Portail du Centre National de Documentation du Maroc

Tourisme et artisanat du 08 au 12 Juillet 2019



Veille Maraacid


Marrakech/voyagistes: Le Mice et le tourisme religieux, prioritaires

C’est un bilan très positif avec lequel termine le président des voyagistes de Marrakech, Taoufik Madih son mandat et ce, de l’avis de plusieurs de ses confrères. D’abord, il a réussi à fédérer le plus grand nombre de voyagistes autour de lui. La profession compte aujourd’hui 92 membres. «C’était important pour notre profession de nous constituer en une véritable force de proposition dans l’écosystème du tourisme», explique Taoufik Madih. De moins de 30, l’Aravms est passée à 92 adhérents en moins d’une année. Soit 35% des agences de voyages dans la région qui emploient plus de 1000 salariés. «C’est peu, par rapport au nombre total des agences licenciées de la région, mais en même temps c’est mieux que par le passé. Nous ne désespérons pas de reconquérir la confiance du plus grand nombre», indique modestement le président de l’ARAVMS.

Tourisme : Plus de 4,3 millions d’arrivées en 5 mois au Maroc

Près de 4,31 millions de touristes ont visité le Maroc entre janvier et mai 2019, en progression de 4,6% par rapport à la même période un an auparavant (+4,5% pour les touristes étrangers et +5% pour les Marocains résidant à l'étranger), selon l'Observatoire du tourisme. Les principaux marchés émetteurs ont connu une hausse en termes d'arrivées en cette période, en particulier les États Unis (+14%), l'Italie (+12%), la France (+7%), l'Espagne (+7%) et l'Allemagne (+7%), précise l'Observatoire dans sa dernière note sur les statistiques du tourisme au Maroc, notant que les autres marchés ont également affiché des progressions, à savoir le Royaume-Uni (+6%), la Hollande (+5%) et la Belgique (+4%).

La future taxe sur les billets d'avion va-t-elle plomber le trafic aérien? - La Nouvelle Tribune

Dès l'annonce de cette taxe, les acteurs du secteur ont rivalisé d'alarmisme. Compagnies « déjà asphyxiées par les taxes » (Syndicat des compagnies aériennes autonomes), « accroissement de la fiscalité spectaculaire » pour « un grand nombre d'aéroports régionaux » (Union des aéroports français), taxe « malavisée » (Association internationale du transport aérien), cédant « à la démagogie d'un mouvement de haine de l'avion » (Entreprises du voyage)…

Les arrivées touristiques au Maroc gardent le cap

Près de 4,31 millions de touristes ont visité le Maroc entre janvier et mai 2019, en progression de 4,6% par rapport à la même période un an auparavant (+4,5% pour les touristes étrangers et +5% pour les Marocains résidant à l'étranger), selon l'Observatoire du tourisme. Les principaux marchés émetteurs ont connu une hausse en termes d'arrivées en cette période, en particulier les États Unis (+14%), l'Italie (+12%), la France (+7%), l'Espagne (+7%) et l'Allemagne (+7%), précise l'Observatoire dans sa dernière note sur les statistiques du tourisme au Maroc.

Tunisie : Economie à la dérive et bluff des politiques

La Tunisie présente cet été un visage souriant aux millions de touristes qui se pressent sur la côte entre Hammamet et Mahdia et, plus au sud, sur l’île de Djerba. Ce pays a toujours été tolérant et ouvert au monde et, en cet été 2019, ses habitants sont soulagés que les visiteurs étrangers aient retrouvé les hôtels tunisiens, quatre ans après les attentats du Musée du Bardo et de Sousse. Ces événements avaient obligé certains tours opérateurs, fers de lance du tourisme de masse qui caractérise ce secteur, à retirer la destination Tunisie de leurs catalogues.

Artisanat : Le projet de loi adopté à l’unanimité

C’est le bout du tunnel pour le projet de loi N°50.17 relatif à l’exercice des métiers de l’artisanat. En effet, la commission permanente chargée des secteurs productifs à la Chambre des représentants vient d’adopter à l’unanimité le projet de texte. Selon les responsables, il s’agit d’une «grande avancée» puisque ledit projet est de nature à permettre «une meilleure organisation du secteur tout en facilitant les capacités de ciblage des programmes spéciaux destinés aux artisans à travers notamment la définition des activités selon la nature des produits sans oublier l’identification des professionnels».

Agadir : Les arrivées touristiques en hausse

Les arrivées touristiques dans la capitale du Souss ont enregistré, à fin mai 2019, une hausse de 4,13%, avec un nombre de touristes ayant visité la ville s’établissant 425.902 arrivées, contre 409.003 au cours de la même période de l'année dernière. Selon des données du Conseil régional du tourisme d’Agadir Souss-Massa, les touristes nationaux arrivent en tête avec 130.498 contre 116.919 durant les cinq premiers mois de 2018, en progression de 11,61 %.

Saïdia et Taghazout, seules stations qui émergent du plan Azur

Près de 18 ans après le lancement du fameux plan de relance du secteur du tourisme par les stations balnéaires du temps du ministre istiqlalien Adil Douiri avec le fameux objectif de 10 millions de touristes à l'horizon 2010 (objectif qui n'a été réalisé qu'il y a deux ans), le bilan est faible. Sur les 128.500 lits prévus, somme toute, aujourd'hui, la capacité cumulée dépasse à peine 11.000 lits (pour 17 hôtels). Les autres stations peinent à voir le jour, faute d'investisseurs crédibles ou tout bonnement d'investisseurs pouvant consentir des fonds colossaux. Le grand problème, c'est que l'Etat n'a pas réussi à créer des destinations touristiques au lieu de rester concentré sur la station elle-même.Le rapport d'un comité d'experts (Comex), publié en 2018, a confirmé cette tendance.

Les constructions en bois se démocratisent

Les constructions en bois, apparues au Maroc il y a quelques années, se développent. «Le marché est porteur sur les projets de taille importante, comme la nouvelle gare routière, les salles de sport ou même les plateaux de bureaux…», explique Rochdi Berrada, directeur général de la Sedec. Cette société pionnière dans le marché du bois lamellé collé au Maroc, exerce depuis 1960 et compte plusieurs réalisations de charpentes en bois, des passerelles et des ponts ou encore les dépôts et hangars industriels.Pour conforter ce constat, Driss Bikarbass, architecte designer et précurseur dans l’introduction des maisons en bois au Maroc ajoute : «Actuellement, des hôtels sont complètement édifiés en bois, notamment à Dakhla et Taghazout». Encore mieux, «des logements pour colonie de vacances lancés par l’Etat seront entièrement construits en bois sur 20 sites», abonde M. Berrada.

Tourisme / Agadir : Hausse des nuitées à fin mai 2019

Les hôtels et clubs touristiques classés d'Agadir ont totalisé 1 935 868 nuitées touristiques durant les cinq premiers mois de 2019, selon les données du Conseil régional du tourisme d’Agadir Souss-Massa.Les clubs touristiques classés ont comptabilisé le plus grand nombre de nuitées durant les cinq premiers mois de 2019, soit 610 776, suivis des hôtels 4 étoiles (575 152 nuitées) et des hôtels 5 étoiles (378 919 nuitées).Le taux d’occupation dans les différents hôtels, clubs et résidences touristiques classés s’est établi à 50,37% durant la même période.

La flambée des prix de vacances renvoie les Marocains à l'étranger

Le secteur touristique au Maroc connaît un vrai dumping, de par les tarifs astronomiques qu'affichent certains professionnels du secteur. Cette politique tarifaire aléatoire, selon le site Akhbarona, décourage aussi bien les Marocains vivant au pays que leurs compatriotes résidant à l'étranger, à chercher des séjours au pays à la portée de leurs bourses. Ils sont contraints de choisir dans la panoplie d'offres au niveau international, en particulier, l'Espagne et la Turquie. Les packages qui en sont offerts sont parfois deux fois moins chers avec, en plus, des prestations bien supérieures.

Hôtellerie/Agadir. Les détails de la subvention de rénovation

Le mécanisme de subvention dédié à la rénovation et à la mise à niveau des établissements hôteliers dans la région Souss-Massa réussira-t-il là où les autres fonds de rénovation ont échoué? Au niveau de la destination Agadir, qui dispose de 88 hôtels, soit 29.000 lits, 32 unités hôtelières sont en difficulté. Ces établissements totalisent 10.062 lits, soit 35% de la capacité totale de la destination. Près de la moitié de cette capacité peut être rénovée, soit 5.835 lits dont 5.575 lits n’ayant pas d’arriérés et 260 avec arriérés. Les 4.784 lits restants sont fermés, en redressement ou en liquidation judiciaire. C’est la raison pour laquelle la profession table sur la mise en oeuvre de la convention relative à la subvention pour la rénovation et la mise à niveau des établissements de la région, validée en début de semaine dernière, lors de la session de juillet.

Saidia: le balnéaire et l'écotourisme en symbiose

C'est l'effervescence à la station balnéaire de Saidia. À l'heure où démarre la saison estivale, la destination, populaire auprès des touristes notamment tchèques, portuguais, espagnols et belges, mais aussi particulièrement prisée par les MRE, commence déjà à afficher des seuils de fréquentations importants. Cet afflux de visiteurs, la station a souhaité cette année le détourner vers un autre segment de son offre touristique. Loin de son littoral de sable fin, son eau de baignade de qualité et ses 200 km de côte avec la station balnéaire de Marchica, c'est sur son patrimoine naturel que mise désormais Saidia pour charmer ses visiteurs les plus adeptes de l' « écologie ».

Été 2019: Les affaires sont timides dans le nord du Maroc

Le nord du Maroc, plus particulièrement la région de M’diq, Martil, Fnideq, n’est plus ce qu’il était. En effet, cette région connaissait à hauteur de 2016 une forte affluence de la part des Marocains, des MRE et des touristes étrangers durant la période estivale. Entre les nombreuses plages et les produits importés d’Espagne depuis la porte de Sebta, tout le monde y trouvait son compte pour être heureux. Cela dit, en ce mois de juillet, la région semble peu «pleine» contrairement aux années précédentes. En effet, les loueurs d’appartements au niveau de Martil et M’diq se tiennent toujours au bout des artères de ces villes, mais la demande est quasi absente.

Comment bénéficier de la dotation touristique supplémentaire

L’Office des Changes, en étroite collaboration avec la Direction Générale des Impôts, a mis en place un service en ligne « Dotation Touristique Supplémentaire ». Objectif : permettre le calcul automatique dudit supplément. Suite à l’entrée en vigueur de l’instruction générale des opérations de change 2019, le montant de la dotation touristique a été revu à la hausse passant de 40.000 DH à 45.000 DH, en plus de la possibilité de bénéficier d’une dotation touristique supplémentaire d’un montant équivalent à 10% de l’impôt sur le revenu dans la limite de 55.000 DH, soit un plafond total de 100.000 DH par personne et par an.

Restauration: Relever un maillon fort du tourisme

Dans le sillage de la dynamique qui unit toutes les composantes du tourisme, la Communauté du secteur ont vécu tout récemment des moments de d’estime et de reconnaissance envers un parterre de maîtres d’hôtels et de cuisiniers qui roule leur bosse dans le domaine, avec amour et abnégation au métier. Cette rencontre qui a été rehaussée par la présence du Wali de la région Souss Massa et la ne pléiade de personnalités, a été marquée, de bout en bout par un profond esprit de symbiose et de convivialité.

Tourisme : le Tchad sollicite l’expérience marocaine

L’ambition de faire du tourisme un levier de développement socio-économique et culturel ne peut se réaliser sans la coopération et surtout l’échange d’expériences avec les hommes les plus austères et réputés dans le domaine. Fort de ce constat, les plus hautes autorités se sont engagées à poser les jalons d’un accord de coopération entre la province de l’Ennedi-est et la région de Draa Tafilalet au Maroc en mars dernier lors de la 5ème édition du Festival International des Cultures Saharienne(FICSA). C’est dans ce cadre que séjourne la délégation composée des membres du comité permanent d’organisation du FICSA et les autorités régionales de l’Ennedi Est au royaume chérifien.

Les besoins urgents du secteur de l’artisanat...

L’accès à la matière première et aux espaces dédiés à la production est prioritaire. Les zones d’activités d’artisanat étaient actés dans le contrat programme 2015 sans jamais être réalisés, malgré l’engagement de notre fédération. Hélas, le prix du foncier, étant prohibitif, n’aide pas, car l’artisanat est un travail à plat qui nécessite de larges espaces. La promotion. Les grandes campagnes de promotion et les efforts de design ont indéniablement changé l’image de l’artisanat aux yeux des consommateurs marocains. Aujourd’hui, nous avons besoin de promotion de l’artisanat du Maroc aussi bien au niveau national qu’international à l’instar du modèle de promotion sectoriel choisi par les Français, les Italiens et les Espagnols.

Les «éternels» maux du secteur de l’artisanat

Une nouvelle stratégie 2020-2030 pour l’artisanat est en préparation au ministère du tourisme, du transport aérien, de l’artisanat et de l’économie sociale. Elle concerne l’artisanat d’art, de service et utilitaire. Auparavant, une vision 2015 de l’artisanat avait été élaborée, suite à un contrat programme signé en février 2007. Dans son bilan d’étape, le ministère a relevé que la valeur ajoutée du secteur est passée de 6,4 milliards de DH en 2007 à 13 milliards en 2014, soit 65% de plus que l’objectif fixé. Sur la même période, le nombre d’entreprises structurées d’artisanat d’art a augmenté pour totaliser 848. La productivité des PME d’artisanat d’art est, quant à elle, passée de 122625 DH à 234 339 DH.
Tourisme et artisanat du 08 au 12 Juillet 2019

Inscription à la newsletter







CND en photos
20150226_100815
cnd
maraacid
abh
20150226_100529
20150226_095904