Portail du Centre National de Documentation du Maroc

Energie et mines du 19 au 23 Novembre 2018



Veille Maraacid


ENERBA illumine la ville de Bangangté (ouest-Cameroun) par l'énergie solaire

À travers le projet futuriste Femmes et énergie renouvelable dans la commune de Bangangté (ENERBA), initié par le maire de la ville éponyme, Célestine Ketcha Courtès, avec l’appui technique et financier de l’Association internationale des maires francophones (AIMF), la Fondation Veolia (France) et l’Agence pour l’environnement et de la maîtrise de l’énergie (ADEME) en France, l'éclairage public à base de l’énergie solaire est depuis quelques jours une réalité dans la commune de Bangangté (région de l’Ouest).Les études du projet prévoient la construction à l’Hôpital de district de Bangangté une centrale solaire voltaïque de 20,16 KWC, avec la capacité d’alimenter l’infrastructure sanitaire en énergie.

Le Burkina Faso se dotera prochainement de centrales solaires d’une capacité de 155 MW

Le Burkina Faso se dotera prochainement de centrales solaires d’une capacité de 155 MWOuagadougou – Les autorités burkinabè en charge du secteur de l’énergie viennent de signer avec des opérateurs privés des contrats pour la construction de plusieurs centrales solaires d’une capacité totale de 155 MW. La construction de ces centrales entre dans le cadre de la politique énergétique du gouvernement burkinabè qui ambitionne de porter la puissance électrique nationale à 1 000 MW pour un taux d’électrification de 45%,

Émirats : EDF va accompagner l'exploitation de la première centrale nucléaire

Paris - EDF a annoncé jeudi avoir signé un "accord-cadre de longue durée" avec l'exploitant nucléaire Nawah pour l'accompagner dans l'exploitation et la maintenance de la première centrale nucléaire des Émirats arabes Unis.Dans le cadre de cet accord, qui court sur une durée de dix ans, l'électricien français "fournira à Nawah des services dans plusieurs domaines dont la sûreté, la radioprotection, la gestion du cycle du combustible et le suivi environnemental", indique un communiqué commun des deux entreprises.

La Suède en passe d’atteindre ses objectifs d’énergie renouvelable pour 2030

L’objectif ambitieux de la Suède de fournir une énergie renouvelable et abordable d’ici 2030 devrait devenir réalité. C’est l’industrie éolienne suédoise, pour laquelle les projets de la SWPA prévoient que le nombre d’éoliennes à lui seul pourrait fournir une énergie propre et abordable au pays dès le mois de décembre.Pour aider les pays en développement à répondre à leurs besoins en électricité, les prochaines grandes villes suédoises vont doubler leurs taux d’efficacité des énergies renouvelables, s’associer à d’autres pays pour améliorer leurs énergies renouvelables et fournir de l’énergie aux pays les moins avancés du monde.

L'hydrolien n'a pas encore trouvé sa place selon l'étude de l'Ademe

«Au regard du rythme de développement de l’éolien offshore et au vu de la base installée de turbines hydroliennes par pays à date, le passage de l’hydrolien à un stade commercial parait anormal dans le court-terme. À un rythme de développement comparable, il faudrait encore 5 à 8 ans à la filière hydrolienne pour tester, optimiser et améliorer les turbines avant de lancer de vrais appels d’offres commerciaux», juge l’Ademe, qui estime que «même si une bonne partie des verrous techniques ont été résolus, la durée cumulée de test reste très faible et la majorité de la filière considère qu’elle ne peut garantir à date une absence d’avaries durant les premières années d’exploitation.»

Produire une énergie propre, disponible, tout en recyclant les déchets nucléaires ? C'est possible !

S'il n'y avait pas la question de la gestion des déchets radioactifs de long terme, l'électricité produite par les centrales nucléaires serait l'énergie “verte” par excellence. Comme relevé récemment par Michael Shellenberger, dans un article du Time magazine intitulé “Hero of the Environment”, “si la Californie et l'Allemagne avaient investi 680 milliards de dollars dans l'électricité produite par les centrales nucléaires plutôt que dans les énergies renouvelables (comme l'énergie solaire et les parcs éoliens), les deux Etats produiraient respectivement 100% ou plus de leur électricité à partir de sources d'énergie propre.”

BP amplifie l'exploitation d'un champ pétrolier en mer du Nord britannique

Londres - La major pétrolière BP a annoncé vendredi le lancement d'une deuxième phase d'exploitation du champ Clair en mer du Nord britannique, avec une production visée de 120.000 barils par jour.Clair Ridge constitue la deuxième étape de développement du champ d'hydrocarbure Clair, découvert en 1977 et dont l'exploitation pétrolière n'a débuté qu'en 2005 du fait de la complexité d'extraction dans ce gisement offshore. L'exploitation de ce champ au nord du Royaume-Uni est symbolique de la nouvelle dynamique de l'exploitation des ressources de la mer du Nord.

Nucléaire : un seul scénario "légal" selon le Syndicat des énergies renouvelables

Paris - Jean-Louis Bal, président du Syndicat des énergies renouvelables (SER), a estimé jeudi qu'un seul des trois scénarios sur lesquels planche le gouvernement pour sa programmation pluriannuelle de l'énergie (PPE) est possible, celui prévoyant 6 fermetures de réacteurs nucléaires d'ici 2028.Il prévoit six fermetures de réacteurs (outre les deux de Fessenheim) d'ici à 2028, et six de plus d'ici à 2035, sur les 58 du parc nucléaire français actuel d'EDF. Il prévoit une part de 40% d'énergies renouvelables dans la production d'électricité en 2030. Les deux autres scénarios ne prévoient aucune fermeture de réacteur d'ici à 2028 et permettent d'atteindre les 40% de renouvelables seulement en 2032 et 2034.

Maroc-Hausse de 7,5% de la production de l'énergie électrique

La production du secteur de l'énergie électrique s'est renforcée de 7,5% à fin septembre 2018, après une hausse de 2,3% une année auparavant, selon la Direction des études et des prévisions financières (DEPF), relevant du ministère de l'Économie et des finances.

Enel investit massivement dans les énergies vertes, « moteur de sa croissance »

Le géant italien de l'énergie Enel entend continuer à faire des énergies renouvelables "le moteur de sa croissance" pour les trois prochaines années, et y consacrera quelque 40% de ses investissements.Dans le cadre de ce nouveau plan stratégique, le groupe entend augmenter ses investissements de 12% par rapport au précédent, pour les porter à 27,5 milliards d'euros. 42% des investissements bruts concerneront les énergies renouvelables et 40%, les réseaux. Enel entend par ailleurs poursuivre la simplification de son organisation et améliorer son efficacité opérationnelle, avec un objectif de 1,2 milliard d'euros de coûts en moins en 2021, grâce notamment à la numérisation.

Les entreprises suisses d'approvisionnement en énergie sont-elles prêtes à affronter l'avenir?

Les entreprises suisses d’approvisionnement en énergie (EAE) sont-elles suffisamment préparées pour augmenter la part des énergies renouvelables et améliorer l’efficacité énergétique? Elle compare entre elles les EAE suisses et les activités dans le domaine des énergies renouvelables et de l’efficacité énergétique qu’elles exercent dans les secteurs de l’électricité, de la chaleur et/ou du gaz. En moyenne, les fournisseurs de chaleur ou de gaz ont atteint environ 50% des objectifs.

La Stratégie énergétique 2050 est en bonne voie

En plus de nombreux autres thèmes et indicateurs, le monitoring observe les valeurs indicatives du développement des énergies renouvelables et de l'énergie hydraulique ainsi que les celles de la réduction de la consommation d'énergie et d'électricité qui sont inscrites dans la nouvelle loi sur l'énergie (LEne) entrée en vigueur le 1er janvier 2018. En 2017, la production électrique moyenne nette escomptée était de 35 878 GWh. Pour 2035, la valeur indicative s'élève à 37 400 GWh. En l'occurrence, l'année de référence est l'année 2011 et pour 2035, l'objectif est un développement net de quelque 2000 GWh, dont 25,6% étaient atteints en 2017 (la loi ne mentionne aucune valeur indicative pour 2020).

Pétrole : l’Afrique assiste au redémarrage des forages

Les forages redémarrent ainsi dans le continent noir et les grandes compagnies s’intéressent à nouveau à l’Afrique et les découvertes sont au rendez-vous, comme on vient de le voir au Niger.C’est la plus forte augmentation depuis trois ans : 30 nouveaux puits en Afrique contre 17 l’an dernier. 2018 marque aussi le retour des grandes compagnies en Afrique.

Algérie : les experts appellent à conforter l’investissement dans les énergies renouvelables

Lors de cette rencontre, les participants ont insisté sur l’importance de « conforter l’investissement dans les énergies renouvelables par une assurance innovante couvrant les risques non conventionnels ».Cette solution-assurance à intégrer dans le mode opératoire de l’assureur contribuera « efficacement » à la réussite de la nouvelle stratégie nationale d’Algérie qui s’oriente vers les énergies vertes, a considéré, le chef de division des opérations techniques, auprès de la compagnie d’assurance des hydrocarbures (Cash), filiale Sonatrach.

Energies renouvelables, une carte à jouer pour l’Afrique

Le continent gaspille des ressources pour produire de l’énergie alors qu’il détient à titre d’exemple 8% des réserves mondiales du gaz naturel, sans parler de son potentiel solaire et éolien. «L’Afrique peut relever ce défi énergétique, grâce à ses atouts, et particulièrement son immense potentiel en énergies nouvelles et renouvelables souvent inexploitées», estime Aziz Rabbah, ministre de l’Energie, des Mines et du Développement durable. Parmi ces derniers, les législations pour asseoir un cadre propice au développement accéléré des énergies renouvelables, le transfert des technologies avec des partenariats énergétiques régionaux et les ressources financières.

Energies renouvelables/efficacité énergétique : Le Maroc lance son Institut de formation

Infomédiaire Maroc – Le dernier Conseil de gouvernement a adopté le projet de décret n°2.18.734, portant création et organisation de l’Institut de formation aux métiers des énergies renouvelables et de l’efficacité énergétique de Tanger.Ce texte vise à doter cet institut d’un cadre juridique qui fixe son organisation, ses conditions d’admission, les domaines de formation ainsi que les dispositions relatives à son administration et gestion, dans la perspective de développer la formation professionnelle dans les métiers des énergies renouvelables et de l’efficacité énergétique et satisfaire les besoins en main-d’œuvre et compétences qualifiées dans ce domaine.

Vers 50 % d’énergie nucléaire en France d’ici à 2035 ?

La place du nucléaire dans le mix énergétique français accapare régulièrement l’attention des gouvernements successifs. En attendant la publication de la Programmation Plurianuelle de l’Energie (PPE) dans les prochains jours, l’objectif de porter la part du nucléaire à 50% du mix électrique devrait continuer à faire couler beaucoup d’encre. Invité ce dimanche 18 novembre 2018 au Grand Rendez-Vous sur Europe1-CNews-Les Echos, François de Rugy indique que 2035 est « l’échéance sur laquelle nous travaillons » pour parvenir à un mix électrique composé à 50 % de nucléaire.

Guadeloupe : Albioma va convertir sa centrale charbon à la biomasse

La conversion à la biomasse de cette centrale de 34 MW va permettre de faire passer de 20,5 % à environ 35 % la part des énergies renouvelable dans le mix énergétique de la Guadeloupe. La Commission de la Régulation de l’Énergie (CRE) a annoncé le 15 novembre 2018 avoir validé les termes d’un projet d’avenant au contrat de vente d’électricité entre EDF et la centrale Albioma Caraïbes en Guadeloupe, permettant la conversion à la biomasse de cette centrale 100 % charbon, s’est félicité la société Albioma dans un communiqué publié le 16 novembre 2018.

Énergie solaire, l’anticipation stratégique de la BOAD

La Banque Ouest Africaine de Développement, qui célébrait ses 45 ans à Lomé, capitale du Togo, mise sur l’énergie solaire comme facteur accélérateur d’inclusion et de développement. *BOAD: La Banque Ouest-Africaine de Développement est l’institution commune de financement de développement des Etats de l’Union Monétaire Ouest-Africaine (UEMOA). L’objet de la BOAD aux termes de l’Article 2 des statuts, est “de promouvoir le développement équilibré des Etats membres et de réaliser l’intégration économique de l’Afrique de l’Ouest”, en finançant des projets prioritaires de développement.

Espagne : Le parc éolien « Merengue » commencera à produire de l’énergie dans les premiers mois de l’année 2019

Le parc éolien « Merengue », à Plasencia, le premier de ces caractéristiques en Estrémadure (Nord), commencera à produire de l’énergie dans les premiers mois de l’année 2019. Cette rencontre s’inscrit dans la stratégie nationale d’adaptation aux changements climatiques, indique un communiqué des organisateurs, relevant qu’un rapport d’évaluation du groupe d’experts intergouvernemental pour le changement climatique avait indiqué que l’impact de l’activité humaine sur le système climatique est plus fort que jamais et que les effets du réchauffement climatique se font plus sentir ces derniers temps.

Echéance 2035 pour 50% de nucléaire dans la production d'électricité affirme Rugy

Le gouvernement travaille à ramener la part du nucléaire dans la production d'électricité à 50% d'ici à 2035, a déclaré dimanche le ministre de la Transition écologique François de Rugy, confirmant un horizon évoqué en septembre par le Premier ministre. Actuellement, le nucléaire représente plus de 70% de la production d'électricité française, contre une part inférieure à 30% en moyenne en Europe.Quand François de Rugy était candidat à la primaire de la gauche de 2017, il prônait une sortie du nucléaire à l'horizon 2040 et l'objectif de 100% d'électricité d'origine renouvelable en 2050.

ONEE : Le Maroc candidat pour abriter l’AG de la West African Power Pool

Le directeur général de l’Office national de l’électricité et de l’eau potable, (ONEE), Abderrahim El Hafidi, a présenté, à Cotonou, la candidature du Maroc pour abriter, en 2019, l’assemblée générale de la West African Power Pool (WAPP, agence spécialisée de la CEDEAO).L’ONEE souligne, à cet effet, que cette candidature a été présentée en marge des travaux de la 13ème AG de la WAPP, tenue sous le thème «renforcement des capacités: un pilier essentiel pour la pérennité du marché de l’électricité» et marquée par une forte participation des directeurs généraux des sociétés d’électricité des pays de la CEDEAO.

Pour RTE, la fermeture des centrales à charbon dès 2020 est possible

RTE, gestionnaire des lignes à haute tension en France, a annoncé qu'il serait bien possible de fermer les centrales à charbon du pays, ainsi que la centrale nucléaire de Fessenheim, après 2020. RTE, gestionnaire du réseau public de transport d'électricité à haute tension français, vient de le confirmer : il sera bel et bien possible de fermer les centrales à charbon françaises ainsi que la centrale nucléaire de Fessenheim après 2020. Selon le gestionnaire du réseau d'électricité à haute tension, qui présente ses perspectives sur la sécurité d'approvisionnement 2018-2023, "après l'hiver 2020, des marges de sécurité devraient réapparaître" et permettre la fermeture progressive des quatre centrales à charbon et de la centrale nucléaire de Fessenheim (Haut-Rhin).
Energie et mines du 19 au 23 Novembre 2018

Inscription à la newsletter







CND en photos
20150226_100556
20150226_100728
rofoof
20150226_100815
maraacid
20150226_101251