Portail du Centre National de Documentation du Maroc

Education et formation du 30 Avril au 04 Mai 2018

Veille Maraacid


Lahlimi est revenu à la charge pour présenter l’étude « formation et emploi au Maroc »

Il y a quelques semaines le patron du Haut Commissariat au Plan, Ahmed Lahlimi a fait une promesse au sujet de la nécessité d’un éclairage sur « la formation et emploi au Maroc », et il a tenu parole. Voici l’éclairage en question sur une thématique qui avait soulevé une véritable polémique dans les médias au Maroc: « Nous savons que dans notre pays la population en âge de travailler constitue 63% de la population totale et croit annuellement de 370.000 personnes. C’est une des expressions de l’atout démographique par définition transitoire dont nous bénéficions que nous avons tout intérêt à valoriser par une politique de développement où la formation et l’emploi devraient s’harmoniser pour donner à la croissance économique la double qualité de la robustesse et de la durabilité requises pour améliorer le niveau de vie des générations actuelles et futures.

HCP : 9 actifs occupés sur 10, en situation d'adéquation entre la formation et la profession

Un total de neuf actifs occupés sur dix sont en situation d'adéquation entre la formation et la profession exercée ou en situation de surclassement, selon les résultats d'une étude du Haut-Commissariat au Plan (HCP) dévoilés ce mercredi 2 mai à Rabat La correspondance entre les catégories selon le diplôme et celles selon la profession exercée montre que 45,7% de la population active occupée est en situation d'adéquation, 7,6% en situation de déclassement et 46,7% en situation de surclassement, indique cette étude présentée lors d'une rencontre organisée par le HCP. Élaborée sur la base des données du recensement général de la population et de l'habitat (RGPH), cette étude analyse la situation de l'emploi des actifs diplômés respectivement de l'enseignement général et de la formation professionnelle, sous l'angle de l'adéquation de leurs diplômes à l'offre du marché du travail.

L'Unesco lancera un projet pour l'emploi des jeunes dans 9 pays, dont le Maroc

L'Unesco lancera en collaboration avec 9 pays du sud de la Méditerranée dont le Maroc un nouveau projet pour lutter contre le chômage des jeunes dans la région. Intitulé "Emploi des jeunes en Méditerranée" (YEM), ce projet régional, qui s'étalera sur une période de trois ans (2018-2020), appuiera les efforts nationaux et régionaux déployés en faveur de la création d'emplois et de l’emploi des jeunes. Ce projet portera sur l’amélioration des systèmes de prévision des compétences et la promotion de l’enseignement et de la formation techniques et professionnels (EFTP) et notamment des compétences numériques, en particulier auprès des femmes.

Débat : Réforme du bac, compétences, méthode Singapour, formation des enseignants… tout est question d’évaluation

L’évolution du système éducatif français est indéniable et rapide. Les usages du numérique, les méthodes d’enseignement, l’introduction des compétences sont régulièrement mis sur le devant de la scène éducative. La pléthore de réformes apparaît parfois contradictoire, non cohérente et produit une fracture avec l’approche disciplinaire historique auxquels les enseignants sont habitués.

HEM veut former des ingénieurs...

Fort de ses 30 ans d’expérience dans le domaine de l’enseignement supérieur, le groupe HEM prend un nouveau virage. Après avoir su asseoir sa notoriété en tant que formateur de profil de manager, l’école se diversifie. Aujourd’hui, c’est vers la formation d’ingénieur que HEM se dirige. «Nous voulons former des «Man’ingénieurs». Les étudiants de ce programme seront à la fois, de bons techniciens, mais aussi forts en communication et en gestion de projets», précise Yasmine Benamour, administrateur directeur général du groupe HEM. «Des profils dont le marché de l’emploi marocain a aujourd’hui grandement besoin», souligne-t-elle.

HEM Business School fête ses 30 ans, se développe et se diversifie…

En cette année 2018, HEM fête ses 30 ans d’existence, d’expérience, de formation, de débats, de citoyenneté… 30 ans de Passion ! À cette occasion, la Business School privée n°1 au Maroc, désormais Reconnue par l’État, se développe, d’une part, en signant un partenariat stratégique avec l’Université Paris Dauphine dans le cadre de Dauphine Casablanca – Institut supérieur Privé et, d’autre part, se diversifie en lançant pour la première fois une filière ingénierie.

L'offre d'ESCA -Ecole de management- dévoilée par son président

À quelques semaines de la fin de l'année scolaire, les grandes écoles et universités partent en compétition pour séduire les bacheliers de demain, à travers une offre de formation qui répond aux exigences du marché du travail et aux attentes des élèves ainsi que leurs parents. Dans cet entretien Thami El Ghorfi, président d'ESCA -Ecole de management- nous dévoile les atouts de son école qui a obtenu cette année la reconnaissance de l'État.

Des professeurs étrangers pour enseigner l’anglais et les mathématiques ?

Le ministère de l’Education nationale serait en cours de penser la possibilité de recruter des professeurs étrangers, subsahariens notamment, pour enseigner les cours d’anglais et de mathématiques dans les universités et les Centres régionaux des métiers de l'éducation et de la formation (CRMEF). Le ministère de l’Education réfléchirait à une alternative pour pallier le manque de professeurs marocains d’anglais et de mathématiques et la solution serait le recrutement de professeurs subsahariens. C’est l’information qui a circulé dernièrement sur les réseaux sociaux, rappelant ainsi la récente démarche du ministère de la Santé pour pallier le manque de médecins au niveau de la ville de Tata. Pour le ministère de l'Education, cette information passe du côté des «fake news».

Rencontre : « La prochaine génération d'universités » au cœur d'une rencontre internationale à Rabat

L’Université Mohammed V de Rabat organise, du 8 au 10 mai, le 4e Sommet des pays émergents relatif à l’enseignement supérieur, un événement international qui sera axé cette année sur la prochaine génération d'universités. Cet événement, connu sous le nom "THE Emerging Economies Summit", réunira des experts internationaux autour de la préparation de la prochaine génération d'universités, à travers des concepts clé tels que le chemin vers l’excellence pour l’université de demain, indique un communiqué de l’Université Mohammed V.

Rendre les bibliothèques scolaires obligatoires en Angleterre

Au Royaume-Uni, des associations de bibliothèques devraient faire campagne, à partir de juin, pour que les bibliothèques scolaires soient inscrites dans le statut des écoles et pour qu’elles soient inspectées par l’Agence publique Ofsted. Elles demandent également des éléments de preuve sur leur état actuel et sur les budgets réservés à leur amélioration. Les associations de bibliothèques anglaises – CILIP : the library and information association, the School Library Association, the Association of School and Education Librarians, et the National Literacy Trust – lancent une campagne de trois ans pour que les bibliothèques scolaires soient inscrites dans le statut des écoles et pour qu’elles soient, donc, obligatoires.

Le renforcement de la coopération dans le domaine de l'enseignement supérieur et la recherche scientifique au centre d'entretiens maroco-béninois à Rabat

Le renforcement des liens de coopération entre le Maroc et le Bénin dans le domaine de l'enseignement supérieur et la recherche scientifique a été au centre d'entretiens, mercredi à Rabat, entre le ministre de l’Éducation nationale, de la Formation professionnelle, de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique, Saïd Amzazi, et la ministre de l'Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique du Bénin, Marie Odile Attanasso.

En Afghanistan, atteindre plus d'enfants grâce aux écoles communautaires

Au cours des dernières années, les inscriptions ont considérablement augmenté en Afghanistan. Cependant, environ 20 % ou 2,5 millions des quelque 11,5 millions d'enfants et de jeunes d'âge scolaire qui ne sont pas encore scolarisés le restent, avec des disparités importantes entre les sexes et les provinces. Pour combler cette lacune, le ministère de l'Éducation assure l'enseignement primaire dans les écoles publiques et les écoles communautaires. Ces écoles peuvent être administrées par le gouvernement, mais elles sont souvent établies et soutenues par des organisations non gouvernementales dans les zones rurales reculées et les villages où les infrastructures officielles du ministère de l'Éducation n'existent pas.

Lecture, grammaire, calcul… Les « recommandations » de M. Blanquer heurtent les enseignants

La publication de circulaires sur les méthodes pédagogiques à privilégier dans le premier degré a donné l’impression qu’il fallait recadrer le travail des maîtres. Dictée quotidienne, un quart d’heure de calcul mental, une application systématique de la méthode syllabique et l’usage de cahiers à réglure Séyès… Ces quelques conseils devaient être un simple « cadrage » pédagogique, promis en décembre 2017 par le ministre de l’éducation nationale. Mais, pour beaucoup, ils ont été surtout perçus comme un véritable camouflet envoyé aux enseignants par Jean-Michel Blanquer, le 26 avril, sous la forme de quatre circulaires publiées au Bulletin officiel et d’un livret de synthèse, Pour enseigner la lecture et l’écriture au CP, adressé aux écoles.

Lire, écrire, compter à l’école : un « retour aux fondamentaux » tout relatif

Les « recommandations » ministérielles sur les méthodes pédagogiques à privilégier en primaire s’inscrivent en fait dans la continuité de pratiques déjà largement répandues. Le ministère de l’éducation nationale a publié, jeudi 26 avril, des « recommandations » aux enseignants du primaire. Il s’agit de quatre circulaires qui détaillent des recommandations pédagogiques pour « faciliter l’apprentissage des savoirs fondamentaux : lire, écrire, compter, respecter autrui », selon leur présentation officielle. « L’idée n’est pas d’homogénéiser les pratiques mais de créer une référence commune », plaide le ministre Jean-Michel Blanquer dans une interview au Parisien.

Nador : Une formation pour renforcer les services d'appui social

La Direction provinciale de l'éducation et de la formation de Nador a organisé, récemment, une session de formation axée sur la composante «appui social» dans le système électronique de gestion scolaire, «Massar», au profit des directeurs et des directrices des établissements d'enseignement primaire et collégial. Selon le directeur provincial, Hassan Nassiri, cette session s'inscrit dans le cadre de la mise en œuvre des recommandations de la rencontre de formation, organisée par l'Académie régionale de l'éducation et de la formation de l'Oriental, visant à renforcer les services d'appui social et à en améliorer la qualité.

Le rôle de la compétence émotionnelle dans la réussite scolaire, de l’enfance à l’âge adulte

La réussite scolaire constitue un enjeu important qui a des répercussions sur les élèves tout au long de leur vie. Le développement d’une bonne maitrise des connaissances et compétences enseignées à l’école est notamment associé à une bonne adaptation sociale, à une intégration facilitée sur le marché du travail ainsi qu’à une bonne santé mentale et physique que l’on peut constater de nombreuses années après la fin des études. Plusieurs facteurs ont été identifiés comme prédicteurs de la réussite scolaire des enfants, des adolescents et des jeunes adultes, mais le rôle de la compétence émotionnelle en contexte scolaire est un sujet relativement nouveau qui mérite de s’y intéresser.

Un enfant âgé de 3 à 5 ans sur deux préscolarisé en 2017

Un peu moins de la moitié des enfants âgés de 3 à 5 ans (47,6%) ont fréquenté un établissement préscolaire en 2017, selon le Haut-Commissariat au Plan (HCP). La part des enfants âgés de 3 à 5 ans préscolarisés est la même entre garçons et filles, avec respectivement des parts de 47,7% et 47,5%, elle est, par contre, en milieu urbain trois fois celle enregistrée en milieu rural, avec respectivement 66,6% et 22,5%, a précisé le HCP lors d’une rencontre mercredi à Rabat, consacrée aux principaux résultats relatifs aux nouvelles thématiques couvertes par l’enquête nationale sur l’emploi, notant que le nombre de ces enfants a atteint 1,964 million en 2017.

Préscolaire : Une réforme en profondeur s’impose

Un plan d’action, visant la promotion du préscolaire, s’avère nécessaire pour mettre fin aux multiples dysfonctionnements qui minent le secteur. La généralisation de la préscolarisation et la garantie de la qualité de l’éducation sont deux défis de taille. La société civile, à elle seule, ne peut pas faire des miracles. Le préscolaire doit être inscrit au cœur de la réforme éducative tant espérée. Son importance dans la réussite du parcours scolaire des enfants n’est plus à démontrer. Or, les efforts déployés jusque-là restent encore en deçà des aspirations. Ce constat a été encore une fois soulevé lors de la présentation du projet Réussir «renforcement de l’éducation préscolaire au Maroc», implémenté par Care international au Maroc, en collaboration avec le corps marocain pour l’enseignement préscolaire et d’autres partenaires.

Employabilité : Le Forum «Entreprises-Lauréats» de l’ENCG revient pour une 19e édition

Une vingtaine d’entreprises marocaines sont attendues à la 19e édition du Forum «Entreprises-Lauréats» de l’ENCG Settat. L’événement est prévu pour le 26 avril prochain et s’assigne pour objectif, notamment d’assurer le rapprochement entre les étudiants et les acteurs du monde professionnel. Le Forum «Entreprises-Lauréats» de l’École nationale de commerce et de gestion (ENCG) de Settat revient, le 26 avril prochain, pour une 19e édition. Organisé par les étudiants, ce Forum traduit l’engagement et la volonté de l’établissement de sensibiliser sur l’importance de rester à l’écoute du marché de l’emploi.

Enseignement/Regroupements, alliances, fusions… le privé se redessine

Ça bouillonne dans l’enseignement supérieur privé au Maroc. Après plusieurs années de quasi léthargie, le secteur se reconfigure. De nouveaux jeux d’alliances, des regroupements, une course pour la reconnaissance de l’Etat… La Fédération de l’enseignement supérieur privé vient même d’être dissoute. Un nouveau chapitre semble s’ouvrir. Ces dernières années n’ont pas été faciles. Les inscriptions n’ont cessé de reculer. De 2011 à 2016 uniquement, elles ont été presque divisées par deux, pour se situer à près de 4,5% du total des effectifs du supérieur. De nouveaux opérateurs ont également fait leur apparition.

Education : un plan d’action pour améliorer les compétences des acteurs

Le Conseil supérieur de l’éducation, de la formation et de la recherche scientifique (CSEFRS) a un plan d’action à court et moyen terme pour qualifier les acteurs de l’éducation, tout en garantissant leurs droits, afin de leur permettre de mener à bien leur mission et de contribuer à «l’édification d’une école de l’équité et de la qualité». Il a saisi l’occasion de la publication de son rapport sur «la promotion des métiers de l’éducation, de la formation, de la gestion et de la recherche», mardi 17 avril à Rabat, pour inviter experts et acteurs du système éducatif à réfléchir à la problématique. En fait, les conclusions du rapport, dont l’objet est de «proposer un cadre stratégique qui rompt avec les lacunes des politiques et des modèles de gestion antérieurs, tout en veillant sur la capitalisation des acquis positifs enregistrés», ouvrent déjà quelques pistes.

Le ministère de l'éducation nationale nie toute intention de recourir à des enseignants africains dans les universités et académies régionales

Le ministère de l'éducation nationale, de la formation professionnelle, de l'enseignement supérieur et de la recherche scientifique a nié toute intention de recourir à des enseignants africains pour combler le manque d’effectif dans les matières des Mathématiques et d'Anglais au sein des universités et académies régionales.

Enseignement/Vision 2030 : Les grandes nouveautés du ministre

Le nouveau ministre de l’Education nationale, Saïd Amzazi, a choisi L’Economiste pour sa première sortie médiatique. Rompu aux pratiques de l’enseignement pour y avoir fait carrière, Amzazi connaît les problématiques qui se posent au secteur et compte y apporter des solutions concrètes. Le fait d’avoir occupé plusieurs fonctions lui sera d’un grand enseignement. Il est, en effet, passé d’enseignant universitaire à doyen, puis président d’université et a occupé en parallèle plusieurs postes dans le domaine de la recherche. Dans cet entretien exclusif, le ministre de l’Education nationale annonce ses premières mesures et jette la lumière sur les dernières actions initiées avant son mandat.

Maroc : le nouvel institut de formation de la police en vidéo

Le roi Mohammed VI a inauguré hier le nouvel Institut de formation spécialisée au sein de la Direction Générale de la Surveillance du Territoire national (DGST). Bâti sur une superficie de 35.000 m2, cet espace comprend un amphithéâtre de conférences, onze salles d’étude, un laboratoire pour l’enseignement des langues étrangères, une salle de conférences, une bibliothèque, en plus d’infrastructures destinées aux formateurs et cadres administratifs. Il dispose également d’une résidence avec des chambres réservées aux ressortissants d’autres pays, notamment les pays africains, qui sont invités à bénéficier de formation avancée en matière de renseignement.

L’argent ne fait pas…l’éducation!

A chaque fois, des fonds supplémentaires sont alloués au secteur de l’enseignement, en vue de réactiver la machine du système scolaire qui constitue l’une des priorités majeures des projets de développement de notre pays. Cet effort non négligeable permet d’atténuer les effets de la misère qui accompagne, depuis longtemps ce secteur, toujours au stade de l’expectative. Cependant, suffit-il, dans les circonstances actuelles, d’injecter quelques dizaines de millions de dirhams dans les cellules fondamentales du corps scolaire pour espérer le décollage effectif de notre enseignement?

Vision stratégique de l'éducation 2015-2030 : L'UE veut accompagner la réforme de l'enseignement supérieur au Maroc

Le projet de jumelage institutionnel Maroc-Union Européenne (UE) "Appui au système de l'enseignement supérieur au Maroc" a été lancé, aujourd'hui à Rabat, pour un rapprochement avec l'espace européen de l'enseignement supérieur. Ce projet, financé par l'UE dans le cadre du programme "Réussir le statut avancé" (RSA), a pour objectif d'accompagner la réforme du système de l’enseignement supérieur au Maroc dans le cadre de la vision stratégique de l'éducation 2015-2030, visant à assurer une meilleure employabilité des diplômes et une meilleure gouvernance du système.

Yasmine Benamour : «Nous reconduirons nos cycles d’Université Citoyenne l’année prochaine»

Entretien avec Yasmine Benamour, administrateur directeur général de HEM et présidente de la Fondation HEM. L’Université Citoyenne spécial Enseignants a pour but de traiter des problématiques vécues au quotidien par les enseignants et les acteurs du système éducatif de manière générale.

Plus de 750 exposants au Forum international de l’étudiant

Plus qu’un simple événement d’info-orientation, le Forum international de l’étudiant offre un espace de rencontres-débats permettant d’approfondir des thématiques liées à l’orientation, la formation et l’emploi. Le groupe l’Etudiant Marocain organise du 26 au 29 avril la 27ème édition du Forum international de l’étudiant qui aura lieu à la Foire internationale de Casablanca. Ce carrefour annuel réunit cette année plus de 750 participants originaires de 25 pays.

Enseignement/Ecoles privées : Le pari africain

Les chiffres indiquent un besoin crucial d’investissement à mener dans le secteur de l’éducation en Afrique. Selon les données de l’UNESCO, le continent africain compte actuellement plus de 12 millions d’étudiants dans l’enseignement supérieur et malgré une croissance des effectifs scolarisés, le taux d’accès à l’enseignement supérieur reste de 7% en Afrique contre 79% dans les pays occidentaux. Autre statistique importante, le nombre de bacheliers qui poursuivent leurs études en Afrique: Faute d’offre à la hauteur, à peine 40% des nouveaux bacheliers restent en Afrique. Ce qui libère plus de possibilités pour les investisseurs de plus en plus nombreux dans ce secteur.

Enseignement/Reconnaissance de l’Etat, ce label qui a redynamisé le secteur

Ouverte en 2015, la reconnaissance de l’Etat a représenté un tournant dans l’histoire de l’enseignement supérieur privé au Maroc. Neuf universités et écoles privées peuvent, depuis 2017, délivrer des diplômes équivalents grâce à ce label. Cinq supplémentaires viennent de recevoir un avis favorable pour en bénéficier, tandis que les dossiers de huit autres sont à l’étude (voir la liste complète dans L’Economiste N° 5243 du 3 avril 2018). Même si, au début, les écoles se sont opposées aux conditions d’éligibilité strictes imposées par leur tutelle, elles sont aujourd’hui nombreuses à en reconnaître la pertinence pour tirer les standards du secteur vers le haut. Les patrons des écoles nous en parlent.

Dr Amine Bensaid : «Nous formons des professionnels dans les métiers de la santé pour faire face à la pénurie»

Entretien avec Dr Amine Bensaid, président de l’Université Mundiapolis. 92 % de nos lauréats de l’année dernière ont trouvé un emploi 12 mois après leur diplomation. Pour la toute dernière cohorte, 52% avaient trouvé un emploi au cours des 3 mois de leur diplomation.
Education et formation du 30 Avril au 04 Mai 2018


Dans la même rubrique :
< >

Lundi 12 Novembre 2018 - 13:37 Education et formation du 05 au 09 Novembre 2018

Inscription à la newsletter







CND en photos
20150226_100556
20150226_095904
rofoof
20150422_121229
20150226_100728
maraacid