école unique au Maroc. L’école a été construite sur l’ancien four de séchage des phosphates de Khouribga. Dans cette école pilote, on ne croise que des étudiants et un petit staff pédagogique qui n’intervient qu’en cas d’urgence, pour résoudre quelques problèmes de routine.

Rabat : Un campus universitaire « espagnol » bientôt inauguré

Planeta Formation et Université, filiale du premier groupe éditorial et de communication espagnol Grupo Planeta, s’apprête à inaugurer son premier campus intégré à Rabat. Ce campus abritera ses deux premières écoles au Maroc, OSTELEA Rabat, dédié à l’enseignement en Tourisme et ESLSCA Business School, et se veut un espace académique d’excellence, doté des dernières technologies et outils pédagogiques. L’objectif est de garantir aux futurs lauréats une formation supérieure de haut niveau, en adéquation avec les besoins du marché de l’emploi et les défis économiques et managériaux des entreprises.

Apprentissage du digital à l’école : la fracture entre enfants défavorisés et enfants riches ne se joue pas du tout de la manière dont vous croyez

Dans son livre "Le désastre de l'école numérique", paru en 2016 aux Éditions du Seuil, Philippe Bihouix avait évoqué le phénomène des parents qui travaillent dans la Silicon Valley et qui inscrivent désormais leurs enfants dans des écoles sans écran. L'exposition des enfants aux appareils connectés est devenue une source d'inquiétude et révèle des éléments fascinants sur le plan de la société.

GMT+1 : pas de visibilité pour les écoles de la mission française au Maroc

Le maintien de l'heure d'été GMT+1 a entraîné plusieurs changements dans différents secteurs, notamment l'enseignement. Après avoir adapté les horaires scolaires pour les établissements publics et privés marocains une première fois, le ministère de l'Education nationale s'apprête à les changer suite à une réunion avec les associations de parents d'élèves tenue lundi 29 octobre et une autre avec les syndicats ce mardi 30 octobre 2018.

Le nouvel horaire scolaire toujours en négociation

Quel horaire sera-t-il appliqué à partir du mercredi 7 novembre dans les établissements scolaires publics et privés à l’échelle nationale après le maintien de GMT+1 ? Cette question a été abordée lors de la réunion tenue mardi après-midi entre le ministre de l’Education nationale et les secrétaires généraux des syndicats de l’enseignement. Selon Sadek Rghioui, secrétaire général du Syndicat national de l’enseignement affilié à la FDT et secrétaire général adjoint de cette centrale syndicale, la réunion qui a duré de 18 à 22 heures a permis de débattre de plusieurs questions se rapportant au cahier revendicatif et à l’horaire scolaire.

La Zakoura Academy, acteur clé du renforcement de capacités locales

La Zakoura Academy a récemment concrétisé de nouveaux partenariats stratégiques, notamment avec SOS Villages d’Enfants Maroc pour la formation en remédiation scolaire numérique de ses animateurs et éducateurs de Casablanca, El Jadida, Ait Ourir et Agadir. Cette nouvelle convention témoignage de la confiance de notre partenaire que nous remercions à cet effet. Par ailleurs, dans le cadre du développement de ses activités au profit des acteurs locaux et suivant l’objectif de pérennité du programme de préscolaire de la Fondation, la Zakoura Academy continue d’accompagner et de former les associations locales des douars où sont implantées ses classes de préscolaire. Ainsi, en octobre, les des associations locales de Laâyoune, Beni-Mellal et Agadir ont pu bénéficier de ces formations « sur-mesure » qui prennent en considération leurs attentes et les besoins identifiés localement.

Le programme Tayssir sera réaménagé pour une plus grande équité

Le ciblage géographique basé sur la commune sera remplacé par le ciblage individuel des ménages. Le programme subira une réforme en trois étapes entre 2018 et 2021. Pour les enseignants, des mesures d’accompagnement s’imposent… Le programme «Tayssir», lancé en 2008 et consistant à apporter un soutien financier aux ménages pauvres et démunis pour lutter contre l’abandon scolaire, fera l’objet d’un réaménagement. Les équipes du ministère de l’éducation nationale planchent actuellement sur ce projet. Objectif : d’une part, revoir le ciblage de ce programme en vue de sa généralisation à tous les ménages éligibles, et, d’autre part, en développer les outils de gouvernance. On passera ainsi d’un ciblage géographique, basé sur la commune, à un ciblage individuel.

Un départ dans la vie marqué par les injustices : inégalités scolaires dans les pays riches

Vivre dans un pays riche ne garantit pas un accès égal à une éducation de qualité, selon le Bilan 15 du centre de recherche UNICEF, Innoccenti. Les enfants dans les pays les moins riches ont souvent de meilleurs résultats scolaires malgré des ressources nationales moins importantes, indique le rapport.

Préscolaire : Care Maroc boucle son projet «Réussir»

Care Maroc s’engage à structurer le préscolaire, l’améliorer et démocratiser son accès à tous les enfants marocains. L’ONG a clôturé cette semaine, son projet «Réussir» lancé en collaboration avec les Académies régionales d’Education et Formation (AREF) de Casablanca-Settat et Marrakech-Safi, en octobre 2015. Visant à généraliser et améliorer la qualité de l’éducation préscolaire parmi les enfants les plus défavorisés, le projet a permis de renforcer les infrastructures de 39 unités préscolaires dans les régions Casa-Settat et Marrakech-Safi.

Education : des enseignants en colère manifestent contre la contractualisation

En cet après-midi du lundi 29 octobre, plusieurs centaines d’enseignants ont participé à une manifestation contre la contractualisation dans l’éducation nationale à Casablanca. Une véritable "erreur historique" pour les syndicats, qui y voient l’une des principales causes des maux de l’enseignement au Maroc. Des centaines d’enseignants ont manifesté lundi 29 octobre à Casablanca. Réunissant plusieurs centrales syndicales, cette marche de protestation vise à mettre un terme à la contractualisation des enseignants dans le public, que des participants lient au "projet de privatisation de l’école publique" dans sa globalité. Les manifestants appellent également à leur intégration au sein de la fonction publique.

El Othmani promet l'augmentation du budget alloué à l’éducation

Le gouvernement est déterminé à aller de l'avant dans la hausse du budget alloué au secteur de l’éducation dans le cadre du PLF 2019, pour atteindre plus de 68 MMDH, soit une augmentation annuelle de 5,4 milliards, a indiqué le chef de gouvernement Saâdeddine El Othmani. Répondant à une question sur les "chantiers sociaux et les mesures y afférentes au titre de l'année 2019", lors de la séance mensuelle relative à la politique générale à la Chambre des représentants, El Othmani a souligné que l'effort budgétaire sera orienté vers "la mise en œuvre de mesures visant à faire face aux obstacles à la scolarisation des élèves issus de familles nécessiteuses, notamment en milieu rural, afin de garantir l'équité et l'égalité des chances" entre les citoyens.

Un programme pilote pour améliorer l’enseignement des mathématiques au Maroc

L’académie, en application des instructions ministérielles, mettra en marche un programme pilote dans plusieurs établissements à Casablanca, pour rehausser le niveau d’enseignement des mathématiques. Ce programme s’inscrit dans le cadre de l’accord ratifié entre le ministère de l’Éducation nationale et Casio Middle East, le 28 septembre 2018, qui vise à aider le ministère dans ses différents efforts de réforme de l’éducation au Maroc, de même qu’il permettra d’introduire différents outils et techniques qui contribueront à améliorer l’enseignement des mathématiques dans tout le pays.

GMT+1 : les écoles privées sont-elles concernées par le changement des horaires?

Les établissements d’enseignement privé ne sont pas dans l’obligation de s’assujettir aux nouveaux horaires fixés par le ministère, sous réserve d’approbation des académies régionales d’éducation et de formation. Le communiqué du ministère de l’éducation nationale en date du 27 octobre avait bien indiqué que le changement des horaires scolaires portait sur l’ensemble des établissements, qu’ils relèvent du secteur public ou de celui privé. Sauf que… ce dernier n’est pas dans l’obligation de s’assujettir à cette décision, nous indique une source autorisée au ministère de l’éducation nationale, la formation professionnelle, l’enseignement supérieur et la recherche scientifique. En vertu de la loi 06-00 formant statut de l’enseignement scolaire privé, la gestion du quotidien des établissements d’enseignement scolaire privé est du domaine des académies régionales d’éducation et de formation, précise notre source.

Omar Azziman : L’évaluation et le suivi sont essentiels à la réforme de l’éducation

La réforme du système éducatif requiert un dispositif performant, cohérent et intégré de suivi, d’analyse et d’évaluation des politiques publiques éducatives, a indiqué mardi à Rabat le président du Conseil supérieur de l’éducation, de la formation et de la recherche scientifique (CSEFRS), Omar Azziman. S’exprimant lors de la conférence de clôture du projet de jumelage institutionnel entre l’Instance nationale de l’évaluation (INE) auprès du Conseil et le Centre international d’études pédagogiques (CIEP), dans le cadre de la mise en œuvre du Programme « Réussir le Statut Avancé II » inscrit dans le partenariat Maroc-UE, M. Azziman a souligné que le « chantier de l’évaluation des politiques publiques éducatives, bien qu’il ait été lancé il y a plusieurs années, reste un chantier ouvert et continue à se structurer, à se développer et à s’outiller pour faire face à l’ampleur et à la complexité de la tâche ».

Les cités universitaires connectées d’ici un an?

Enfin du wifi dans les cités universitaires. D’ici un an, toutes seront couvertes par une connexion wifi avec un débit «suffisamment correct» pour permettre aux étudiants de travailler. Le wifi sera disponible même dans les chambres. Une première. C’est en tout cas ce que promet l’Office national des œuvres universitaires, sociales et culturelles (Onousc). Les cités devanceront-elles les établissements universitaires?

Un projet d’universités numériques dès 2019-2020

«Nous imaginons mal gouverner une structure de plus de 125.000 étudiants sans recourir au numérique», relève le vice-président de l’université Ibn Zohr d’Agadir (UIZ), Fattehallah Ghadi, en charge des affaires pédagogiques, sociales et culturelles. Ibn Zohr fait partie des universités les plus «encombrées» au Maroc. Le digital lui permettrait à la fois de simplifier sa gouvernance, de décongestionner ses amphis et de donner une chance à tous les étudiants de suivre les cours dans les meilleures conditions possibles. A 500 dans un amphi, il est effectivement difficile de capter des connaissances. Surtout que le cerveau humain se déconnecte en général après 20 minutes de concentration. Ceci est d’autant plus vrai pour des «digital natives» ultra branchés.

Des filles égyptiennes libres de choisir l’éducation

Eida n’a pas eu la chance d’aller à l’école. L’école la plus proche se trouvait à 7 kilomètres, alors elle est restée pour aider son père à la maison. Née dans une famille analphabète, elle rêvait d’aller à l’école et de faire valoir son droit à l’éducation. Lauréate de l’édition 2018 du Prix UNESCO pour l’éducation des filles et des femmes, la Fondation Misr El Kheir a créé une école communautaire dans le village d’Eida. Bien que sa famille ne considérait pas l’éducation comme une priorité, Eida a persuadé son père de l’autoriser à s’inscrire à l’école communautaire, à laquelle elle pouvait se rendre à pied. Eida a commencé l’école à l’âge de 9 ans et étudie à l’école communautaire depuis maintenant 5 ans. Elle voudrait aller à l’université et réaliser son rêve de devenir enseignante.

A l'université de Marrakech, 70% des espaces ont le wifi

Certaines universités publiques ont choisi de se débrouiller elles-mêmes pour se doter du wifi, indépendamment du projet national Net-U. C’est le cas de celle de Marrakech. Grâce à son partenariat avec Microsoft, Cadi Ayyad a bénéficié d’un appui de près de 2 millions de dollars, avec un abonnement internet de 1 Go pour les étudiants. Et ce, sur une période de trois ans. «Nous avons essayé d’investir ce financement au mieux. En plus des bibliothèques et des salles de cours, nous avons ciblé les endroits les plus fréquentés par les étudiants», précise le président de l’université, Abdellatif Miraoui. «En termes de couverture, nous en sommes à 70% des espaces des 8 sites que nous gérons à Marrakech», ajoute-t-il. Les trois ans viennent, cependant, de s’achever, et l’université devra financer elle-même ce service.

Wifi : Les campus universitaires toujours débranchés

Annoncé en grande pompe il y a près de trois ans, le programme Net-U, censé équiper toutes les universités publiques du wifi, n’a finalement pas abouti. L’ancien ministre de l’Enseignement supérieur, Lahcen Daoudi, s’enthousiasmait pour ce projet d’envergure, auquel un budget de près de 120 millions de DH avait été alloué. Mais depuis, Net-U s’est perdu dans les dédales de l’administration. Le marché public de ce programme a bel et bien été lancé, et plusieurs opérateurs y ont soumissionné. Toutefois, très peu ont pu répondre aux spécifications du cahier des charges imposé. Le ministère, qui souhaitait faire les choses correctement en s’appuyant sur des sociétés hautement performantes, a peut-être trop corsé ses conditions. L’appel à projets a finalement été infructueux. Et comme la finance publique est un processus qui tourne au ralenti, reprendre l’opération nécessite beaucoup de temps.

Lancement du mouvement de mutation 2019 pour enseignants jusqu'au 8 novembre

Le département de l’Education nationale a annoncé l'ouverture des candidatures au mouvement de mutation au titre de l'année 2019, pour les enseignants des trois cycles, jusqu'au 8 novembre. S'inscrivant dans la préparation à la rentrée scolaire 2019-2020, ce mouvement est ouvert aux enseignants du primaire, du secondaire-collégial et du secondaire-qualifiant, aux cadres des académies régionales d'éducation et de formation et aux cadres du ministère justifiant d'une ancienneté d'une année scolaire dans leur poste actuel.

Le Maroc va consacrer plus de 10 milliards $ à l’éducation et à la santé en 2019

Le Maroc entend consacrer 96 milliards de dirhams (environ 10 milliards $) aux secteurs de l’éducation et de la santé l’année prochaine. Et ce, à travers le projet de loi de finances (PLF) 2019, présenté par le ministre marocain des finances et de l’économie, Mohamed Benchaâboun (photo), lundi dernier, aux parlementaires. En effet, dans son exposé, le ministre a affirmé que 68 milliards de dirhams (environ 7,13 milliards $) allaient être affectés au secteur de l’enseignement, avec 2,1 milliards (environ 220,4 millions $) pour le programme de Tayssir et 4 milliards (environ 420 millions $) comme crédits d’engagement.

L’enseignement au cœur des préoccupations de la Chambre des représentants

«Aujourd'hui, alors que nous lançons un dialogue national sur le projet de loi-cadre n ° 51.17 relatif au système d'éducation, de formation et de recherche scientifique, je suis toujours convaincu que la réforme de notre système éducatif n'est ni ne peut être une réforme sectorielle, mais un projet de réforme structurelle, globale et profonde ». Nourri de son large expérience notamment en tant qu’ancien ministre de l’Education nationale, de l’Enseignement supérieur, de la Recherche scientifique et de la Formation professionnelle, Habib El Malki, président de la Chambre des représentants, a soutenu lors de l'ouverture d'une conférence nationale organisée par la première Chambre sur le projet de loi-cadre relatif au système d'éducation, de formation et de recherche scientifique, que la réforme de ce système « nécessite la mobilisation de toutes les ressources de l’État et de la société.

Carlos Ghosn :" Le croisement entre entreprise, université et État est très important pour le développement de la recherche scientifique"

Le croisement entre entreprise, université et État est très important pour le développement de la recherche scientifique, a indiqué, vendredi à Rabat, le président-directeur général du groupe Renault, Carlos Ghosn. Après avoir rappelé l'importance de la recherche et développement, M. Ghosn, qui intervenait lors d'une d'une rencontre organisée à l’École Mohammadia d'ingénieurs (EMI), a souligné que la collaboration entre l'entreprise, l'université et l’État est d'une grande importance à même de permettre aux recherches mises en place d'aboutir au développement scientifique.
Education et formation du 29 Octobre au 02 Novembre 2018


Dans la même rubrique :
< >

Lundi 12 Novembre 2018 - 13:37 Education et formation du 05 au 09 Novembre 2018

Lundi 29 Octobre 2018 - 15:00 Education et formation du 22 au 26 Octobre 2018

Inscription à la newsletter







CND en photos
abh
20150226_100815
20150226_095904
20150226_101251
20150226_100728
20150226_100529